Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par l’Exécutif et les groupes de la majorité municipale sur la Samaritaine.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


 

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 47 bis dans le fascicule relatif à la Samaritaine qui a été déposé par l?Exécutif et les groupes de la majorité municipale.

La parole est à Mme Lyne COHEN-SOLAL.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voulais juste rappeler à l?ensemble de l?Assemblée que nous avons, selon le v?u déposé par l?Exécutif et voté par l?ensemble des groupes, réuni, en ce qui concerne les annonces faites par les propriétaires de la Samaritaine, un comité de vigilance pour l?emploi spécial Samaritaine. Celui-ci s?est réuni le 15 septembre dernier, donc il y a peu de temps, et nous avons pu entendre les différents intervenants dans ce dossier, que ce soit LVMH, le directeur de la Samaritaine, bien entendu les différents syndicats et les différentes UD. Nous avons aussi entendu les représentants des groupes au Conseil de Paris bien entendu, et aussi le service de l?emploi et de l?A.N.P.E.

Ce v?u a pour objet de tenir le Conseil de Paris au courant des événements et de la suite que nous voulons y donner. Je rappelle que le v?u que nous avions voté comportait aussi la réunion du comité de site. Ce comité de site qui, naturellement, devra gérer le quartier et les alentours de la Samaritaine, devrait être réuni dans le mois qui vient, en octobre ou tout à fait début novembre.

Voilà, je voulais tenir le Conseil de Paris au courant de la suite des événements et vous demander, par ce v?u, de donner quitus à l?Exécutif et que nous puissions avancer sur ce dossier assez douloureux et très inquiétant pour Paris.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Merci, Madame COHEN-SOLAL.

Il y a une explication de vote du Président VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ. - Oui, merci, Monsieur le Maire.

Je me félicite que ce v?u soit voté par la majorité municipale, et j?espère par l?ensemble du Conseil. Je voudrais simplement indiquer, pour les rencontrer pratiquement toutes les semaines, qu?il y a parmi le personnel beaucoup d?inquiétudes et en même temps une volonté de ne pas se laisser faire et d?aller jusqu?au bout pour pouvoir retrouver leur emploi et une réouverture le plus rapidement possible de la Samaritaine. Parce que, évidemment, pour ce qui concerne les personnels mais aussi pour ce qui, je crois, concerne la Ville, les 6 ans de fermeture qui sont à l?heure actuelle décidés par la direction sont très graves. Un magasin fermé pendant 6 ans au Centre de Paris, rue de Rivoli, ce n?est vraiment pas une bonne situation.

 

Je pense qu?il est donc logique, après la rencontre des organisations syndicales avec le Maire de Paris et après ce comité de vigilance pour l?emploi, de reprendre les demandes principales des personnels, c?est-à-dire dans un premier temps d?avoir une contre-expertise. Puisqu?il y a eu deux expertises contradictoires : l?une faite, j?allais dire organisée, par la direction, et une autre qui a été faite par les organisations syndicales. Et donc, on est dans une contradiction puisque l?une et l?autre ne donnent pas les mêmes temps de fermeture, et donc ce serait logique qu?une troisième expertise puisse avoir lieu de façon à ce qu?elle mette à jour quelles sont vraiment les conditions de fermeture de ce magasin. Est-ce qu?il est possible de réouvrir plus rapidement que ce qui est proposé par la direction ? Première chose.

Deuxième chose, il y a vraiment? De toute façon, il est clair qu?il faudra fermer ce magasin pendant un certain temps. Et là, le personnel se trouve inquiet de la façon dont est réglé le fait de retrouver un emploi, parce que les conditions sont différentes en ce qui concerne les personnels extérieurs, c?est-à-dire les démonstrateurs-démonstratrices puisqu?il faut qu?au mois de septembre ils aient donné leur accord pour rentrer dans une plateforme de reconversion, et cette plateforme de reconversion arrivera à échéance au mois de décembre 2005. Alors que pour l?ensemble des autres personnels, il y a 18 mois et qu?il y a un laps de temps relativement plus long puisque ce sera octobre 2006. Il serait souhaitable que l?ensemble du personnel soit traité de la même façon afin d?éventuellement retrouver un emploi. Et je pense que l?idée qui a été émise qu?à la réouverture de la Samaritaine, là encore le plus tôt possible, ce personnel puisse y revenir s?ils le souhaitent est très importante.

Donc c?est dans ce sens-là que les propositions contenues dans ce v?u vont dans le bon sens et je souhaite que l?ensemble du Conseil le vote.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Merci, Président VUILLERMOZ.

M. LE GARREC m?a demandé la parole pour une explication de vote.

M. Alain LE GARREC. - Je remercie le Président VUILLERMOZ, je remercie Lyne COHEN-SOLAL.

Je crois qu?effectivement ce v?u est un v?u de l?Exécutif et de l?ensemble des groupes de la majorité. Je crois qu?il faut aussi le signaler, ils étaient tous présents lors de la réunion dont m?a parlé Mme COHEN-SOLAL. Je remercie aussi M. SAUTTER parce que l?on travaille à la reconversion de ces personnels. Je n?en dirai pas plus, le Président VUILLERMOZ en a beaucoup parlé, ainsi que Mme COHEN-SOLAL. C?est un sujet extrêmement important et la Ville a fait pour le moment tout ce qu?elle devait faire, en ce qui concerne ce type de conflit. Je crois que la Ville continuera à faire tout ce qu?elle peut faire pour gérer l?avenir de ses personnels.

J?en profite d?ailleurs - je l?ai déjà fait ici - pour les remercier parce que je crois que nous avons affaire à des personnels de grande qualité, extrêmement sérieux dans leurs revendications, avec lesquels il n?y a jamais eu aucun dérapage, ce qui je crois doit nous permettre d?obtenir des solutions extrêmement intéressantes pour eux.

Je vous remercie.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Merci, Monsieur LE GARREC.

S?il n?y a pas d?autres explications de vote, je mets aux voix, à main levée, le v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 351).