Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

72 - 2012, Vœu déposé par le groupe PSRGA relatif à la création d’une piscine de 50 mètres pour les habitants des 17e et 18e arrondissements.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2012

72 - 2012, V?u déposé par le groupe PSRGA relatif à la création d?une piscine de 50 mètres pour les habitants des 17e et 18e arrondissements.

 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant une série, en tout cas un premier v?u, le n° 59 déposé par le groupe socialiste, qui ne se rattache pas à un projet de délibération et qui a trait à la création d'une piscine pour les habitants des 17 et 18e arrondissements.

Je laisse à Annick LEPETIT le soin de présenter ce v?u et Jean VUILLERMOZ lui répondra après l'explication de vote de Laurence DOUVIN.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

En effet, nous avons déposé ce v?u lors du Conseil du 17e arrondissement. Il s'agit d'une demande d'étude pour la création d'une piscine répondant aux besoins des habitants du Nord du 17e arrondissement et de l'Ouest du 18e arrondissement. Et ce v?u a été adopté à l'unanimité du Conseil du 17e arrondissement.

Alors, si j'ai proposé ce v?u, et je le propose encore, c'est que je sais qu'en ce moment les services de la Direction de la Jeunesse et des Sports travaillent sur un schéma directeur de programmation des équipements sportifs, et je souhaite bien sûr, à travers ce v?u, prendre date, pour que les besoins aujourd'hui, remarqués ou soulignés, puissent être actés.

En effet, la Direction de la Jeunesse et des Sports a estimé que le 17e arrondissement se situe en seizième position en offre de piscines, avec deux bassins de 25 mètres et un bassin école sur l'ensemble de l'arrondissement. Donc, on peut imaginer aisément que l'offre de piscines va être saturée, puisque 8.000 nouveaux habitants et 7.000 employés vont petit à petit arriver dans les quartiers des Epinettes et des Batignolles, dans le 17e arrondissement. C'est également la création d'un centre d'animation, de groupes scolaires et d'un collège situé à côté, dans le quartier Saussure, qui va aussi générer de nouveaux besoins.

J'ai bien conscience qu'à ce jour des espaces sportifs ont été réalisés dans le parc Martin Luther King et qu'il était également prévu de construire deux nouveaux gymnases dans le secteur "Clichy-Batignolles". Néanmoins, je souhaite à travers ce v?u, qui a été largement partagé, attirer votre attention, Monsieur le Maire, et bien évidemment que cette étude puisse être engagée.

Merci.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La réponse de Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Ce v?u vient rappeler à tous que la question des piscines à Paris est un enjeu crucial puisque, depuis 2001, la pratique individuelle a augmenté de 75 %, passant de 2.100.000 à 3.700.000 entrées par an. Je rappelle qu'il y a, si on y ajoute les scolaires et les associations, plus de 6 millions de pratiquants qui entrent dans les piscines de Paris.

Mais comme vous le savez, Paris subit un sous-équipement particulièrement accru, y compris évidemment dans le 17e arrondissement, mais ce n'est pas le seul. Je pense aussi au 20e arrondissement et au 18e arrondissement. Je l'ai déjà dit : nous sommes les héritiers d'une politique pauvre en matière de rénovation et de construction de piscines. Je rappelle qu'avant 2001, la dernière piscine qui avait été inaugurée l'avait été en 1992.

Pour y remédier, la Ville a déjà engagé un plan de rattrapage ambitieux puisque, entre 2001 et 2014, six nouvelles piscines auront été réalisées, parmi lesquelles la piscine Beaujon qui constituera, à partir de 2014, un équipement aquatique complet et moderne dans le Nord du 8e arrondissement, avec la vocation de servir aux habitants du Sud du 17e arrondissement. Cette nouvelle piscine aura également un impact positif sur les piscines Champerret et Lafay, relâchant la pression pesant actuellement sur elles.

Le v?u que vous avez déposé, chère Annick LEPETIT, rappelle l'apport de populations nouvelles dans le cadre de la Z.A.C. "Clichy-Batignolles", mais priorise à juste titre un secteur élargi et à forts besoins, situé en lisière des 17 et 18e arrondissements.

Je peux ainsi répondre, d'ailleurs aussi à Mme la Maire du 17e arrondissement, que l'on a entendue dans la presse s'étonner du v?u déposé par le groupe socialiste, étant donné que, selon elle, celui-ci reprenait les termes d'un v?u qu'elle avait elle-même proposé et que le Conseil de Paris avait rejeté il y a deux ans.

Or, le v?u que nous examinons aujourd?hui n'est pas le même que celui que vous aviez présenté. Votre demande portait sur la création d'une piscine dans le périmètre exclusif de la Z.A.C. "Clichy-Batignolles". Je vous avais indiqué à l'époque que les quatre équipements aquatiques du 17e arrondissement (piscine Lafay, Champerret, bassin école Biancotto et Balzac) se situaient en bordure de cette Z.A.C. et que ce n'était donc pas la réponse la plus appropriée.

Outre un périmètre élargi et plus pertinent, ce v?u intègre également - je tenais à en remercier Annick LEPETIT - la démarche du schéma directeur des piscines parisiennes qui sera lancé en fin d'année 2012 et qui donnera, à la prochaine équipe municipale, un outil stratégique pour définir la future politique d'investissement dans les piscines.

Je donne donc un avis favorable, étant rappelé à tous que nous nous situons dans le cadre d'une étude et non dans le cadre d'un engagement de réalisation.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Avant de passer au vote, une explication rapide de Mme DOUVIN pour son groupe.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais rappeler que la majorité municipale du 17e arrondissement effectivement a déposé - c'était en mars 2010 un v?u qui portait sur la création d'une piscine pour la Z.A.C. "Clichy-Batignolles". C'était en toute logique, puisque cette époque était celle de la conception des équipements sur la Z.A.C. "Clichy-Batignolles".

Alors, l'opposition du 17e arrondissement s'était opposée et le v?u avait été repoussé au Conseil de Paris. C'est pourquoi nous avons découvert, avec un certain étonnement, le v?u de Mme LEPETIT au dernier Conseil d'arrondissement du 17e arrondissement, mais nous avons décidé de nous y associer, puisque nous partageons effectivement le v?u qu'une piscine vienne en tout cas s'installer dans le 17e arrondissement ou à proximité.

Nous avons donc voté à l'unanimité, lors du Conseil du 17e arrondissement. Mme LEPETIT avait, lors de ce Conseil, accepté qu'il soit déposé au Conseil de Paris conjointement par l'ensemble des groupes.

Je demande donc qu'une modification soit effectuée pour que ce vote respecte les conditions qui avaient alors été posées et qu'il soit indiqué que ce v?u a été présenté par l'ensemble des élus du 17e arrondissement, de manière à ce que nous puissions le voter, en tout conformité, avec ce qui a été dit au Conseil d'arrondissement.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Bien.

M. VUILLERMOZ ne voit pas de raison de modifier la présentation du v?u, si j'ai bien compris.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Non, je réponds à un v?u qui a été déposé. Le reste n'est pas directement de ma responsabilité.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je crois que la meilleure façon de revendiquer une copaternité sur le v?u est de le voter. C'est sans doute le plus simple.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u à l'approbation du Conseil.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est donc adopté à l'unanimité. (2012, V. 87).

Félicitations.

Nous avons bientôt terminé.