Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DFPE 202 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant aux conventions de fonctionnement avec l’association “Marie de Miribel pour la Petite Enfance” gestionnaire d’une structure multiaccueil située dans le 17e arrondissement. Attribution d’une subvention de fonctionnement, au titre de 2005, audit établissement. - Montant : 183.912 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous passons à l?examen du projet de délibération DFPE 202 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant aux conventions de fonctionnement avec l?association ?Marie de Miribel pour la petite enfance?, gestionnaire d?une structure multi-accueil située dans le 17e arrondissement et d?une subvention pour un montant de 183.912 euros.

Madame ANTIER, vous avez la parole.

Mme Edwige ANTIER. - Madame le Maire, je suis étonnée que l?on puisse dire dans ce Conseil que l?une de nos élus, Mme BAUD, peut être paranoïaque !

La paranoïa est certainement une personnalité flatteuse puisque Dali s?en flattait, mais c?est une maladie. Et je pense que c?est une réponse très étonnante à une élue qui se veut vigilante au travail de notre Assemblée concernant la petite enfance.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).

Je suis aussi étonnée que vous répondiez de façon éludée à M. Laurent DOMINATI quand il se soucie de la juste utilisation des deniers publics.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Vous intervenez sur un projet de délibération, Madame ANTIER ?

Mme Edwige ANTIER. - Oui, j?arrive !

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Très bien, merci. Quand vous voulez !

Mme Edwige ANTIER. - J?en suis d?autant plus étonnée que, comme vous allez le voir, les inégalités de budget par berceau sont telles qu?elles auraient pu vous sauter aux yeux et que vos réponses devraient être déjà étayées.

Par exemple, avec ce projet DFPE 202, nous verrons la différence des subventions par berceau dans ce multi-accueil qui est la crèche familiale.

Je vous conseille de comparer, Madame TROSTIANSKY, puisqu?il semble qu?il faille que vous ayez du temps pour répondre, comme à M. DOMINATI.

Dans ce projet de délibération, en moyenne, par berceau, la structure va se voir subventionner de 4.000 euros, 4.087 euros exactement. Si on se reporte au projet de délibération DFPE 258, même fonctionnement, crèche familiale, ce seront

7.286 euros par berceau.

Il y a donc de grandes différences de subvention. Je reviens donc sur une question qui n?était pas tout à fait ponctuelle et locale de M. DOMINATI, mais sur une différence que nous allons retrouver très régulièrement. Je suis étonnée que vous n?ayez pas déjà une réponse parce que cela devrait sauter aux yeux de l?Adjoint en charge de toutes ces subventions.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. L?adjoint étant une adjointe, je lui donne la parole.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Madame ANTIER, vous qui commentez l?ensemble des interventions de ses collègues, écoutez, si vous posez la même question que M. DOMINATI, je vais vous répondre de la même façon. C?est-à-dire que M. DOMINATI a évoqué un certain nombre d?éléments précis de fourchette. D?abord, je vais vérifier que vous ne vous êtes pas trompée dans les chiffre parce que vous vous trompez souvent dans la compréhension des chiffres et donc il faut faire preuve de beaucoup d?attention pour examiner ce que vous avez donné comme éléments pour être en mesure de vous apporter des réponses précises. Je ne fais pas des approximations et je préfère vous donner des réponses précises par écrit.

D?ailleurs, vous avez, Madame ANTIER, posé un certain nombre de questions au Conseil de Paris. Je m?étais engagée à vous les envoyer et vous allez les recevoir au cours du mois d?octobre et l?ensemble des conseillers de Paris vont les recevoir.

Pour ce qui concerne le 17e arrondissement, puisque ce projet de délibération concerne une structure multi-accueil dans le 17e arrondissement, je voulais simplement vous dire, si cela vous intéresse, que nous avons ouvert dans le 17e arrondissement 330 places. Ce sont les chiffres du comité de suivi, Madame ANTIER. De plus, la crèche de la Porte d?Asnières dans le 17e arrondissement est en train de se remplir. Je vous rappelle que c?est une crèche de 66 berceaux. On arrive, dans le 17e arrondissement, à peu près à 400 places.

