Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DU 101 - Attribution de la dénomination “place Pierre Laroque” à une place du 7e arrondissement de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2006


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DU 101 relatif à l?attribution de la dénomination ?place Pierre Laroque? à une place du 7e arrondissement de Paris.

Monsieur COMBROUZE, vous avez la parole.

M. Francis COMBROUZE. - Merci, Monsieur le Maire.

Le projet de délibération qui nous est proposé reçoit notre agrément. Simplement, l?exposé des motifs retrace une partie de la carrière de Pierre Laroque mais je crois malheureusement qu?est omis dans l?exposé des motifs un fait important : on nous dit que Pierre Laroque fut exclu du Conseil d?Etat et sa carrière interrompue. Je crois qu?il est important de rappeler que Pierre Laroque fut révoqué en 1940 de la fonction publique pour ses origines juives contadines, c?est-à-dire le comtat Venaissin, et que ceci devait être rappelé dans l?exposé des motifs.

Il a rejoint la Résistance à Lyon, il a participé à l?organisation de résistance Combat, il rejoint Londres en avril 1943 et rentre en France en juin 1944 où il est nommé Directeur général des Assurances sociales. Il prend part à la rédaction des projets qui vont mener sous la conduite du Ministre communiste Ambroise Croizat, à l?ensemble des textes régissant notre Sécurité sociale. Il met ainsi en ?uvre l?un des axes du programme du Conseil national de la Résistance : solidarité intergénérationnelle, mutualisation des risques, financement par les entreprises, responsabilité des syndicats de salariés dans la gestion du salaire différé des travailleurs.

Nommé en 1953, président de la sous-section du Contentieux du Conseil d?Etat, Pierre Laroque va affronter le Général de Gaulle en 1962 dans le rendu d?un arrêt très connu, l?arrêt dit ?canal? sur l?étendue des pouvoirs spéciaux et en particulier de l?article 2 de la loi du 13 avril 1962.

Nommé en 1964, président de la section sociale du Conseil d?Etat, il exerce cette fonction jusqu?à sa retraite en 1980. Il sera après appelé à animer les débats du Haut Conseil de la population.

Les fonctionnaires du Ministère chargé des Affaires sociales, avenue Lowendal, angle de l?avenue de Ségur, donc sur la place que nous proposons aujourd?hui de nommer, étaient sensibles à la présence dans leurs murs de ce retraité profondément attaché à notre service public et aux institutions de la Sécurité sociale qui font honneur à nos valeurs.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur CAFFET, vous avez la parole.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Monsieur le Maire, je n?ai rien à ajouter à ce que vient de dire Francis COMBROUZE.

Il y a peut-être une imperfection de rédaction puisque Pierre Laroque n?a pas été exclu du Conseil d?Etat mais révoqué, comme vous le dites, en 1940. Vous avez bien fait de rappeler ce qui s?était passé entre Pierre Laroque et le Conseil d?Etat, dont acte.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 101.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DU 101).