Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

73 - 2012, Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif au stade du Saut du Loup. Vœu déposé par M. ALPHAND et Mme DREYFUSS relatif aux conséquences de l’incendie au stade du "Saut du Loup" et à l’avenir de l’ACBB rugby.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2012

73 - 2012, V?u déposé par le groupe UMPPA relatif au stade du Saut du Loup. V?u déposé par M. ALPHAND et Mme DREYFUSS relatif aux conséquences de l?incendie au stade du "Saut du Loup" et à l?avenir de l?ACBB rugby.

 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Le v?u n° 60 a été déposé par le groupe U.M.P., le n° 61 par M. ALPHAND et Mme DREYFUSS. Les deux ont trait au stade du Saut du Loup. Ils vont nous être présentés, le premier par Pierre GABORIAU, le second par M. ALPHAND lui-même, en une minute.

Jean VUILLERMOZ leur répondra.

M. Pierre GABORIAU. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, la Ville de Paris est propriétaire du stade du Saut du Loup situé dans le bois de Boulogne, stade qui accueille les activités sportives de l?ACBB Rugby. La Ville de Paris a décidé de ne pas renouveler la concession du Saut du Loup avec la Ville de Boulogne, afin de mettre à la disposition du Stade français un terrain d'entraînement à proximité et en plus du nouveau stade Jean Bouin dès la saison 2013-2014.

Puis-je rappeler que l?ACBB est un club historique du rugby français et figure parmi les plus prestigieux de France, que l?ACBB Rugby compte 765 licenciés dont 300 jeunes à l'école de rugby, que plus de 30 % des licenciés du club sont parisiens et que, sans le stade du Saut du Loup, ces sportifs amateurs ne seront plus en mesure de pratiquer le rugby ?

Ainsi, l?ACBB Rugby risque de disparaître. Dans la mesure où le Stade français pourrait continuer de s'entraîner à la Cité universitaire de Paris une fois le nouveau stade Jean Bouin construit et que les joueurs professionnels du Stade français pourraient s'entraîner au stade de la Marche à Marnes-la-Coquette, considérant que les entraînements du Stade français pourraient également avoir lieu au stade Charléty qui a accueilli le club pendant les travaux de Jean Bouin et qui a été aménagé à cette fin (salle de musculation, salle de réception et vestiaires), je suis convaincu que ces trois solutions permettraient à l?ACBB de demeurer sur le stade du Saut du Loup.

Aussi, Jean-François LAMOUR, président du groupe U.M.P.P.A., Claude GOASGUEN, maire du 16e, et les élus du groupe U.M.P.P.A. émettent le v?u que la Ville de Paris étudie les solutions existantes pour éviter que l?ACBB, premier club de rugby amateur de France, quitte le stade du Saut du Loup.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Monsieur ALPHAND ?

M. David ALPHAND. - Merci, Monsieur le Maire, pour présenter un v?u tout à fait complémentaire à celui que vient d'exposer mon collègue GABORIAU, puisque précisément les ennuis s'acharnent sur l?ACBB.

Le 16 avril dernier, le stade du Saut du Loup a été ravagé par un incendie qui a touché notamment une partie des installations et en particulier les vestiaires de ce stade.

La Ville de Paris a estimé que, pour des raisons de sécurité, l?ACBB Rugby ne pouvait plus utiliser le terrain. Or, pourtant, l'avenir de ce club doit être assuré, afin de ne pas priver ses licenciés de la passion qui est la leur : le rugby.

Alors, le v?u que nous présentons, avec ma collègue Laurence DREYFUSS, vise à ce que le Maire de Paris précise pourquoi le Saut du Loup ne peut pas être rouvert, alors que les terrains eux-mêmes n'ont pas été touchés, et que le Maire de Paris indique également quelle solution alternative la Mairie de Paris propose à ce club.

Puisqu'il s'agit du dernier v?u, j?en forme un complémentaire : que M. VUILLERMOZ évite, autant que faire se peut, les dérapages politiciens tels qu'il a pu en commettre lors de la réponse qu'il m'a donnée sur le stade Hébert. Cela ne témoigne ni de beaucoup de pertinence et encore moins d'esprit.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous savons que Jean VUILLERMOZ a beaucoup d'imagination.

Jean, pour répondre ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - En ce qui concerne le premier v?u qui a été déposé, le v?u qu'a présenté M. GABORIAU, je vais être trivial, si vous me le permettez, mais quand même vous charriez un peu !

Pourquoi ? Parce que c'est un peu ce que l'on appelle écrire l'histoire à l'envers !

Faut-il encore une fois rappeler que le club de l?ACBB, ainsi que la Ville de Boulogne-Billancourt, qui est la deuxième ville de la région parisienne, étaient informés depuis 2004 du souhait du Stade français d'avoir des créneaux au Saut du Loup et, depuis 2009, qu?à l?expiration de la C.O.D.P. en 2010, la Ville de Boulogne devait accueillir son club sur son territoire.

Dois-je vous rappeler quand même que l?ACBB est le club de Boulogne-Billancourt et du 92, et non pas le club de Paris ?

