Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

V - Question d’actualité du groupe du Mouvement républicain et citoyen relative à la circulation et au stationnement des cars de tourisme dans Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2006


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Maintenant, nous passons à la question d?actualité du groupe du Mouvement républicain et citoyen.

C?est Georges SARRE qui a la parole.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Monsieur le Maire de Paris, chers collègues.

Avec les beaux jours, les touristes affluent à Paris et les autocars de tourisme avec.

Plus de 1.500 autocars peuvent en effet y être dénombrés en période de pointe. Ils sont à l?origine d?encombrements, de nuisances importantes, sonores et visuelles, mais aussi de pollution.

La Ville de Paris n?est certes pas restée inerte et des mesures ont été prises et des résultats ont commencé à se faire sentir.

Mais nous savons qu?il y a encore beaucoup d?autocars dans la Capitale et les effets s?en font ressentir quotidiennement, surtout depuis que les beaux jours accentuent le phénomène.

Il existe, je le crois, des possibilités techniques de maîtriser la circulation des autocars de tourisme. Le groupe M.R.C. avait fait quelques propositions relatives à la création d?un centre de régulation harmonisant un système de taxis bus.

Il serait possible, après étude et consultation des partenaires concernés, de constituer une flotte à partir d?autocars appartenant à des sociétés privées. Ces sociétés pourraient être regroupées au sein d?une structure de gestion, de coordination et de régulation, par exemple un groupement d?intérêt économique, G.I.E., comprenant notamment le S.T.I.F. et la R.A.T.P.

Le centre de régulation serait doté de moyens modernes de communication et de traitement informatique des données. Une gestion informatisée des demandes, des tours opérateurs et des taxis bus pourraient en effet être associés à un système de liaison et de localisation par satellite de ces véhicules, afin de limiter leurs déplacements et leurs arrêts, toujours dans le strict respect des besoins. Un tel dispositif réduirait, je l?espère, le nombre d?autocars dans Paris.

J?avais demandé, lors d?un Conseil de Paris de 2003, qu?une étude soit lancée par la Ville, en liaison avec le S.T.I.F. et la R.A.T.P., afin qu?un dispositif de cette nature soit mis à l?étude, d?abord, et, ensuite, sans doute, mis en place pour organiser ces déplacements d?autocars.

Je souhaiterais, au nom du groupe M.R.C., connaître les intentions de l?Exécutif dans cette matière.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Je rappelle à tout le monde que c?est deux minutes et demi pour interroger et deux minutes et demi pour répondre. C?est valable pour tout le monde.

Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci, Monsieur SARRE, de la continuité de vos interrogations sur la politique du transport et du tourisme. Vous l?avez rappelé, le tourisme est une des activités économiques majeures de la Capitale et, avec mon collègue Jean-Bernard BROS, nous travaillons depuis cinq ans à concilier augmentation du tourisme et diminution des nuisances et cela, en outre, en concertation avec les professionnels du monde du tourisme.

Notre première action a consisté à traiter deux abcès de fixation très importants : les boulevards de Clichy et de Rochechouart, j?y reviendrai dans un instant, et l?île de la Cité et l?île Saint-Louis auxquelles nous avons apporté des améliorations.

De plus, depuis 2003, la gestion du stationnement des autocars se fait dans le cadre d?un ?pass autocar? qui a été mis en place. C?est un système de forfait de stationnement qui a permis une amélioration sensible de la situation. Toutefois, une étude est en cours pour nous permettre d?optimiser encore ce système, notamment sur l?évolution des forfaits d?autocars, sur l?amélioration et la surveillance des aires de stationnement qui posent toujours un problème et sur la recherche de nouveaux sites de stationnement.

Pour ce qui est des boulevards de Clichy et de Rochechouart, la dépose reprise du Moulin Rouge a longtemps constitué un point noir en matière de stationnement des autocars. Depuis le mois de décembre, avec la Préfecture de police, avec les professionnels du transport de tourisme et avec les établissements de nuit, je crois qu?une meilleure organisation et un nouveau partenariat ont pu être mis en place qui demandent certes à être vérifiés dans le temps, mais qui semblent donner une meilleure satisfaction aux riverains. Tout n?est pas parfait, mais des progrès ont été enregistrés.

La question du stationnement des autocars en parking est évidemment posée aussi car le parking Cardinet a vocation à disparaître, dans quelques années, dans le cadre de l?opération des Batignolles. Bien évidemment, la Ville recherche des emplacements de parking pour les autocars, particulièrement dans le Nord de Paris puisqu?il s?agit principalement de traiter la proximité de la Butte-Montmartre.

Nous avons aussi rencontré le refus des A.B.F. en ce qui concerne un projet de parking que nous voulions installer dans l?Ouest de Paris sur l?avenue Foch. Le parking Foch est en cours d?extension. Nous avions fait une proposition pour y inclure un parking d?autocars et, malheureusement, la Commission des sites nous a donné un avis défavorable, ce qui pose un problème car il y a besoin de place de stationnement d?autocars à l?Ouest. Nous sommes en train d?étudier les alternatives possibles.

Plus globalement, et c?est la question que vous évoquiez de la manière la plus significative, se pose la question des alternatives pour le transport des touristes. L?A.P.U.R. mène une enquête globale sur cette question et cette étude inclut les propositions que vous aviez évoquées dans un v?u précédent qui concerne donc les taxis bus et les possibilités de navettes entre hôtels et sites touristiques.

Nous travaillons aussi à l?amélioration du dispositif mis en place de navettes fluviales qui desservent l?Ile de la Cité et l?Ile Saint-Louis, comme suite à la décision que nous avions prise de supprimer, il y a plusieurs années, l?accès des autocars.

Actuellement, il faut constater que ce système n?a pas encore complètement rencontré sa clientèle. Cela pose plus globalement le problème du contrôle du stationnement des autocars car si ces navettes ne fonctionnent pas bien, c?est en partie parce que beaucoup d?autocars continuent à stationner sur des endroits non autorisés. Il y a, du côté de nos partenaires de la Préfecture de police un travail supplémentaire à fournir pour que les règles soient mieux respectées.

Enfin, dans le cadre du Plan de déplacements de Paris, nous serons amenés à engager une réflexion plus globale sur le transport des touristes dans la Capitale, question qui, de mon point de vue, ne peut pas se limiter au simple territoire de Paris et mériterait d?être coordonnée dans le cadre d?une politique régionale sur le transport des touristes de façon à pouvoir trouver des réponses que l?on ne peut pas forcément trouver uniquement sur le territoire parisien.

Merci.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.