Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

55 - 2012, DDEEES 67 - Communication portant sur le règlement relatif à la tenue de kiosques à journaux. Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à l’opération Vital quartier.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2012

55 - 2012, DDEEES 67 - Communication portant sur le règlement relatif à la tenue de kiosques à journaux. V?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à l?opération Vital quartier.

 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Projet de délibération DDEEES 67 concernant une communication portant sur le règlement relatif à la tenue de kiosques à journaux.

La parole est à M. Jacques BRAVO.

M. Jacques BRAVO, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, les kiosques à journaux font partie pleinement de notre ville, ils jouent un rôle capital pour la diffusion de la presse, bien sûr, même si c?est dans un contexte particulièrement difficile aujourd?hui, mais aussi parce qu?ils contribuent à l?agrément de notre vie quotidienne.

Le kiosque est un repère, un point d?animation, un point de vie dans le quartier, qui fait la fierté des Parisiens. Je considère même que les kiosquiers sont de véritables vigies de quartier.

La Ville de Paris et ses élus sont déterminés à soutenir et à développer la profession de kiosquier.

Cette détermination se traduit par des objectifs très ambitieux comme en témoigne l?engagement inscrit dans la délégation de service public qui les concerne, visant à créer 40 kiosques supplémentaires dans les cinq années qui viennent, dont un quart de réouvertures.

Ce soutien de la Ville s?est aussi manifesté par l?aide exceptionnelle de 200.000 euros aux kiosquiers de Paris qui a été votée en décembre 2010 à l?unanimité sur proposition du Maire, preuve s?il en est que ce sujet, non seulement nous tient à c?ur, mais aussi nous rassemble.

Dans un contexte vraiment très difficile pour la profession (déclin des ventes de la presse écrite, réorganisation des messageries), notre devoir était de prendre en compte et d?accompagner les évolutions nécessaires du métier de kiosquier.

Par le présent règlement, nous proposons une réforme ambitieuse qui ouvre la voie à une diversification de l?offre commerciale des kiosques, en élargissant la liste des produits hors presse autorisés.

Par ailleurs, ce nouveau règlement donnera la possibilité aux kiosquiers de demander une autorisation particulière d?étalage sur la base du Règlement des étalages et des terrasses, permettant notamment de régulariser leur situation en matière d?occupation du domaine public. En contrepartie, les exigences envers les kiosquiers seront renforcées pour améliorer le service rendu aux Parisiens et les contrôles de la Ville et du délégataire seront accrus.

Bref, ce que nous proposons aux kiosquiers parisiens, c?est une meilleure reconnaissance de leur profession, avec des droits et des devoirs clairement identifiés. Ce nouveau règlement - j?y insiste - est le fruit d?un long travail mené dans un esprit d?écoute et de dialogue avec tous nos partenaires professionnels.

C?est pourquoi nous sommes aujourd?hui fiers de le porter à votre connaissance, chers collègues.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme COHEN-SOLAL.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Je vais répondre rapidement à M. BRAVO qui a déjà présenté très largement cette délibération, qui n?est pas une délibération d?ailleurs, mais une communication.

Vous savez qu?à Paris, on compte actuellement 328 kiosques, il y a eu 10 créations et 6 modernisations en 2011, et nous avons le projet, entre 2010 et 2015, de créer 40 nouveaux kiosques à journaux parce qu?il nous faut aider la diffusion de la presse.

Donc, nous avons un changement de règlement qui permet une professionnalisation et un encadrement du métier de kiosquier. Ce texte, qui fait l?objet d?un consensus déjà avec les syndicats de kiosquiers, sera soumis à la Commission professionnelle des kiosquiers, conformément au règlement, afin qu?elle nous fasse part de son avis. Donc, nous vous communiquerons un texte définitif, s?il est modifié, après cet examen.

