Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, SG 1 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention d’objectifs avec l’association “Môm’artre” et de lui attribuer une subvention. Montant : 30.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2006


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération SG 1 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention d?objectifs avec l?association ?Môm?artre? et de lui attribuer une subvention.

Madame MARTINET, vous avez la parole.

Mme Marie-Pierre MARTINET. - Merci, Monsieur le Maire.

Une très courte intervention concernant cette subvention à l?association ?Môm?artre? sans revenir sur les nombreuses qualités de cette structure et l?innovation dont elle a su faire preuve dans ses réponses aux réalités des familles monoparentales ou à horaires décalés notamment.

Nous avons été nombreuses et nombreux à les souligner et à faire des propositions pour une meilleure accessibilité des familles. Je me réjouis de cette deuxième convention pour la période 2006-2008 et de la subvention associée.

J?aimerais néanmoins faire une suggestion : nous soutenons des structures comme ?Paris Initiatives Entreprises?, ?Paris Entreprendre? ou ?Paris Pionnières? et des associations issues de l?économie sociale et solidaire. Je suis persuadée que ces structures ont déjà été sollicités pour des projets du type ?Mô?martre?, mais que les sujets n?ont pu être retenus par les comités de sélection.

Ma question et suggestion est donc : ne pourrions-nous pas encourager en sus de notre soutien - et je sais qu?il est réel

-aux associations comme ?Môm?artre?, à l?émergence de ce type de projets, via ces structures, tout en garantissant un accès égalitaire et équitable, notamment en termes financiers ?

Dernier point, il me semble qu?un débat en Conseil de Paris sur notre politique de prise en compte des désynchronisations temporelles dans la cité serait opportun. Il est en effet assez évident que les mesures gouvernementales et le libéralisme mondial débridé feront que de plus en plus de concitoyennes et concitoyens éprouveront des difficultés grandissantes à gérer une vie personnelle et/ou familiale avec une vie professionnelle. Il est malheureusement indispensable, je crois, d?ouvrir plus largement ce débat ?Rythme de vie, rythme des villes? à l?ensemble des acteurs territoriaux, Paris ne pouvant seul prendre à sa charge ces difficultés grandissantes.

Par contre, Paris peut initier et impulser ce débat grâce à sa réflexion déjà engagée sur les politiques temporelles. Là encore, comme en matière d?égalité entre les femmes et les hommes, le résultat est positif pour toutes, y compris pour les fournisseurs d?horaires, que sont les employeurs privés et publics.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame HIDALGO, vous avez la parole.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 1ère Commission. - Merci.

Je voudrais remercier Marie-Pierre MARTINET de son soutien ainsi que les membres de la majorité qui soutiennent cette association. C?est vrai que l?association ?Môm?artre? a été financée par la Ville au travers de la politique que nous conduisons dans le cadre du Bureau des Temps puisque cette association offre un service aux enfants.

Suite à un v?u d?ailleurs du groupe communiste, nous avions revu les conditions de cette tarification pour que l?on tienne compte des ressources des familles. Et c?est très bien qu?en lien avec des assistantes sociales, des écoles du quartier, les enfants de dix familles en situation de précarité soient accueillis les mercredis et durant les vacances scolaires pour la somme symbolique de deux euros par jour. Ceci bien sûr en plus de l?activité qui est offerte à l?ensemble des enfants.

Je reviendrai tout à l?heure puisqu?il y a un v?u du groupe communiste sur lequel j?émettrai un avis favorable qui va un peu dans le sens de l?intervention de Mme MARTINET, à savoir que d?ores et déjà nous devons envisager des expérimentations dans deux ou trois quartiers ?politique de la ville? avec Martine DURLACH pour 2007, parce que cet accueil des enfants en dehors du temps scolaire, dans des conditions particulièrement intéressantes quant aux contenus proposés et tenant également compte des ressources des familles, nous paraît aller dans le bon sens de cette politique temporelle que nous mettons en place.

Et puis, pour revenir sur une des suggestions de Marie-Pierre MARTINET, je vous indique - mais l?information sera plus largement diffusée - que le 19 juin prochain, nous organiserons ici à l?Hôtel de Ville un séminaire sur la question du Bureau des Temps puisque nous nous sommes engagés dans la création d?une agence des temps à laquelle participeront - et vous savez combien vous avez pesé aussi, Marie-Pierre MARTINET dans ce projet - des partenaires économiques, des organisations syndicales, des grandes entreprises publiques et privées et bien sûr les services de la Ville et de l?Etat.

Je crois donc que nous sommes en train de faire en sorte que la politique temporelle aille au-delà même du service municipal et que cela aide l?ensemble des familles, mais aussi l?égalité femme/homme et notamment l?égalité professionnelle pour les Parisiennes.

Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 1.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, SG 1).