Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DJS 370 - Fixation des tarifs d’utilisation des équipements de remise en forme de la Ville de Paris gérés en régie, pour les usagers individuels, à compter du 2 juin 2006.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2006


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DJS 370 relatif à la fixation des tarifs d?utilisation des équipements de remise en forme de la Ville de Paris gérés en régie, pour les usagers individuels, à compter du 2 juin 2006, sur lequel deux amendements, n° 30 et 30 bis, ont été respectivement déposés par le groupe ?Les Verts? et l?Exécutif.

Je donne la parole à Mme ATALLAH.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH . - Merci, Madame la Maire.

Nous rappelons que ce projet de délibération nous a été présenté en février dernier et retiré pour permettre une discussion plus approfondie réunissant Pascal CHERKI, son cabinet, la Direction de la Jeunesse et des Sports et des élus du groupe ?Les Verts?.

Si cette nouvelle grille tarifaire est certes revue à la baisse pour les publics ayant droit aux tarifs réduits, elle reste insatisfaisante pour les publics les plus démunis.

En effet, il faut rappeler que le revenu d?un allocataire des minima sociaux ne permet pas à la personne ou au foyer de couvrir l?ensemble des dépenses de première nécessité. Dès lors, toute autre dépense supplémentaire est de l?ordre de l?impossible.

Aussi, proposer une entrée journalière au prix de 5 euros aura pour conséquence que les allocataires des minima sociaux ne pourront accéder à cette nouvelle offre sportive proposée par notre collectivité. Si le développement d?une offre municipale dans le domaine de la gymnastique douce et de la recherche du bien-être en direction des usagers individuels parisiens peut nous sembler intéressant, c?est justement pour que cette nouvelle offre puisse être accessible à tous et à toutes, pour que cette pratique sportive ou de loisir favorise l?insertion des publics démunis et renforce le lien social dans nos quartiers.

Lors des discussions internes à la majorité, notre groupe a fait part de la nécessité de la gratuité de ces équipements et de leurs services pour différents types de public parisien, à savoir les bénéficiaires des minima sociaux et les jeunes sans ressources de moins de 26 ans.

Sans cette mesure, il nous est difficile de concevoir cette offre comme une offre réellement de service public et c?est pourquoi nous vous proposons, mes chers collègues, de voter en faveur de notre amendement qui demande la gratuité pour tous les bénéficiaires des minima sociaux aux salles de remise en forme de la Ville de Paris qui sont gérées en régie pour les usagers individuels.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci.

Monsieur CHERKI, vous avez la parole.

M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Très brièvement, Madame la Maire.

D?abord, je voudrais remercier Mme ATALLAH, les élus du groupe ?Les Verts? et les élus communistes qui, tout au long de la discussion qui arrive à son terme, aujourd?hui, sont intervenus sur la question de l?évolution de la grille tarifaire.

C?est très simple, nous lançons les fitness municipaux. Comme nous en sommes à la phase de lancement, nous avons à construire cette grille tarifaire. Nous ne nous sommes pas appuyés sur l?expérience d?un passé en la matière, à Paris. Nous avons tâtonné, d?autant que déterminer un tarif équitable socialement, prenant en compte un certain nombre d?objectifs de service public et, en même temps, une approche financière raisonnable, nous a conduit à en discuter de manière approfondie.

A l?issue de ce processus, l?Exécutif accède à la demande qui est faite de prévoir la gratuité pour un certain nombre de catégories tarifaires. Par un souci de cohérence, Madame ATALLAH, et vous le comprendrez aisément, et pour simplifier les choses, j?ai présenté un amendement non pas contradictoire, mais modifiant votre amendement qui vise à aligner les catégories d?exonération tarifaires sur celles que nous pratiquons actuellement déjà pour les piscines et les tennis, afin que nous gardions une cohérence par rapport à la politique sportive municipale qui est menée actuellement, y compris en matière de gratuité.

L?amendement que je présente propose d?accorder le tarif réduit aux bénéficiaires du R.M.I. résidant à Paris, aux bénéficiaires de l?allocation de parent isolé et aux bénéficiaires de l?allocation insertion.

Je lis : ?Dans le tableau figurant au point 1, tarifs de l?annexe au projet de délibération, il convient de retirer de la colonne intitulée ?tarifs réduits? les tarifs relatifs aux bénéficiaires du

R.M.I. résidant à Paris, etc., et de les faire figurer dans une nouvelle colonne intitulée ?gratuité?.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - L?amendement n° 30 est-il retiré ?

Mme Marie-Thérèse ATALLAH . - Oui.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 30 bis déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d?amendement n° 30 bis est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 370 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2006, DJS 370).

Merci, chers collègues.