Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - 2012, SG 57 - Approbation du principe de conventions de mécénat et de partenariat pour le séminaire international “Gouverner la métropole : pouvoirs et territoires, bilans et directions de recherche” et signature desdites conventions.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2012

52 - 2012, SG 57 - Approbation du principe de conventions de mécénat et de partenariat pour le séminaire international ?Gouverner la métropole : pouvoirs et territoires, bilans et directions de recherche? et signature desdites conventions.

 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le dernier projet de délibération de la 8e Commission. Il s?agit du projet de délibération SG 57 relatif à l?approbation du principe de conventions de mécénat et de partenariat pour le séminaire international ?Gouverner la métropole : pouvoirs et territoires, bilans et directions de recherche? et signature desdites conventions.

M. CONTASSOT a la parole.

M. Yves CONTASSOT. - Merci, Madame la Maire.

On nous propose de poursuivre le séminaire international ?Gouverner la métropole : pouvoirs et territoires, bilans et directions de recherche?.

La question que j?ai envie de poser, c?est : pendant combien d?années va-t-il falloir encore faire des séminaires avant que des décisions n?interviennent ? Parce que j?ai entre les mains un document que Pierre MANSAT ne peut pas ignorer, puisqu?il a été réalisé sous la direction à l?époque de la D.D.T.A.T.C., qu?il connaît bien, et ce document, qui date de 2004, était exactement déjà sur les mêmes thèmes. Il y avait encore plus de villes qui étaient analysées, je cite : Barcelone, Berlin, Lisbonne, Londres, Madrid, Manchester, Milan, Montréal, Rome, Stuttgart, Toronto. On a quasiment, à peu près, tous les cas de figure.

On peut continuer à faire des séminaires pour savoir quelles pourraient être les meilleures manières de gouverner la métropole francilienne, la vraie question n?est pas là.

La vraie question est de savoir ce que les différentes composantes politiques du territoire francilien ont envie de faire. De ce point de vue, ce n?est pas la comparaison avec les autres qui va nous permettre de déboucher, c?est effectivement la capacité qu?il y aura ou pas à accepter un certain nombre de compromis politiques pour éviter de voir les affrontements actuels perdurer, ce qui se traduit d?ailleurs de fait par un immobilisme qui n?est, je dirais, combattu de temps en temps que lorsque l?Etat prend un certain nombre de décisions ou donne les orientations fortes, comme le Président de la République vient de le faire à propos de l?autorité organisatrice du logement.

Alors, soit on avance de manière décidée, collective et efficace, soit il faudra s?en remettre à l?Etat, ce qui est la pire des choses, me semble-t-il, si l?on n?a pas envie d?aller beaucoup plus vite et beaucoup plus loin.

Je souhaite vraiment qu?on arrête avec ce type de séminaire. Celui-ci est engagé, donc on peut difficilement revenir en arrière.

Nous nous abstiendrons, d?autant plus que, franchement, faire financer cela par des opérateurs privés, qui ont déjà quasiment préempté un certain nombre de territoires, je pense à des territoires autour des gares avec des projets de réalisation de parkings ou d?autres aménagements parce qu?ils ont très bien compris quel intérêt financier ils pouvaient tirer de ce projet, je pense qu?il y a un moment où il faut cesser ce type de pratique.

Pour cette fois-ci, abstention, mais nous souhaitons que l?on arrête avec les séminaires et que l?on avance véritablement pour sortir de l?immobilisme actuel.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur CONTASSOT.

La parole est à M. MANSAT pour vous répondre.

M. Pierre MANSAT, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Clairement, nous sommes en désaccord. Nous pensons qu?au contraire, il y a un intérêt extrêmement puissant à comprendre ce qui se passe dans les métropoles du monde, puisque toutes sont confrontées au même problème et, contrairement à une vulgate très répandue, aucune métropole n?a trouvé la solution idéale, n?a trouvé les remèdes idéaux.

Nous pensons donc qu?il y a un intérêt à se confronter, de ce point de vue-là, avec les métropoles du monde. Ce sera la deuxième édition de ce séminaire qui monte en puissance et en autorité scientifique. Aujourd?hui, il y aura 85 contributions, avec des chercheurs de 15 nationalités différentes, avec les Amériques (Amérique du Nord et Amérique du Sud), l?Asie également et puis, bien sûr, beaucoup de métropoles européennes, donc nous sommes très allants, au contraire, sur cette édition de ce séminaire puisqu?il vise aussi à instituer Paris comme un lieu où, du monde entier, on vient débattre justement de la gouvernance des métropoles qui suscite tant de difficultés.

Il sera suivi d?un troisième événement l?année prochaine. Nous l?avons inscrit, tel que nous l?avions annoncé déjà, alors que vous l?avez voté en 2011, dans un cycle de trois séminaires, de trois rencontres, celui de 2013 ayant un caractère citoyen extrêmement affirmé.

Ensuite, dernière remarque sur le mécénat : oui, nous sommes assez contents d?avoir réussi à trouver du mécénat pour une initiative intellectuelle de cette nature. Nous sommes contents parce que, d?une part, cela représente des économies assez importantes pour la Ville de Paris et puis, parce que le mécénat se fait de façon tout à fait rigoureuse. Il y a, bien sûr, étanchéité absolue entre la recherche, la production de séminaires et les mécènes, mais il y a étanchéité absolue d?ailleurs entre la Ville de Paris et les chercheurs qui vont s?exprimer dans le cadre du colloque scientifique.

Nous l?avons fait également avec des mécènes qui acceptent de ne pas intervenir dans le cadre du colloque.

Dernier point qui semble très important : c?est, qu?on le veuille ou non, quelle que soit l?opinion que l?on ait sur les politiques menées par un certain nombre d?entreprises, que ces entreprises, ces grandes entreprises sont des acteurs extrêmement importants de la gouvernance de la métropole francilienne et qu?il y a tout intérêt, au contraire, à nouer un dialogue plutôt que de les rejeter dans leur sphère propre.

Voilà ce que je pouvais répondre à l?intervention d?Yves CONTASSOT, que je remercie de son abstention, malgré tout.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur MANSAT.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 57.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, SG 57).