Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, SGRI 23 - DPVI 46 - Approbation de la création et des modalités d’attribution du “Label Paris Co-développement Sud”. - Montant : 50.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2006


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération SGRI 23 DPVI 46 concernant l?approbation de la création des modalités d?attribution du ?Label Paris Co-développement Sud?, pour un montant de 50.000 euros.

Madame LE STRAT, vous avez la parole.

Mme Anne LE STRAT. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, par ce projet de délibération, nous aboutissons enfin à la création du ?Label Paris Co-développement Sud?, décision prise il y a trois ans lors des assises du codéveloppement au printemps 2003.

Je regrette d?ailleurs que les projets relatifs à la coopération en faveur des pays du sud soient si longs à mettre en place, alors même que les collectivités locales vont être amenées à jouer un rôle de plus en plus important en la matière.

Mais nous nous réjouissons, bien évidemment, de la mise en place de ce label destiné à des projets de développement menés par des associations de migrants, en relation avec leur pays d?origine. Nous sommes convaincus que l?aide au développement doit se faire par ce type de projet, et cela, pour plusieurs raisons.

Tout d?abord parce qu?elle s?appuie directement sur les populations, qu?elles soient ici par l?intermédiaire des migrants ou là-bas. Les associations de migrants, généralement peu soutenues par les Pouvoirs publics, jouent en effet un rôle de premier plan quant à l?évaluation des besoins des populations directement concernées. Cette connaissance est primordiale dans la réussite des projets de développement qui ne peuvent être pensés a priori en dehors des besoins des populations elles-mêmes et définis par ces populations.

Par ailleurs, cette forme d?aide au développement par l?intermédiaire de ces associations est aussi un moyen pour eux de valoriser leur place au sein de notre cité. Leur double appartenance, leur double expérience, les relations que les migrants entretiennent avec les populations de leur pays d?origine sont autant de richesses à faire partager à l?ensemble des citoyens de notre Ville, dans la perspective d?un mieux-vivre ensemble et d?une plus grande solidarité.

C?est pourquoi, dans la politique de coopération décentralisée, l?action des collectivités locales, dont l?importance ne cesse de croître en ce domaine, doit s?appuyer sur les migrants faisant souvent le lien entre le Nord et le Sud.

En conclusion, je terminerai par une simple question concernant les possibilités de coordination et de synergie entre les projets menés sous le label co-développement, et ceux, répondant à l?appel à projets pour le fond 1 % eau et assainissement que nous avons décidés il y a quelques mois. Quelle marge de man?uvre existe-t-il à ce niveau ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - La parole est à Pierre SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Madame LE STRAT. Je me réjouis évidemment également de la mise en place enfin du ?Label Paris Co-développement Sud? qui sera lancé courant juin.

Comme vous l?avez dit, c?est au moment des assises du co-développement, que j?avais initiées, que le Maire de Paris a décidé de financer sur le modèle du Label Paris-Europe des projets de coopération et de co-développement, portés par des associations franciliennes et mis en ?uvre avec des collectivités du Sud.

Cet engagement correspond à notre volonté de valoriser la diversité culturelle de notre Capitale, tout en ?uvrant en faveur du développement des pays du Sud, car quand des migrants habitant Paris ont un projet avec des associations qui sont quelquefois binationales, où il y a des Français de souche, cela a un pouvoir intégrateur.

L?élaboration de ce dossier a connu, hélas, du retard pour des raisons uniquement structurelles de vacance de poste. Bref, je n?entrerai pas dans les détails parce que je ne comprends jamais tout à fait tout dans l?administration, mais enfin, il sortira en juin.

Depuis quelques mois, une réflexion commune que nous avons avec Khédija BOURCART a été relancée et approfondie. Et nous avons choisi de réserver l?exclusivité de l?accès à l?appel à projets aux associations de migrants, leur évitant ainsi la concurrence des associations plus importantes et des O.N.G. expérimentées.

Pour 2006, d?ores et déjà, deux dispositifs distincts seront donc consacrés au co-développement, qui sont le ?Label Paris Co-développement Sud? et la subvention de 50.000 euros que nous avons votée au cours de la séance budgétaire sur des projets de co-développement qui financeront des programmes visant à appuyer des migrants dans le montage et la mise en ?uvre de projets de développement ou à contribuer à la prévention sanitaire dans des foyers de travailleurs migrants.

Ces deux démarches convergentes et cohérentes, tant avec les engagements pris lors des assises 2003 qu?avec la politique internationale de la Ville, nous permettent de tester, avec les associations elles-mêmes, la pertinence, la faisabilité et le format du label que nous installerons définitivement.

(Mouvements d?approbation dans l?hémicycle).

Merci de votre approbation, chers collègues ! Cela commencera en 2006 et ce sera pérennisé en 2007.

Quant à l?autre projet sur le centime additionnel, il ne faut pas mélanger les choses.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SCHAPIRA.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 23 - DPVI 46.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, SGRI 23 - DPVI 46).