Voilà ce que je voulais dire sur ce projet de délibération et je vous engage à voter ce projet de délibération qui concerne une structure multi-accueil.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFPE 202.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DFPE 202).

2005, DFPE 221 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention de fonctionnement avec l?association ?Les enfances? gestionnaire d?une crèche parentale située dans le 18e arrondissement. - Attribution d?une subvention de fonctionnement, au titre de 2005, audit établissement. - Montant :

7.597 euros.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous passons au projet de délibération DFPE 221 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention de fonctionnement avec l?association ?Les enfances?, gestionnaire d?une crèche parentale située dans le 18e arrondissement. Ce projet de délibération prévoit aussi une subvention de fonctionnement pour un montant de 7.597 euros.

Madame ANTIER, vous avez la parole.

Mme Edwige ANTIER. - Merci, Madame le Maire.

 

Là, nous sommes encore sans doute dans un problème local ou dans un problème où nous ne savons pas compter ou dans un problème où nous sommes paranoïaques ! J?entends que Mme TROSTIANSKY sait très bien compter. D?ailleurs, c?est formidable parce qu?actuellement les crèches de 66 berceaux fleurissent et il va falloir nous expliquer ce mystère parce que les crèches sont autorisées pour 60 berceaux. On ne comprend pas pourquoi de plus en plus de crèches affichent 66 berceaux.

Mais là, dans ce projet de délibération DFPE 221, nous ne sommes pas dans une crèche familiale comme précédemment, mais nous sommes dans une crèche parentale. Là, je crois que je sais compter : 362 euros par berceau pour cette crèche parentale du 18e arrondissement? Les enfants doivent dormir par terre, M. DESTREM a raison !

Si on compare juste avec le projet de délibération suivant on passe de 362 euros à 5.072 euros par berceau. Je suis sûre que Mme TROSTIANSKY a la réponse ! Je suis sûre.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Mme Olga TROSTIANSKY a la parole.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Je voulais vous dire à quel point je soutiens les crèches parentales. Si le groupe U.M.P. soutient les crèches parentales, on peut avoir un accord là-dessus.

Les parents qui s?associent pour mettre en place un projet de crèche parentale, il faut effectivement les soutenir mieux que cela n?a été fait avant 2001 parce que jusqu?à 2001, les crèches parentales nécessitaient trois ans, quatre ans, cinq ans avant d?aboutir, les parents se démobilisaient avant de réaliser la structure. Maintenant, les associations, y compris les crèches parentales, sont soutenues de manière conséquente par la Ville et c?est la raison pour laquelle, sur les 4.500 places, on a prévu

1.500 places en associatif. Les crèches parentales avancent et sont contentes du soutien de la Ville de Paris.

Je voulais expliquer à Mme ANTIER - à la fois comme élue et comme pédiatre, elle connaît cela bien, mais je vais le lui redire - que pour ce qui concerne les 60 berceaux, il y a effectivement un décret, c?est le décret d?août 2000 - il y a un certain nombre de choses qui y sont expliquées - qui permet qu?il y ait 66 enfants accueillis à la crèche. Je pensais que Mme ANTIER connaissait cela par c?ur, puisque cela fait 30 ans qu?elle travaille dans le secteur de la petite enfance, mais je crois qu?elle vient de découvrir cela en septembre 2005. Je suis contente de vous apprendre quelque chose, Madame ANTIER.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Le Conseil de Paris est aussi un lieu de pédagogie. J?espère qu?à France Inter, les auditeurs apprécieront.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFPE 221.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DFPE 221).

