Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - 2012, Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif à l’attribution du nom du Président Léopold Sédar Senghor à une voie du futur quartier "Clichy-Batignolles".

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2012

13 - 2012, V?u déposé par le groupe UMPPA relatif à l?attribution du nom du Président Léopold Sédar Senghor à une voie du futur quartier "Clichy-Batignolles".

 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons maintenant au v?u n° 6 relatif à l'attribution du nom du Président Léopold Sédar Senghor à une voie du futur quartier "Clichy-Batignolles". Je signale que je donnais le nom d'un pont, et pas n'importe lequel, qui va des Tuileries à la Rive gauche, justement. Il y a donc un pont Léopold Sédar Senghor à Paris. Je ne sais pas à quelle ruelle vous pensez, mais cela sera difficile de faire mieux que le pont, qui est magnifique en plus.

La parole est à Mme KUSTER.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Je vous remercie, Monsieur le Maire, de me donner votre avis avant même que je ne me sois exprimée.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je ne connaissais pas votre préoccupation mais elle m'a surpris.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Tant que je pourrai vous surprendre, Monsieur le Maire, je serai rassurée.

Alors, concernant ce v?u, en fait, Monsieur le Maire, je comprends votre surprise, néanmoins c'est l'émanation d'un souhait du conseil de quartier et de plusieurs personnes du 17e arrondissement pour rendre hommage à cette personnalité, qui a habité le 17e arrondissement.

Le poète Léopold Sédar Senghor a vécu et habité dans notre arrondissement. Il a résidé square Tocqueville durant une vingtaine d'années et a continué à y demeurer après avoir été élu Président de la République du Sénégal. Son attachement est resté très fort avec notre arrondissement. Nous lui avons d'ailleurs rendu un grand hommage en 2006.

Considérant tout ce qu'il a apporté à notre arrondissement, bien sûr mais surtout au-delà à la langue, à la culture française et à la francophonie, nous souhaitons - c'est une demande qui émane, je le rappelle, de plusieurs personnes - que le 17e arrondissement puisse l'honorer.

Comme dans la Z.A.C. "Clichy Batignolles", il y a concertation dans différents conseils de quartier pour donner des noms de rues, le nom de Léopold Sédar Senghor est apparu comme une évidence.

C'est pourquoi je maintiens ce v?u.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Madame HIDALGO, vous avez la parole.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Vous avez apporté les éléments de réponse. J'émettrais un avis défavorable bien sûr. D'abord parce qu'il y a cette très belle passerelle, construite par Marc MIMRAM, qui est un lieu où passent chaque jour des milliers de Parisiens et des visiteurs du monde entier.

Pour une personnalité, comme le Président Senghor, je crois que c'était le lieu qui convenait.

Il est toujours très difficile que deux lieux dans Paris portent le nom d'une même personnalité. Cela introduit beaucoup de confusion et de difficultés.

Je pense que le Président Senghor est honoré d'être au c?ur de la ville, dans laquelle il a vécu, et que même s'il a vécu dans le 17e arrondissement, c'est le patriotisme parisien qui doit jouer plus que le patriotisme de quartier ou d'arrondissement.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je voudrais faire une petite remarque quand même, parce que j'ai beaucoup de respect pour les conseils de quartier et pour leurs demandes, mais Paris est une ville. A partir du moment où l'on donne un lieu très emblématique de Paris, pour une immense personnalité comme Senghor, l'idée qu'il pourrait y avoir des malentendus ou des sortes de compétitions pour rajouter une rue, cela me dérange un peu.

J'ai beaucoup de respect, mais je vous le dis franchement, vraiment sur ces sujets-là, et je suis quand même élu de Paris depuis longtemps, on recherche d'abord le consensus. Si on se met à avoir des querelles, même avec des bonnes intentions des conseils de quartier, sur des sujets où c'est déjà réglé? C'est-à-dire que si l'on n'avait pas déjà donné le nom de Senghor à un site de Paris, je comprendrais.

Il y avait des personnalités - je pense à Pierre Mendès France - qui n'avaient pas été honorées. J'ai cherché le consensus pour faire une avenue Pierre Mendès France. Là, si on n'avait rien fait pour Senghor, je trouverais cela tout à fait normal, même qu'on nous rappelle à l'ordre.

Un magnifique pont de Paris. Je ne conteste pas la bonne foi des personnes qui demandent cela, mais j'aimerais bien quand même qu'on ait assez d'esprit de consensus. Pour des sujets comme ceux-là, essayez de ne pas être en compétition. Ce n'est pas très... Je le regrette un petit peu, mais je n'en fais pas non plus une affaire.

Donc ce v?u est maintenu, si j'ai bien compris ?

Oui, Madame KUSTER.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Monsieur le Maire, il n'est évidemment pas question de faire une compétition, mais d'être les porte-parole d'un désir d'honorer dans notre arrondissement une personnalité qui a marqué cet arrondissement.

Il n'y a pas de compétition, c'est juste un désir. Je pense que cette passerelle que l'on connaît tous très bien n'a peut-être pas non plus assez marqué comme portant le nom de Léopold-Sédar Senghor.

Je prends acte de ce que vous dites, mais sachez que plusieurs lieux dans Paris portent parfois le même nom, ne serait-ce que dans un même arrondissement : nous avons ainsi le boulevard de Courcelles, la rue de Courcelles dans le 17e arrondissement et je pense que, au sein d'un même arrondissement, il peut y avoir également plusieurs fois le nom d?une même personnalité.

J'ai entendu votre propos, Monsieur le Maire, mais, par rapport aux personnes qui ont porté ce projet, vous me permettrez de maintenir ce v?u.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je vous entends et je ne cherche pas du tout une polémique avec vous.

D'abord, boulevard de Courcelles, rue de Courcelles, si c'était à refaire, peut-être que l?on ne mettrait qu'un nom, les uns comme les autres. Cela a été fait il y a longtemps.

Deuxièmement, ce que je veux vous dire, chère Madame, c'est que, quand il s'agit de grandes personnalités de l'envergure de Senghor, mieux vaut essayer de rechercher le consensus.

Honnêtement, Senghor n'avait pas été fait. C'est moi qui l'ai fait et qui l'ai voulu, cela n'avait pas été fait !

Dans la mesure où je l'ai fait avec un lieu somptueux en plein c?ur de Paris, c'est vrai que je préfère que l'on recherche, que l'on essaie de rechercher le consensus, mais ce n'est pas grave.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 6 assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est repoussé, mais ce n'est pas Senghor qui est repoussé !