Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

82 - 2012, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif aux questions de sécurité dans le quartier Saint-Blaise.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2012

82 - 2012, V?u déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif aux questions de sécurité dans le quartier Saint-Blaise.

 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen de v?ux qui ne se rapportent à aucun projet de délibération. Le v?u n° 42, du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

Je donne la parole à Mme CALANDRA : questions de sécurité dans le quartier Saint-Blaise.

Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.

Monsieur le Préfet, mes chers collègues, je l?ai déjà évoqué à plusieurs reprises devant vous, les demandes des habitants du 20e arrondissement en matière de prévention et de sécurité demeurent très fortes, singulièrement dans le quartier Saint-Blaise.

La Municipalité, dans les compétences qui sont les siennes, est pleinement engagée, bien entendu, dans la préservation et le rétablissement de la tranquillité des quartiers, néanmoins, nos habitants sont confrontés à des réalités quotidiennes de plus en plus difficiles à vivre.

Depuis environ huit mois, nous avons pu constater une montée en tension dans le quartier Saint-Blaise et plus particulièrement autour et dans le square des Cardeurs, avec en point d?orgue, récemment, plusieurs attaques, plusieurs braquages de commerçants du quartier, comme le pharmacien, à plusieurs reprises, la buraliste ou encore, plus récemment, le Franprix.

Ces agressions s?ajoutent aux problématiques récurrentes du secteur : nuisances sonores, incivilités diverses, dégradations, rodéos de deux-roues motorisés, deals de drogues et phénomènes de bandes.

Si nous avons mis en ?uvre et nous sommes en train de mener un G.P.R.U. dont l?un des objectifs est de contribuer à une meilleure sécurisation du quartier, les habitants de ce quartier Saint-Blaise sont néanmoins très préoccupés par cette situation et se sont mobilisés récemment afin d?alerter les pouvoirs publics, dont la Préfecture de police et nous-mêmes, la Municipalité, sur la dégradation du climat ambiant.

Une pétition a ainsi réuni dans le quartier près de 1.000 signatures.

De même, 70 habitants réunis lors de la réunion plénière du conseil de quartier Saint-Blaise le 15 février dernier ont fait part de ces inquiétudes devant les élus, mais également le commissaire du 20e arrondissement, le commissaire BOBROWSKA, qui avait accepté de participer à cette réunion, ce dont je le remercie.

Nous avons pu alors échanger et faire état avec les habitants sur les différentes actions que nous avions menées ces dernières semaines, comme l?intensification des passages de l?équipe des correspondants de nuit du secteur Saint-Blaise, notamment aux horaires de fermeture des magasins, la mobilisation des éducateurs du club de prévention ?Les Réglisses?, les discussions entreprises avec le commissariat.

J?ai d?ailleurs reçu des habitants avec M. FIAMENGHI, directeur de cabinet du Préfet de police, que je remercie de s?être déplacé sur place. Nous avons eu une réunion utile et fructueuse.

Nous avons, bien entendu, rencontré également les bailleurs sociaux, afin de demander la résidentialisation, la sécurisation des accès au parking et la réparation des éclairages des logements qui entourent le square des Cardeurs.

Nous avons également soutenu la création d?une association de commerçants afin de recréer du lien entre les acteurs du quartier.

A l?issue de ces échanges, les conseillers de quartier ont présenté un v?u voté à l?unanimité, demandant le renforcement de la présence policière sur le secteur, la présence d?éducateurs sociaux, le renforcement des équipes P.J.J., un encadrement des plus jeunes par la protection de l?enfance, un éclairage plus puissant et une augmentation des moyens de vidéo-protection.

Relayant les revendications légitimes des habitants - ce v?u du conseil de quartier Saint-Blaise a été adopté à l?unanimité du conseil de quartier -, relayant ces revendications légitimes, le Conseil du 20e arrondissement a adopté à l?unanimité, le jeudi 8 mars dernier, le v?u qui vous est présenté aujourd?hui.