2005, DFPE 230 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant n° 2 à la convention de fonctionnement avec l?association ?La Croix Rouge française? gestionnaire d?une crèche collective située dans le 19e arrondissement. - Attribution d?une subvention de fonctionnement, au titre de 2005, audit établissement.

- Montant : 60.704 euros.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons le projet de délibération DFPE 230 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention de fonctionnement avec la Croix-Rouge française, gestionnaire d?une crèche collective dans le 19e arrondissement. Le montant de la subvention est de 60.704 euros.

Madame ANTIER, vous avez la parole.

Mme Edwige ANTIER. - Madame le Maire, je trouve?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame ANTIER, si vous le permettez, je vais refaire un petit point. Il y a une circulaire de Matignon qui précise que chacune choisit si elle souhaite féminiser ou pas sa fonction. Il se trouve que mon choix, c?est de féminiser ma fonction. Et donc, je souhaite que l?on m?appelle, Madame la Maire.

Donc vous avez la parole, Madame le Conseiller !

C?est celui qui est concerné. Donc, Madame le Conseiller, vous avez la parole.

Mme Edwige ANTIER. - Les parents et les enfants m?ont toujours appelée Mme le Docteur, cela ne m?a jamais gêné. Donc voilà, je suis un docteur et si vous voulez être un maire ou une maire, cela ne me gêne pas du tout.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame ANTIER, vous pouvez faire votre intervention.

Mme Edwige ANTIER. - Vous ne serez pas étonnés que je revienne après M. DOMINATI, après les crèches familiales, après les crèches parentales, maintenant sur les crèches collectives et le problème est le même. C?est-à-dire que si un bébé entre en crèche collective et que c?est l?association ?La Croix-Rouge française? qui est gestionnaire dans le 19e arrondissement, il y a 1.012 euros par berceau. Alors que dans le projet de délibération 89 pour une crèche collective, mes chers collègues, vous avez 8 fois plus de subventions par berceau (8.081 euros). Vous voyez, mes chers collègues, que ce n?est pas un problème ponctuel, que nous ne nous sommes pas amusés à ennuyer Mme TROSTIANSKY ou à faire des comptes? Non ! Mais je crois qu?il est de la responsabilité du Conseil de Paris de savoir, quels sont les critères exacts d?attribution des subventions par berceau. Pourquoi pour certaines crèches, c?est la misère comme cela ? Pourquoi ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame TROSTIANSKY, pourquoi c?est la misère comme cela ?

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Madame la Maire, il y a à peu près 110 projets de délibération qui concernent la petite enfance. M. DOMINATI et Mme ANTIER utilisent 10 ou 15 projets de délibération pour poser la même question, je trouve que cela nous fait perdre un peu de temps. Mais, par contre, je suis tout à fait convaincue de la légitimité de votre question mais posée une fois, cela aurait pu suffire pour que je vous apporte évidemment des réponses.

Pour ce qui concerne ce projet de délibération, Madame ANTIER, il y a peut-être quelque chose que vous n?avez pas bien lu, c?est qu?en plus, il s?agit ici d?une crèche d?entreprise. Donc c?est une crèche d?entreprise qui est gérée par la Croix-Rouge et qui ouvre 40 de ses 60 places sur le quartier et qui réserve les 20 places restantes à ses employées.

 

Je voulais dire juste un mot sur les crèches d?entreprise parce que je considère que c?est une idée parmi d?autres, mais vous Mme ANTIER, vous qui d?ordinaire êtes si soucieuse du bien-être des enfants, vous êtes brusquement totalement indifférente au fait de les exposer à des heures de transports quotidiens et vous êtes si occupée à nous critiquer que la pédiatre que vous êtes ne trouve rien à redire sur ces bébés trimbalés, ballottés d?un lieu à un autre.

La Ville de Paris privilégie toute la palette des modes de garde afin que les familles puissent bénéficier de la solution la plus adaptée à leur besoin. Je vous propose de voter ce projet de délibération.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFPE 230.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DFPE 230).