Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - QOC 95-258 Question de M. Michel TUROMAN, Mme Martine DURLACH, M. Michel VION et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris concernant la création d'un équipement sportif pour le lycée technologique Diderot (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1995



Libellé de la question :
"Le nouveau lycée technologique Diderot (19e) ne dispose d'aucun équipement destiné à l'éducation physique et sportive des élèves.
Cet enseignement leur est actuellement dispensé, dans des conditions inadaptées, sur plusieurs sites.
Si la surface du terrain sur lequel a été reconstruit le lycée n'a pas permis la création d'équipements sportifs, une opportunité existe cependant de les implanter sur un terrain mitoyen de l'établissement appartenant à l'Assistance publique et libre de toute occupation depuis des années.
Aussi, M. Michel TUROMAN, Mme Martine DURLACH, M. Michel VION et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris les mesures qu'il compte prendre pour engager une concertation avec l'Assistance publique concernant ce terrain, afin de permettre, à terme, la construction de ces équipements et, dans l'immédiat, l'implantation d'installations sportives provisoires."
Réponse (M. Dominique CANE, adjoint) :
"Le nouveau lycée technologique régional Diderot a ouvert ses portes à la rentrée scolaire de septembre 1995 à l'emplacement de l'ancien hôpital Hérold.
Actuellement, les enseignements sportifs sont dispensés sur deux équipements sportifs du 19e arrondissement de la Mairie de Paris :
- le centre sportif Jules-Ladoumègue ;
- le gymnase des Lilas.
La Ville de Paris et l'Assistance publique- Hôpitaux de Paris (A.P.-H.P.) n'auraient pas d'objections à ce que soit étudiée la faisabilité d'un équipement sportif à destination des élèves du lycée Diderot, sur le terrain voisin de celui-ci, propriété de l'A.P.-H.P., dans la mesure où son implantation serait compatible, d'une part, avec les servitudes d'urbanisme, et notamment d'E.V.I.P., grevant le terrain, et d'autre part, avec le programme actuellement étudié par l'A.P.-H.P. pour l'aménagement de ce terrain où est prévue une centaine de logements sociaux pour son personnel.
Il n'appartient cependant pas à la Ville de Paris de se prononcer sur l'opportunité de la réalisation d'un tel équipement et de la programmation du financement de l'acquisition de son assiette foncière et de sa réalisation. Les dépenses d'équipements relatives aux lycées sont en effet du ressort de la Région."