Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

4 - 2012, Félicitations aux Parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2012

4 - 2012, Félicitations aux Parisiens.

 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, avant d'adresser des félicitations à certains d'entre nous, je voudrais féliciter les Parisiens, parce qu?une fois de plus ils ont donné la démonstration de leur attachement à la démocratie.

Lorsque l'on regarde le monde et l'intervention des citoyens dans la vie démocratique, je crois que l'on peut se dire que, dans notre pays, les citoyens sont actifs et les Parisiens en particulier qui, lors de cette élection présidentielle, ont voté à 83 %, ce qui a été d'ailleurs deux points de plus que la participation nationale.

Pour nous tous, quelles que soient nos opinions, cette participation des Parisiens à la vie démocratique est une fierté.

Je voudrais aussi, à l'occasion de ce scrutin qui a eu lieu, remercier toutes les personnes qui ont contribué à son bon déroulement. Je pense aux présidents de bureaux de vote, je pense aux assesseurs, à beaucoup d'élus et de bénévoles.

Je pense aussi au personnel de la Ville de Paris qui a été vraiment exemplaire, une fois de plus, à plusieurs directions autour du Secrétariat général qui ont vraiment très bien fait leur travail et notamment une chose que je leur avais demandée avec insistance et qui, je crois, nous réjouit tous : tous les bureaux de vote de la Capitale étaient totalement accessibles aux personnes handicapées.

Je n'ai pas de commentaire à faire sur les résultats. Ils sont ce qu'ils sont, c'est la démocratie.

Je voudrais simplement saluer en notre nom le Président de la République qui termine son mandat demain, que j'avais accueilli avec respect et cordialité il y a cinq ans et, bien entendu, adresser mes félicitations au nouveau Président de la République que nous accueillerons demain, dans le respect des traditions démocratiques, avec le souci du rassemblement de tous, parce que c'est un moment de démocratie, un moment dédié à la République et pas du tout à la politique partisane.

Je voulais, en ouvrant cette séance du Conseil de Paris, faire ces quelques commentaires rapides.