Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme Anne HIDALGO, M. Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et radical de gauche relatif à l’adoption par la Ville de Paris du projet de dédier une place parisienne aux “Mères de la place de Mai”.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2006


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u référencé n° 41 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste et radical de gauche, relatif à l?adoption par la Ville de Paris du projet de dédier une place parisienne aux mères de la place de Mai.

Madame HIDALGO, vous avez la parole.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

J?ai eu l?occasion de rencontrer récemment Mmes Estella CARLOTTO et Maria Marta ROSINBLIT, qui sont respectivement présidente et vice-présidente de l?association qui se nomme aujourd?hui l?Association des Grand-mères de la Place de Mai.

Nous devons rendre hommage à cette association qui mène depuis 1977 une lutte admirable pour retrouver la trace des enfants et aujourd?hui des petits-enfants disparus sous la dictature argentine.

Cette association, vous vous en souvenez sans doute, toutes les semaines, a fait d?interminables rondes, pour soutenir les enfants et petits-enfants disparus, sur la place de Mai à Buenos-Aires, sur la place qui commémore aussi l?indépendance de l?Argentine à Buenos-Aires. Les femmes de cette association ont pris de très grands risques.

Aujourd?hui, les Grand-mères de la Place de Mai ont permis l?usage de vérifications ADN en cas de doute sur une identité, via la constitution, notamment, d?une banque du sang. Leur action a aussi inspiré une loi obligeant une personne soupçonnée d?avoir enlevé ou recueilli un enfant disparu pendant la dictature argentine à établir la preuve génétique de son lien de parenté en cas de doute. De plus, la pugnacité des actions médiatiques de l?association, pour communiquer leurs démarches et les développer, mérite d?être reconnue et estimée en France.

Aujourd?hui, cette association a retrouvé, sur les 500 petits-enfants estimés disparus, plus de 80, et continue son travail.

Si la Ville de Paris reconnaît, et c?est ce que nous souhaitons, une place aux mères de la place de Mai, c?est aussi pour ?uvrer pour que de telles violations, intolérables au regard des droits de la personne humaine, ne se reproduisent plus. Nous voulons honorer cette action de femmes qui ont su braver la dictature argentine, qui ont su poursuivre leur combat. Plusieurs d?entre elles ont été tuées encore récemment, des grands-mères qui étaient encore à la recherche de leurs petits-enfants ont été victimes d?assassinats absolument terribles. Ces femmes ont eu un courage que nous ne pouvons oublier.

C?est pour cela qu?avec mon groupe, avec le Président de mon groupe, Patrick BLOCHE, nous avons souhaité soumettre à notre Assemblée cette proposition de baptiser une place parisienne du nom de place des ?Mères de la Place de Mai?. Et nous aimerions qu?elle puisse être inaugurée le 10 décembre 2006 qui est un jour de commémoration des droits de l?Homme.

J?insiste aussi pour dire qu?Estella CARLOTTO est candidate au prix Nobel de la Paix. Je crois que, dans la campagne qu?elle va engager pour pouvoir aller jusqu?au bout éventuellement de l?octroi de ce grand prix, nous pouvons aussi jouer un rôle. En tous les cas, pour ce qui me concerne, je jouerai un rôle, modeste certes, mais je serais aux côtés aussi de cette reconnaissance qui me paraît tout à fait légitime, compte tenu du combat qu?elle continue à mener.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur CAFFET, vous avez la parole.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Tout à fait d?accord avec cette proposition de baptiser ?Mères de la Place de Mai? une place, qui reste à trouver parce qu?aucune proposition concrète n?a été formulée.

Les services vont rechercher ce lieu.

S?agissant de la date du 10 décembre, si nous sommes dans les temps, bien évidemment cette date serait particulièrement bien choisie.

Si nous n?étions pas dans les temps, une proposition pourrait être faite : c?est que l?on rende un hommage, dans un premier temps, aux ?Mères de la place de Mai? le 10 décembre 2006 lors de l?inauguration de la rue Alice-Dumont et Léonie-Duquet, les deux religieuses qui ont été assassinées. Cela pourrait donc être l?occasion de rendre un premier hommage en attendant le second qui sera probablement un peu plus solennel aux ?Mères de la place de Mai?.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste et radical de gauche.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 147).