Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - 2012, DVD 26 - Signature d’un marché relatif à l’accueil des autocars de tourisme dans les parcs de stationnement payant fermés et sur voirie à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2012

67 - 2012, DVD 26 - Signature d?un marché relatif à l?accueil des autocars de tourisme dans les parcs de stationnement payant fermés et sur voirie à Paris.

 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Projet de délibération DVD 26. Marché relatif à l?accueil des autocars de tourisme dans les parcs de stationnements payants.

La parole est à M. Jacques BOUTAULT, pour le groupe E.E.L.V.A., et pour cinq minutes maximum.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Ce sera suffisant, Madame la Maire, puisque je me saisis de ce projet de délibération pour alerter sur la question du parking des bus touristiques en surface, au moment où vous savez que notre ville a connu sept jours consécutifs de pollution aux particules fines consécutive au fonctionnement des moteurs diesel.

Or, vous le savez, le parking en surface des autobus touristiques est largement contributeur de cette pollution, notamment lorsque les bus sont stationnés de longues heures durant, moteur allumé. Or, des propositions alternatives au parking de surface existent. Elles figurent dans le P.D.P., le Plan de déplacements de Paris, qui prévoit notamment le développement d?aires de stationnement pour autocars en périphérie, là où la zone est moins dense. Ce qui évite la circulation et le stationnement des bus, notamment près de la Bourse dans le 2e arrondissement ou au pied de la Butte Montmartre en des nombres très importants, puisqu?on estime sur tout Paris que ce sont 1.500 cars de touristes qui circulent en haute saison. Cela pose problème dans les zones urbaines très denses comme le centre de Paris.

Donc, le Plan de déplacements de Paris a prévu la création de ces aires de stationnement en périphérie, et puis la mise en place d?un Schéma directeur des déplacements des autocars dans une charte à conclure avec les professionnels du secteur des transports touristiques.

Or, malgré la politique que mène la Ville, l?engorgement demeure et pose des problèmes non seulement de déplacement, de stationnement, d?accès aux sites touristiques souvent engorgés, et bien entendu de pollution de l?air.

Alors, en 2010, le groupe européen écologiste ?Vert? du Conseil de Paris avait déposé un v?u demandant un bilan de la politique parisienne pour un meilleur encadrement du transport touristique, avec notamment un bilan des orientations inscrites dans le Plan de déplacements de Paris et souhaitant savoir quelles alternatives au parking en surface des autocars avaient été mises en ?uvre ou pouvaient l?être.

Or, à ma connaissance, il n?y a pas eu de mise en ?uvre de ce v?u, et c?est bien pour faire un premier bilan et savoir où en sont ces demandes du groupe écologiste, que je souhaitais intervenir sur ce projet de délibération.

Je vous remercie de votre attention.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Merci, Madame la Maire.

Il s?agit dans ce projet de délibération d?un renouvellement de marché pour disposer justement de personnels chargés de l?accueil des autocars de tourisme sur les emplacements de surface à Paris.

Je voulais vous rappeler - on n?a peut-être pas le temps et je vais le dire très brièvement, mais c?est important parce que cela fait partie des questions posées par Jacques BOUTAULT que l?offre de stationnement pour autocars à Paris comprend 414 places. Il y en a dans les parkings en sous-sol, 158 places, et dans des parkings fermés sur voirie, 67 places. Puis, ce sont 189 emplacements sur voirie. Evidemment cette offre est complétée par des zones de dépose-reprise qui sont situées la plupart du temps à proximité de lieux touristiques.

Cette offre de stationnement est bien sûr payante. Elle se paye, si je puis dire, par le biais d?un pass autocar, qui peut s?acheter sur Internet et qui permet aux autocaristes d?accéder à l?ensemble de ces places, en surface comme en sous-sol.

Bien sûr, en sous-sol, ce sont les gestionnaires de parkings qui sont chargés d?exploiter leur parking et nous passons des conventions avec eux. En revanche, en surface, il nous faut du personnel et c?est l?objet de ce marché de prestations qui est lancé avec ce projet de délibération.

Je rajouterai que les missions - là aussi je vais en partie répondre à vos questions - consistent à contrôler la validité du pass autocar et à le faire payer s?il n?a pas été préalablement acheté sur Internet et, ce n?est pas des moindres, à assurer de la discipline sur ces emplacements et une bonne information des chauffeurs sur l?offre de stationnement disponible à Paris.

Qu?il faille continuer à développer l?offre de stationnement pour autocars, sans aucun doute, mais M. BOUTAULT je ne vous cacherai pas que ce n?est pas une chose aisée, d?autant que les propositions que nous pouvons faire se trouvent la plupart du temps dans les arrondissements en périphérie.

Vous essayerez d?en parler avec vos collègues, maires de ces arrondissements. Pour beaucoup, ils en prennent leur part, mais c?est vrai que les parkings d?autocars ne sont jamais particulièrement appréciés ou acceptés. J?ai encore en mémoire un parking dans le 16e arrondissement qui nous a valu de faire revenir la délibération à plusieurs reprises.

C?est vrai qu?il s?agit d?un travail que la Ville ne peut pas mener seule. Elle ne peut le faire qu?en partenariat. Nous y travaillons avec mon collègue Jean-Bernard BROS, puisqu?il faut à la fois maintenir la venue des touristes à Paris et essayer au contraire de pouvoir développer un tourisme sans cars, ce que je préférerais.

Pour le moment, ce n?est pas le cas, mais en tout état de cause, nous avançons quand même sur une meilleure discipline du stationnement des autocars. J?espère qu?aux mois de juin et juillet, qui sont souvent les mois où nous voyons fleurir beaucoup d?autocars dans notre ville, nous pourrons en percevoir les premiers résultats.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Madame la Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 26.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DVD 26).

Merci.