C'est vrai qu'il y a un certain nombre de gamins qui jouent dans ce club. Mais pourquoi jouent-ils dans ce club, et plus que dans le Stade français ? Tout simplement parce qu?ils ont des terrains proches de Paris, alors que le Stade français a des terrains? je dirais que c'est une équipe totalement nomade et qu'il joue un peu partout parce que la Ville de Paris n'a pas pu encore lui donner des terrains pour qu?il puisse jouer sur Paris.

Donc, quand même, permettez-moi de vous dire que je préfère aider un club parisien qu'aider un club de Boulogne-Billancourt.

C'est vrai que je n'ai pas cessé, là encore, de recevoir le club de l?ACBB et d'essayer de trouver avec eux des formes qui permettent à un moment donné de ne pas les laisser sans rien. Prenant en compte aussi le fait que, quand même, le maire de Boulogne-Billancourt a attendu plus de deux ans pour essayer de trouver des solutions.

C'est vrai que ces solutions aujourd'hui sont pratiquement trouvées. Il y a des possibilités pour, dans deux ans, que ce club puisse aller jouer à Marnes-la-Coquette mais, pour l'instant, évidemment, comme il a mis du temps à répondre à la demande de son club, il y a un problème.

Ce problème vient, en plus, d'être amplifié, évidemment, parce que c'est quand même une question : les vestiaires du Saut du Loup ont brûlé, et ce, parce que cela faisait longtemps que nous pensions qu'il était nécessaire de faire une rénovation mais nous ne pouvions pas la faire.

Nous ne pouvions pas la faire parce que, justement, ce stade était occupé par l?ACBB.

Nous n?avons pas cessé de répéter qu'il fallait, à un moment donné, libérer le stade du Saut du Loup pour que l'on puisse venir faire des travaux sur ce stade.

Voilà, cela n'a pas pu être fait. On est dans une situation compliquée. Evidemment, c?est quelque chose de très grave qui s'est produit. Heureusement, il n'y a pas eu de blessés ni de victimes. Mais il n'empêche quand même que dans ces conditions-là, il faut maintenant que nous prenions toutes nos précautions en matière d'utilisation de ces vestiaires et de ces terrains. Je ne vois pas comment il est possible d'utiliser un terrain sans vestiaires. D?ailleurs, vous nous le reprochez parfois ailleurs. Là, il est évident que nous ne pouvons pas accepter de rouvrir le stade du Saut du Loup sans les vestiaires.

Pourquoi ? Parce que je rappelle qu?il y a évidemment un sinistre, d'ailleurs dont l'origine exacte reste à déterminer, qui a endommagé également les installations électriques du site, qui n'est donc plus sous tension, c'est-à-dire que, dans ce site, il n'y a plus d'électricité nulle part. Cette non-alimentation complète du site touche également les parties intactes, qu'il s'agisse des vestiaires et du club house, mais aussi des bâtiments modulaires servant de vestiaires et de bureaux pour les agents de la Ville, ainsi que le surpresseur qui permet l'arrosage de la pelouse et, enfin, les poteaux d'éclairage.

Vous aurez compris que l'hypothèse d'un sinistre causé par un problème électrique dans la laverie concédée au club rend inévitable la réalisation de travaux importants sur ledit réseau électrique avant toute réouverture du site, afin qu?il le soit dans les meilleures conditions de sécurité pour les utilisateurs.

Enfin, il faut comprendre que la partie sinistrée du site ne peut pas être déblayée et sécurisée dans sa totalité d'ici aux conclusions définitives de l'expert qui sera désigné dans le cadre de la procédure de référé instruction, actuellement envisagée par la Ville.

Il est donc tout particulièrement dangereux d'imaginer y faire revenir de jeunes joueurs. Dans ce contexte, vous aurez compris que les agents de la Ville ne pouvant pas travailler sur le site et les utilisateurs ne pouvant y être accueillis dans de bonnes conditions, il est donc impossible de rouvrir les installations pour le moment.

C'était pour répondre aussi à M. David ALPHAND.

S?agissant de la deuxième partie?

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Pardonnez-moi, peut-être que le détail technique pourra faire l'objet d'entretiens directs.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Je veux bien, mais à l'heure actuelle, il y a un certain nombre de solutions qui ont été trouvées, d'ailleurs de façon assez rapide par l?ACBB, par le Département du 92 et la Ville de Boulogne-Billancourt. Ce n'était pas prévu avant et maintenant, cela l?est. C'est quelque chose de nouveau qu'il faut prendre en compte.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Quelle est votre position sur les deux v?ux ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Je suis contre les deux v?ux.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, ces deux v?ux, avec avis défavorable de l'Exécutif mais avec des explications détaillées.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Les v?ux nos 60 et 61 sont rejetés. Vous voulez voter séparément sur les deux v?ux ?

Mme Laurence DOUVIN. - Nous souhaitons deux votes séparés.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous revenons en arrière. Bien qu?il n?y ait pas de problème dans le 16e arrondissement, il faut quand même deux votes.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 60 déposé par le groupe U.M.P.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 61 présenté par M. ALPHAND et Mme DREYFUSS.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est rejeté. C'est une confirmation !