Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

11 - 2012, DASCO 61 G - Approbation du changement de dénomination du collège Lucie Aubrac, 61, rue de la Fontaine-au-Roi (11e) en collège Lucie et Raymond Aubrac.

Débat/ Conseil général/ Mai 2012

11 - 2012, DASCO 61 G - Approbation du changement de dénomination du collège Lucie Aubrac, 61, rue de la Fontaine-au-Roi (11e) en collège Lucie et Raymond Aubrac.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à la 7e Commission et examinons le projet de délibération DASCO 61 G relatif au changement de dénomination du collège Lucie Aubrac en collège Lucie et Raymond Aubrac.

Je donne la parole à M. Philippe DUCLOUX.

M. Philippe DUCLOUX. - Excusez-moi, Madame la Présidente, je souhaite intervenir sur ce projet de délibération tellement important, tellement emblématique et tellement symbolique.

Si vous me le permettez (je pense que j?ai plus d?une minute pour m?exprimer), je voudrais faire un petit rappel concernant bien entendu ce couple emblématique qu?étaient Lucie Aubrac et Raymond Aubrac.

Ce projet de délibération concerne notre collège situé 61, rue de la Fontaine-au-Roi, qui porte déjà le nom de Lucie Aubrac, qui elle est disparue en 2007 ; ce projet de délibération vise aussi à faire en sorte que son époux Raymond Aubrac, qui lui nous a quittés le 10 avril dernier, puisse également figurer au fronton de ce collège.

Ce couple légendaire, comme je le disais à l?instant, s?est engagé dans la Résistance française intérieure dès 1940. Il me semble important de le rappeler au sein de ce Conseil aujourd?hui, car il va dans le sens de la délibération.

En août 1940, Lucie Aubrac organise l?évasion de son mari prisonnier de guerre à Sarrebourg. A l?automne 1940, ils participent tous les deux aux activités de l?organisation antinazie et anti-vichyste ?La dernière Colonne?.

A partir du mois de mai 1941, Raymond et Lucie Aubrac aident Emmanuel d?Astier à faire un journal dont la parution du premier numéro, deux mois plus tard, marque la naissance du mouvement ?Libération-Sud? et contribue à faire de ce mouvement de résistance le plus important en zone sud.

Il devient en tant que délégué de son mouvement l?adjoint du Général Delestraint nommé par le Général de Gaulle à la tête de l?armée secrète destinée à unifier toute la résistance armée.

Le 21 juin 1943, il est arrêté à Caluire dans le Département du Rhône par la Gestapo. Il sera libéré le 21 octobre suivant par un groupe dirigé par sa femme Lucie, au cours d?une spectaculaire opération commando qu?elle organisa, puis ils s?enfuirent à Londres en février 1944.

Le 6 juin 1944, il est nommé délégué à l?assemblée consultative d?Alger, en 1944-45 commissaire de la République dans les Bouches-du-Rhône.

Une fois retiré de l?action publique, il n?aura de cesse, et c?est là tout le sens de cette délibération, de défendre les idéaux de la Résistance.

C?est pour cette raison, Madame la Présidente, mes chers collègues, que je remercie M. Bertrand DELANOË de proposer cette délibération. Elle permettra de réunir une nouvelle fois Lucie et Raymond Aubrac au fronton de ce collège emblématique de la rue de la Fontaine au Roi, pour un seul souci : entretenir la mémoire collective surtout en direction de la jeunesse du 11e arrondissement et plus généralement en direction de la jeunesse parisienne.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci pour cette évocation et cet hommage.

La parole est à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, au nom de la 7e Commission. - Merci.

Je n?ai pas grand-chose à rajouter sauf à remercier M. Philippe DUCLOUX d?avoir mis en lumière ce projet de délibération. Le Maire de Paris a en effet souhaité dès après le décès de Raymond Aubrac, faire en sorte que ce collège du 11e arrondissement puisse voir ainsi associés Raymond et Lucie Aubrac.

C?est important parce que le devoir de mémoire est un devoir qui s?impose à chacun d?entre nous, et nous savons à quel point dans le champ éducatif, c?est évidemment quelque chose qui nous importe et pour lequel nous devons continuer à nous battre.

C?est aussi important au-delà de l?aspect symbolique de la nomination d?un établissement d?enseignement ; évidemment il était primordial pour le Maire de Paris que le nom de Raymond Aubrac reste dans notre mémoire collective parisienne.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 61 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Je suppose qu?il n?y en a pas.

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2012, DASCO 61 G).