Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

55 - 2012, DAC 538 - Marché négocié sans publicité ni mise en concurrence préalable, en deux lots, confiant à la SAS 3M France la maintenance des matériels 3M d’encodage et de détection des étiquettes électromagnétiques et RFID des bibliothèques de la Ville de Paris ainsi que le remplacement de matériels RFID.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2012

55 - 2012, DAC 538 - Marché négocié sans publicité ni mise en concurrence préalable, en deux lots, confiant à la SAS 3M France la maintenance des matériels 3M d?encodage et de détection des étiquettes électromagnétiques et RFID des bibliothèques de la Ville de Paris ainsi que le remplacement de matériels RFID.

 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAC 538 relatif à un marché négocié sans publicité ni mise en concurrence préalable, en deux lots, confiant à la SAS 3M France la maintenance des matériels 3M d?encodage et de détection des étiquettes électromagnétiques et RFID des bibliothèques de la Ville de Paris ainsi que le remplacement de matériels RFID.

La parole a été demandée par Mme FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci. Je pensais faire une explication de vote, donc cela sera rapide.

C?était pour rappeler que je suis intervenue déjà plusieurs fois sur cette question du RFID dans les bibliothèques. Je ne reprendrai pas le raisonnement que nous tenons, qui est un raisonnement de précaution et d?ordre sanitaire, pour alerter sur l?utilisation d?un dispositif dont on ne sait pas exactement s?il n?est pas sans conséquence pour les usagers, notamment les personnels des bibliothèques.

Pour notre part, comme les autres fois, nous voterons contre, dans la mesure où quantité d?autres systèmes existent et ont fait leur preuve.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Madame FOURNIER, pour cette brièveté.

Monsieur GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - C?est évidemment un sujet dont on débat beaucoup en C.H.S. Là-dessus, je me garderai bien d?affirmer, mais je suis évidemment attentif aux arguments développés par Mme FOURNIER.

La technologie RFID est utilisée dans le cadre des automates de prêt, installés dans plusieurs bibliothèques de prêt, notamment les plus importantes et les plus récentes, comme Marguerite Yourcenar, Melville, Marguerite Duras, François Villon, Louise Michel, Flandres, Hélène Berr, Edmond Rostand, François Truffaut dans les Halles, et les prochaines nouvelles bibliothèques.

Vous le savez, notre réseau de lecture publique est très dynamique. Il s?est beaucoup développé depuis dix ans, avec 13 millions de prêts annuels, ce qui en fait l?un des plus importants existants. Dans les bibliothèques équipées d?automates, 95 % des prêts sont effectués par les utilisateurs eux-mêmes sur les machines à leur disposition. C?est vrai que le public, de façon générale, plus il est jeune, plus il réclame ce fonctionnement. Ils ont peut-être tort, mais en tout cas c?est aujourd?hui dans leurs pratiques et leurs demandes.

Ces dispositifs permettent au personnel d?être déchargés de tâches mécaniques pour se consacrer plus largement au public : l?accueil individuel ou collectif, partenariat avec le tissu local, conseil aux emprunteurs, préparation des commandes d?ouvrage, animation culturelle. Cela permet également de réduire les risques professionnels de troubles musculo-squelettiques en éliminant une part de la manipulation des documents par le bibliothécaire.

D?une inquiétude que vous avez exprimée, et qui est tout à fait respectable et qu?il faut entendre, il y a néanmoins la disparition, en tout cas la réduction, de risques professionnels avérés de troubles musculo-squelettiques qui font évidemment souffrir terriblement les personnels, les personnes sujettes à ces manipulations.

La puce RFID en elle-même n?émet des ondes électromagnétiques, me dit-on, que lorsqu?elle est à proximité de l?appareil de lecture mis à disposition du public. Il s?agit du même procédé que celui utilisé par les millions d?usagers de la R.A.T.P. avec le ?pass? Navigo, dont moi-même d?ailleurs.

Ces produits sont certifiés, en conformité avec les réglementations actuelles, et notamment avec la norme EN50364 sur la limitation de l?exposition humaine aux champs électromagnétiques.

Toutes les précautions sont donc prises, dans le cadre actuel des connaissances, afin de garantir aux usagers comme aux agents l?innocuité du dispositif d?identification par radiofréquence.

Je vous lis ce que je ne sais pas moi-même intimement mais je vous le lis. Voilà, j?ai dit en mon âme et conscience en vous montrant ma carte Navigo.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 538.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DAC 538).