Je rappelle que ce quartier, le plus dense d?Europe, a déjà été fortement impacté par des réductions budgétaires imposées par le Gouvernement en matière de politique de la ville, il nécessite donc notre attention et notre mobilisation.

Au regard de la situation actuelle, seul un renforcement permanent des différents moyens des acteurs de l?Etat (police et justice), en complément des actions menées par les partenaires locaux et la Municipalité, pourra permettre une amélioration sensible des conditions de vie des habitants du quartier Saint-Blaise.

Je vous remercie de votre attention.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - La parole est à Mme Myriam EL KHOMRI.

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe. - Merci, Monsieur le Président.

Comme l?a dit Frédérique CALANDRA, le quartier Saint-Blaise situé dans le 20e arrondissement vit de nouveau dans un climat de tension.

Pour avoir parcouru ce quartier à deux reprises avec vous, Madame la Maire et les correspondants de nuit et les éducateurs de rue, je mesure ce que les habitants subissent chaque jour et nuit : les regroupements de jeunes dans l?espace public, l?occupation des halls d?immeubles, le trafic.

Depuis ma prise de fonction, je suis attachée à mener une politique qui vise à créer une cohérence entre les chaînes préventives, éducatives, judiciaires et de police, notamment dans les quartiers populaires.

Dans ses domaines de compétence, la Ville, je vous le rappelle, finance en matière de prévention 13 postes d?éducateurs de rue du club de prévention, présents quotidiennement sur le quartier auprès des jeunes de 12 à 25 ans.

Avant de poursuivre, je voudrais apporter quelques précisions pour répondre aux questions soulevées par le conseil de quartier.

A la différence d?éducateurs de rue financés par le Département de Paris, les éducateurs de la P.J.J., la Protection Judiciaire de la Jeunesse, sont au nombre de huit sur l?ensemble du 20e arrondissement et ils ont en charge le suivi des jeunes après une décision de justice.

Après avoir pris connaissance de ce v?u, j?ai pris contact avec leur unité pour leur faire part des inquiétudes des habitants, ils sont disposés à rencontrer le conseil de quartier afin d?exposer le travail auprès de ces jeunes.

Sachez également que le Département finance plus de 400.000 euros à destination des familles à travers trois centres sociaux qui sont implantés sur ce quartier : La fondation ?uvre de la Croix Saint-Simon, le centre social ?Etincelles? et ?Soleil Blaise?.

D?une manière générale, la Ville soutient de nombreuses associations agissant par exemple sur l?animation du quartier, mais sachez qu?un effort particulier de la Ville est réalisé pour des projets ?Ville Vie Vacances?, plus de 63.000 euros sont dépensés sur ce quartier, près de 10 % de l?enveloppe parisienne afin que les enfants puissent bénéficier d?activités pendant les vacances scolaires.

Sur la sécurisation des équipements, vous avez cité un peu le renfort de sécurisation depuis plusieurs mois, notamment de la médiathèque Marguerite Duras, que je suis allée visiter avec vous-même et Christophe GIRARD, mais également des équipements tels que le centre sportif Louis Lumière.

Il y a également des rondes aléatoires dans les différents squares, mais sachez que j?ai demandé une plus grande activité, un regard plus vigilant des inspecteurs de sécurité.

La médiation, nous investissons également puisque nous avons mis en place une équipe de 40 correspondants de nuit, des agents fonctionnaires de la Ville qui sont assez bien identifiés (je pense notamment au buraliste sur lequel ils mènent un travail particulier).

Sachez que, malgré l?effort de la Ville et du Département dans le domaine de la prévention sociale et éducative et sur la sécurisation des équipements, le climat est de plus en plus préoccupant, en particulier en début de soirée et de nuit.

Nous demandons également, j?appuie la demande de la Maire du 20e arrondissement et du conseil de quartier car, malgré les interventions policières qui se sont multipliées (je pense entre autres aux interventions combinées avec le G.P.I.S. que la Ville finance également), malgré le dynamisme du tissu associatif, les actions de prévention et de médiation, on voit bien que cela ne suffit plus dans ce quartier et elles doivent être accompagnées d?une présence quotidienne des services de police sur le terrain, particulièrement en fin de journée et soirée et, en la matière, nous avons également besoin de beaucoup d?investigations, donc d?enquêtes qui vont prendre du temps, mais, sur la question du ?deal?, cela devient particulièrement urgent.