Nous avons, comme principales modifications apportées :

- la création d?une carte professionnelle ;

- la mise en place d?un service de contrôle des kiosques ;

- l?obligation pour les kiosquiers d?ouvrir à des horaires adaptés selon les quartiers ;

- l?apparition de critères de sélection pour l?attribution de ces kiosques ;

- et puis l?élargissement, mais l?encadrement aussi, de la liste des objets vendus dans les kiosques, afin de rendre des services à la population ;

- enfin, comme l?a dit M. Jacques BRAVO, l?autorisation particulière d?étalage sur la base du Règlement des étalages et des terrasses.

Voilà en quoi concerne cette réglementation des kiosques, je vous demande juste, comme c?est une communication, de la lire afin que vous soyez très informés sur ces commerces extrêmement importants sur la voie publique parisienne.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Pour bien comprendre, il s?agit d?une communication mais le v?u n° 19 y est rattaché.

Nous ne votons pas la communication, mais nous voterons sur le v?u n° 19.

Vous avez la parole, Monsieur MANSAT.

M. Pierre MANSAT, adjoint. - Monsieur le Maire, certains quartiers de Paris connaissent une situation difficile en matière de dynamisme commercial, malgré le dynamisme justement de la capitale, notamment grâce aux politiques menées depuis 2001 par Lyne COHEN-SOLAL.

Il n?en reste pas moins que certains quartiers, notamment dans le 20e arrondissement, connaissent une situation que l?on peut qualifier de désertification commerciale, c?est le cas particulièrement des quartiers périphériques et Maréchaux.

C?est pour cela que ce v?u qui a été soumis en Conseil du 20e arrondissement demande que la SEMAEST étudie la possibilité de lancer une nouvelle phase de l?opération Vital?Quartier afin d?aider au développement des commerces de proximité dans ces quartiers de l?est du 20e arrondissement.

Nous mettons l?accent sur une question qui évoque celle des kiosquiers, bien évidemment, qui est la disparition des Maisons de la Presse. Le 20e arrondissement a vu dans la dernière période cinq ou six Maisons de la Presse fermer leurs portes, ce qui entraîne de grandes difficultés.

Nous avons souhaité qu?un groupe de réflexion soit créé, associant les élus et les professionnels de la presse, afin de voir quelles propositions nous pourrions mettre en ?uvre pour favoriser le maintien de ces Maisons de la Presse.

Je note une différence malgré tout avec la profession de kiosquier et avec les kiosques puisque, dans les Maisons de la Presse, l?éventail de presse proposée est bien plus large et présente l?ensemble de la presse spécialisée.

Si nous ne faisons rien, il y a un risque que, dans certains quartiers du 20e arrondissement, les Parisiens ne trouvent plus le lieu dans lequel acheter les journaux et les magazines auxquels ils sont habitués.

Voilà le sens de ce v?u.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, pour répondre.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, rapporteure. - C?est un v?u présenté par Danielle SIMONNET et vous-même, Monsieur MANSAT, qui est un peu encombrant parce que, comme je vous l?ai dit tout de suite, on est en train de revoir l?installation des kiosques à Paris, dans l?ensemble de la Ville de Paris.

Là, vous posez une question particulière sur le boulevard des Maréchaux, sur lequel d?ailleurs il y a actuellement des travaux importants pour le T3 et il est difficile d?intervenir sur cette partie sans intervenir sur le reste de Paris.

Par ailleurs, vous mettez en avant l?action de la S.E.M.A.EST alors que la S.E.M.A.-EST n?intervient pas sur les kiosques à journaux et que, en plus, les Maisons de la Presse sont en concurrence avec les kiosques à journaux.

Ce v?u nous gêne un peu, c?est pour cela que j?avais demandé à Danielle SIMONNET s?il était possible de reporter ce v?u le mois prochain afin de travailler véritablement sur la façon d?aider le 20e arrondissement à avoir du commerce de proximité et éventuellement des kiosques de presse, mais, tel qu?il est écrit, ce v?u mélange tout et, franchement, je ne peux pas laisser passer un v?u qui mélange les choses ainsi.

Je vous demande de le retirer, pour pouvoir présenter les choses de manière beaucoup plus claire le mois prochain, si c?était possible.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Monsieur MANSAT ?

M. Pierre MANSAT, adjoint. - Justement, je veux présenter quelque chose de clair le mois prochain, donc je retire ce v?u.