Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

19 - 2012, DAC 250 - Attribution de la dénomination Vaclav Havel à la bibliothèque Pajol (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2012

19 - 2012, DAC 250 - Attribution de la dénomination Vaclav Havel à la bibliothèque Pajol (18e).

 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAC 250. Il s?agit de l?attribution de la dénomination ?Vaclav Havel? à la bibliothèque Pajol dans le 18e arrondissement.

La parole est à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Je m?associe pleinement à l?hommage qui est rendu à Vaclav Havel à travers cette délibération et qui le présente comme un homme remarquable, tant pour son ?uvre littéraire que pour son engagement.

Comme dramaturge, comme écrivain, il a eu non seulement une carrière exceptionnelle, mais il a été aussi novateur en matière d?écriture dramatique.

Comme homme politique, son engagement sans faille et en même temps tout teinté de réflexion, d?humanité est aussi exemplaire.

Comme homme d?Etat, son action à plusieurs titres est marquante.

Ceci dit, il est mort en décembre dernier et nous avons déjà une délibération qui propose un lieu pour lui rendre hommage et c?est sur la méthodologie, et non sur la personne incontestée et incontestable, que je voudrais intervenir et faire part d?une réflexion à partir de plusieurs constats.

Paris est déjà, vous me l?accorderez, presque entièrement construit et les opportunités de nommer de nouveaux équipements, de nouvelles voies sont réduites, alors que le nombre de personnes remarquables à plus d?un titre (des scientifiques, des écrivains, des artistes, des citoyens et des citoyennes, des hommes politiques) qui sont appelées à disparaître et auxquelles on veut ou on voudra rendre hommage est important et, fatalement, incessant.

D?autre part, j?ai l?impression qu?on assiste à une guerre des mémoires avec des enjeux symboliques très forts, une concurrence à qui n?oubliera pas, une forme de surenchère qui fait que l?espace public a du mal à répondre, en termes d?espaces disponibles.

Pour ma part, je trouve qu?on a une sorte d?encombrement de l?espace public, une saturation des interpellations pour le passant, pour le visiteur et, j?en ai fait la proposition, nous avons élaboré cette proposition dans la 9e Commission suite à l?intervention du même type que j?avais faite, c?est-à-dire la création d?un groupe de travail qui accompagne l?actuelle commission qui existe, un groupe de travail qui permet de se donner des règles pour trouver des solutions, c?est-à-dire pour sortir de l?urgence mémorielle.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur Christophe GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Danielle FOURNIER.

C?est vrai qu?en 9e Commission, avec la présidente de la Commission, Geneviève BERTRAND, Pierre SCHAPIRA, Catherine VIEU-CHARIER, nous avons eu sur ce sujet un échange assez passionnant et, en effet, nous nous inquiétons tous de voir cette course permanente pour les dénominations, dès qu?une femme ou un homme célèbre, important, qui souvent avait des liens avec Paris, décède.

On est vraiment tiraillé entre cette espèce d?emballement (vous me pardonnerez l?expression) pour que Paris ne devienne pas une sorte de Disneyland de l?Unesco et des Nations Unies, avec des dénominations en effet ici ou là de tous les chanteurs, de tous les artistes du monde, mais, en même temps, Paris a cette vocation si particulière d?être une ville tellement visitée et habitée, par tant d?artistes, ville qui compte pour tellement de créateurs, que ne pas dénommer est un peu compliqué.

C?est vrai qu?à partir du moment où nous respectons le souhait du Maire et de sa première adjointe d?attribuer des noms de femmes à de plus en plus de rues ou d?établissements, je crois qu?il y aura quelques exceptions.

Vaclav Havel est décédé le 18 décembre 2011 et, à la suite de ce décès, dont le monde entier a parlé, le Maire de Paris a souhaité lui rendre hommage en attribuant son nom à une bibliothèque municipale.

Certes, la disparition de Vaclav Havel est récente et notre décision d?attribuer si vite son nom à un établissement parisien peut surprendre. On a eu cet échange et je crois que nous sommes convenus qu?en effet il fallait être vigilant, mais nous nous devions d?honorer cette grande figure de l?histoire européenne, à ce président philosophe qui a su résister à l?oppression et guider son pays sur la voie de la liberté et de la démocratie.

Notre choix s?est porté sur la future bibliothèque Pajol qui ouvrira au printemps 2013 au sein des entrepôts réhabilités de la halle Pajol et qui s?intégrera à un ensemble qui comprendra également une auberge de jeunesse et une salle de spectacle.

Nous sommes particulièrement fiers d?attribuer le nom de cette grande figure historique à ce tout nouvel équipement qui offrira à ses lecteurs un espace de 1.000 mètres carrés et

30.000 ouvrages accessibles.

Cette bibliothèque rendra d?autant mieux hommage au combat de Vaclav Havel qu?elle sera orientée vers un projet d?ouverture sur l?Europe et constituera un lieu de rencontre entre les étudiants étrangers et les publics du 18e arrondissement.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

J?ai une demande d?explication de vote de M. MENGUY, pour l?U.M.P.P.A.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Je vous remercie, Monsieur le Maire, de m?avoir accordé ce temps, je voulais prolonger ce qu?a dit M. GIRARD sur les questions mémorielles.

Nous partageons cette vraie problématique qui a été évoquée et, au-delà de la mémoire pour les artistes, il y a cette délibération concernant une bibliothèque, vous l?avez dit par rapport aux questions européennes et aux étudiants, un devoir de transmission de la mémoire aux plus jeunes et, je le dis en saluant au nom de mon groupe et de Jean-François LAMOUR et Philippe GOUJON la présence d?une classe de cinquième au collège André Citroën du 15e arrondissement.

Là aussi, ce débat s?inscrit dans ce cadre : de quelle façon peut-on transmettre un message de mémoire et de devoir aux plus jeunes ?

Je crois qu?au-delà de la problématique que vous avez évoquée, nous avons évidemment un travail très important à mener, il s?agit de le faire avec qualité et de le faire avec détermination.

Nous voterons cette délibération, parce que cela s?inscrit aussi dans ce devoir de transmission aux plus jeunes.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 250.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2012, DAC 250).