Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

36 - 2012, Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif au stationnement des deux-roues motorisés sur le boulevard Beaumarchais.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2012

36 - 2012, V?u déposé par le groupe UMPPA relatif au stationnement des deux-roues motorisés sur le boulevard Beaumarchais.

 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Le v?u n° 35 déposé par le groupe U.M.P. sera présenté par Mme Laurence DOUVIN. Il porte sur le stationnement des deux-roues motorisés boulevard Beaumarchais.

M. le Représentant du Préfet puis Annick LEPETIT vous répondront.

Madame DOUVIN, vous avez une minute.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Le boulevard Beaumarchais a cette caractéristique d'avoir de nombreux magasins de vente de deux-roues motorisés qui sont situés sur le boulevard et également dans les rues adjacentes. Il n'y a pas d'emplacements suffisants pour le stationnement de ces deux-roues, et donc les revendeurs et les clients sont souvent bien obligés de stationner sur les trottoirs.

Or, les agents de surveillance de la voie publique procèdent à une verbalisation sans faire preuve d'indulgence, ni même du discernement qui est prévu par la circulaire du 10 mai 2008, qui, si je ne me trompe, introduit une certaine souplesse en fonction de critères de gêne ou non à la circulation des piétons.

Nous demandons donc par ce v?u que ce discernement fasse l'objet d'un rappel auprès des A.S.P. Et à la Ville, nous demandons que des emplacements de stationnement pour deux-roues motorisés, donc en nombre supplémentaire, soient créés sur le boulevard Beaumarchais, en concertation avec les concessionnaires des deux-roues.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

D'abord, M. LERNER puis Annick LEPETIT.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Monsieur le Président, Madame la Conseillère.

Je ne vais pas revenir sur la problématique générale du stationnement des deux-roues à Paris. Simplement, vous l'avez mentionné, dans le contexte d'une augmentation forte de ces deux-roues, malgré la rigueur de la réglementation et pour tenir compte de leur difficulté, le Préfet de police a effectivement appelé les agents verbalisateur à du discernement, sauf évidemment lorsque ce stationnement pose d'autres difficultés.

Sur le boulevard Beaumarchais, la situation est un peu différente. D?abord, c'est une voie qui traverse trois arrondissements. Bien évidemment, la doctrine générale de discernement a vocation à s'appliquer. Pour autant, les diagnostics territorialisés, qui existent sur le secteur, montrent que le stationnement anarchique de deux-roues, de même que l'appropriation de l'espace public à des fins commerciales, ne va pas en différents endroits sans constituer de gêne pour le passage des piétons, le passage des personnes à mobilité réduite, voire parfois du stationnement sur des entrées carrossables.

C'est dans ce cadre que l'action des services de police, et des A.S.P. en particulier, a d?abord une vocation préventive : il y a du dialogue avec ces sociétés, mais c'est également répressif et c'est assumé lorsque le stationnement cause des troubles ou des nuisances.

De manière générale, et je terminerai par là, la question que vous soulevez pour le boulevard Beaumarchais nous conforte dans l'idée qu?il faut que l'on travaille de manière peut-être plus qualitative avec le cabinet de Mme le Maire et les services de la DVD, à un enrichissement des diagnostics territorialisés, arrondissement par arrondissement, de manière à faire émerger, lorsque c'est possible, des solutions de stationnement pour ces véhicules, mais également pour constater qu'à certains endroits ce stationnement pose de vraies difficultés et ne peut pas être toléré.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

En complément, Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Juste d'un mot, parce que je suis en parfait accord et, de toute façon, il faut sans arrêt retravailler sur ces questions qui nous sont posées, d'une manière ou d'une autre. Les professionnels de deux-roues sont concernés, même s'ils ne nous posent pas la question forcément mais la question se pose dans un certain nombre d'arrondissements, et plus généralement sur la place des deux-roues à Paris.

C'est un sujet sur lequel nous continuons de travailler, mais en tout cas juste pour répondre à Mme DOUVIN, on ne peut pas renâcler à installer des parkings de deux-roues pour les particuliers et demander la clémence pour des professionnels de deux-roues qui, il est vrai, envahissent quelque fois les trottoirs.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci de ces précisions.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est rejeté.

Je vous remercie.