Je ne peux que soutenir ce v?u des habitants et des élus de la mairie du 20e arrondissement.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. le Préfet.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Mme CALANDRA a rappelé que le quartier Saint-Blaise regroupait une trentaine d?immeubles avec une densité de population assez inédite et inouïe en Europe, avec également trois squares ouverts au public.

Ce quartier, reconnu comme sensible, concentre une petite et une moyenne délinquance assez diverse, assez protéiforme.

Il est d?ailleurs inscrit parmi les objectifs prioritaires du plan ?Bandes? de la Préfecture de police.

Récemment, c?est exact, une série d?agressions (agressions de personnes âgées à leur domicile, incendies de containers et de véhicules, cambriolages, vols à main armée qui ont visé les deux commerçants que vous avez cités) a effectivement accru l?inquiétude parmi les riverains et ravivé les tensions dans le quartier.

Dès la fin de l?année, la présence policière sur le site a été sensiblement renforcée. A la suite du déplacement, vous l?avez également mentionné, du directeur de cabinet du Préfet de police sur place, où il a tenu une réunion avec vous-même au bureau de police, de nouvelles mesures opérationnelles ont été décidées.

Elles ont d?ailleurs été présentées aux riverains lors du conseil de quartier auquel vous avez fait référence le 15 février dernier.

Depuis cette date, les patrouilleurs de la circonscription ont augmenté leur passage, notamment dans les rues Saint-Blaise, du Clos et Vitruve, puis aux abords et à l?intérieur des deux squares, le square des Cardeurs et le square de la Salamandre.

C?est ainsi que, depuis le 15 février, 64 interventions des effectifs ont eu lieu. En outre, 18 opérations conjointes avec le G.P.I.S. ont été conduites.

Cette présence policière et ces opérations conjointes seront poursuivies avec un effort, j?ai noté, sur les périodes de fin de journée.

Sur un plan judiciaire, c?est effectivement très important, je suis en mesure de vous dire qu?un dispositif spécial de surveillance a été mis en place (pour l?heure, une personne, un trafiquant a été interpellé).

Elles se poursuivent, vous comprendrez que je n?en dise pas plus, tout comme je n?en dirai pas beaucoup plus sur les contrôles conjoints qui vont être conduits prochainement avec l?U.R.S.S.A.F.

Enfin, sur un plan plus préventif, consigne a été donnée aux patrouilleurs de multiplier les prises de contact avec les commerçants du secteur. Un travail de fond dans le cadre du dispositif ?C?est plus sûr? a également été lancé sur le site avec une dizaine de commerçants volontaires.

Les contacts ont été accrus avec les bailleurs sociaux. Une réunion de concertation et de bilan d?action spécifique au quartier est d?ailleurs prévue au commissariat le 30 mars prochain, la semaine prochaine, en présence, je crois, des bailleurs. En tout cas, le commissaire a eu encore récemment des contacts avec ?Paris Habitat?.

Enfin, je souhaite également saluer le travail conduit par les différents partenaires du Contrat local de sécurité d?arrondissement. Je pense aux bailleurs sociaux, je pense à la Mairie, je pense à l?Education nationale qui s?implique particulièrement dans le suivi des mineurs délinquants sur le site.

Le dernier Comité opérationnel où était le commissaire d?arrondissement avait précisément pour thème le quartier Saint-Blaise et au moins trois noms de jeunes mineurs en situation de faiblesse ont été abordés à cette occasion.

Je conçois que beaucoup reste à faire sur ce secteur. Je souhaite en tout cas témoigner aujourd?hui de l?engagement de la Préfecture de police en lien avec l?ensemble des partenaires qui ont été cités et sans lesquels rien ne serait possible pour améliorer durablement les conditions de vie des habitants de ce quartier.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Préfet.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2012, V. 48).