Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - 2012, Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif à l’avenir de l’éducation populaire et de l’action associative dans les quartiers parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2012

22 - 2012, V?u déposé par le groupe PCF/PG relatif à l?avenir de l?éducation populaire et de l?action associative dans les quartiers parisiens.

 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u n° 20 relatif à l'avenir de l'éducation populaire et de l'action associative dans les quartiers parisiens, déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

La parole est à Mme SIMONNET pour une minute.

Mme Danielle SIMONNET. - Le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche vient de soutenir le v?u présenté à l'instant.

Le sens de notre v?u est complémentaire. À la fois il est nécessaire qu'un travail soit effectué pour que l'ensemble des activités portées par l'association "Traces" dans La Forge de Belleville puissent être pérennisées dans l'intérêt du quartier. Nous espérons d'ailleurs que l'adoption de ce v?u, le précédent, comme toutes les démarches et la mobilisation très forte dans le quartier permettent que cela aboutisse.

Je crois qu'un rendez-vous a déjà été pris, donc nous sommes confiants sur cela, mais nous souhaitons également à travers ce v?u qu'il y ait véritablement un débat au sein de notre Conseil de Paris relatif à l'avenir de l?éducation populaire et de l?action associative et culturelle dans les quartiers parisiens, car rien ne nous oblige de passer par ces logiques de marchés d'appels d'offres.

On souhaite un débat afin de redéfinir un cadre de financement pérenne pour le mouvement associatif et l'éducation populaire, rompant avec ces logiques d'appels d'offres qui mettent en concurrence les structures et cassent les dynamiques d'implication citoyenne locale, cassent les dynamiques qui permettent l'appropriation sociale de la culture par toutes et tous et que, au contraire, la Ville s'engage, comme le font certains départements, à favoriser des financements par convention triennale qui permettraient enfin de rompre avec ces logiques de mise en concurrence.

Merci.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Vous m'étonnez, me surprenez, Madame SIMONNET.

Un nouveau marché a donc été lancé, c'est une procédure ouverte, transparente, démocratique, respectueuse.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Légale.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - J'allais l'ajouter, mais Bernard GAUDILLÈRE a raison de me le souffler : qui est surtout légale, c'est la loi et nous sommes pour le respect de la loi, rien que la loi.

Afin que la gestion du site de La Forge, qui était devenue ingérable et dangereuse parfois, soit assurée dans les meilleures conditions, ce marché ne portait pas explicitement sur une mission d'éducation populaire, mais sur deux missions principales (sur l'éducation populaire, en effet, je vous rejoins par ailleurs, mais c'est un autre débat) :

- Un programme d'animation auprès des habitants, destiné à assurer la bonne intégration des artistes en résidence dans le quartier,

- La mise en place de résidences d'artistes pour une durée d?un à 18 mois pour la réalisation de projets artistiques et d?un accompagnement dans leur projet.

Le cahier des charges reste évidemment ouvert aux actions d?éducation populaire, même si ce n'est pas explicitement l?objet du marché d?animation. Je rappelle par ailleurs que l'association "Traces" avait déjà été choisie dans le cadre d'un marché similaire pour la gestion et l'animation du site.

Cette logique d?appels d?offres et de marchés publics garantit à nos yeux la transparence et l'impartialité dans la sélection des candidats et donc, pour toutes ces raisons, vous comprendrez, chère Madame SIMONNET, que j?émets au nom de l'Exécutif un avis défavorable à votre v?u.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 20 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est rejeté.