Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, SGCP 11 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un avenant au marché de fourniture de prestations de transport aérien destinées aux Conseillers de Paris pour l’exécution des missions effectuées au titre de leur mandat, souscrit avec la S.A. “Air France”.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération SGCP 11 autorisant M. le Maire de Paris à signer un avenant au marché de fourniture de prestations de transport aérien destinées aux Conseillers de Paris pour l?exécution des missions effectuées au titre de leur mandat, souscrit avec la société anonyme ?Air France?.

Je donne la parole à Mme LE STRAT pour ?Les Verts?.

Mme Anne LE STRAT. - Merci, Monsieur le Maire.

Je profite de ces projets de délibération purement techniques, puisqu?il s?agit d?acter l?avenant au contrat passé entre la Ville et une compagnie aérienne qui a récemment changé de raison sociale, pour rappeler le v?u adopté en juin 2005 par notre Assemblée à l?initiative du groupe ?Les Verts?.

Il demandait, je cite : ?Que la Ville de Paris veille à choisir le train pour les déplacements des élus et agents de la Ville sur le territoire national ou proche de celui-ci, excepté dans les cas de très mauvaise desserte par ce mode de déplacement?.

Or, le marché dont il s?agit ici d?accepter l?avenant concerne bel et bien ce type de destination. D?après les pièces fournies par le transporteur pour répondre au marché de la Ville, les prestations proposées mettent en relation aérienne Paris avec des villes comme Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes pour la France ou Francfort, Londres en Europe. Autant de villes qui peuvent être desservies par le réseau français et européen de train à grande vitesse.

Nous avons bien entendu la réponse qu?a fourni l?Exécutif lors de l?étude de notre v?u en juin dernier, disant que les déplacements par voie aérienne sur ce type de destinations étaient déjà réduits à portion congrue. Nous remarquons toutefois que la remise en cause totale de ces vols n?est pas encore à l?ordre du jour. Or, elle s?inscrirait dans la politique municipale de lutte contre la pollution et l?effet de serre.

La mise en ?pool? des automobiles attribuées au Conseil de Paris, au cabinet du Maire, au Secrétariat général et aux directeurs a permis de réduire de 46 % la quantité de carburant jusqu?alors employé, ce qui ne représente pas moins de 140.000 litres annuels à la pompe de la rue de Lobau.

 

L?impact de la substitution du train à l?avion est plus important encore. Dois-je le rappeler ? Un aller-retour Paris-Londres en train émet huit fois moins de gaz à effet de serre que le même trajet réalisé en avion et réduit énormément les émissions de polluants locaux.

A l?heure d?une crise énergétique qui va en s?accentuant, le sujet n?est plus anecdotique et la cohérence de la politique municipale en matière de développement soutenable ne peut se faire qu?au prix d?une prise en compte par toutes et tous, les agents de la Ville comme les élus, de la nécessité d?agir à tous niveaux dans ce domaine crucial.

Il serait donc préférable que dans les prochains marchés passés par la Ville concernant la fourniture de prestations aériennes, les destinations françaises et européennes accessibles dans les mêmes conditions par le train ne soient plus demandées.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - M. CARESCHE a la parole pour répondre à Mme LE STRAT.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Mme LE STRAT a raison d?attirer notre attention sur la nécessité de réduire au maximum les déplacements en avion sur les courtes distances dès lors qu?il existe des lignes à grande vitesse. J?avais déjà fait une réponse en ce sens.

De façon à vous rassurer, je veillerai à vous donner, peut-être d?ici la fin de l?année, des éléments extrêmement précis, concernant les déplacements des élus dans le sens que vous indiquez, c?est-à-dire en privilégiant le train comme mode de déplacement.

Ce marché est un marché global et inclut donc un certain nombre de lignes. Je le répète : dès lors que le train permet de desservir correctement les destinations, nous privilégions et nous privilégierons cette ligne. Je vous donnerai les éléments très précis qui vous permettront d?en juger.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup. Si je peux me permettre d?ajouter un point, le train de nuit est très pratique pour se rendre dans les pays européens.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, rapporteur. Monsieur le Maire, je ne manquerai pas de vous le proposer prochainement lors de vos prochains déplacements.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Propices aux rencontres.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibérations SGCP 11.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, SGCP 11).