Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

36 - 2012, IV - Question d’actualité posée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche à M. le Maire de Paris relative aux urgences de l’hôpital de l’Hotel-Dieu.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2012

36 - 2012, IV - Question d?actualité posée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche à M. le Maire de Paris relative aux urgences de l?hôpital de l?Hotel-Dieu.

 

M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à M. Ian BROSSAT pour la question d?actualité du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

M. Ian BROSSAT. - Monsieur le Maire, nous avons appris le 12 juin dernier le projet de fermeture par l?A.P.-H.P. des urgences de l?Hôtel-Dieu. La perspective de l?A.P.-H.P. consiste vraisemblablement à installer son siège administratif à l?Hôtel-Dieu afin de vendre les locaux de l?avenue Victoria pour y réaliser une juteuse opération financière.

Avec le regroupement de la chirurgie, de l?ambulatoire et de l?hospitalisation avec l?hôpital Cochin, le départ des services d?hématologie, de pneumologie et l?annonce, à présent, d?une possible fermeture des urgences, la question de la pérennité de l?hôtel Dieu se pose avec gravité ; les élus du 4e arrondissement ont eu l?occasion d?intervenir sur le sujet à plusieurs reprises, sans jamais obtenir de réponse satisfaisante de la part de l?A.P.-H.P.

Cette question se pose dans un contexte national et parisien de recul de l?accès aux soins et même, ce qui est particulièrement inquiétant, d?une hausse des renoncements aux soins pour des raisons d?accessibilité et de coût.

Il ne s?agit pas, ici, d?un petit enjeu, c?est une vraie question de choix de civilisation qui se pose ici, à travers ce sujet.

Par ailleurs, cet hôpital, qui est le plus ancien de notre Ville et l?un des plus vieux au monde toujours en activité, ne jouit pas d?une telle longévité sans raison. Situé en plein c?ur de Paris, particulièrement bien desservi par les transports en commun et les voies de circulation, dans une zone dense de la capitale, il remplit un rôle majeur qu?aucun regroupement ne pourra combler s?il devait être démantelé.

D?ailleurs, l?annonce de l?A.P.-H.P. est d?autant plus inacceptable que des investissements importants et récents ont déjà été réalisés. Les urgences sont aujourd?hui flambant neuves, le plus vieil hôpital de Paris est aussi l?un des plus modernes ; en fermer le service d?urgences serait un véritable gâchis financier, autant qu?une perte considérable pour la santé des Parisiennes et des Parisiens, car il s?agit ici, à l?évidence, d?un projet de démantèlement. En voulant y établir un siège administratif accompagné d?un vague centre de consultation, l?A.P.-H.P. risque de se rendre coupable de grande détresse sociale et médicale lorsque les Parisiennes et les Parisiens devront oublier ce point central de la capitale et ce rendre aux urgences déjà saturées d?autres hôpitaux souvent moins accessibles.

Comme toujours, il est à craindre que ce soient les populations les plus fragiles qui en pâtissent le plus, car la question se pose en termes clairs : quel hôpital parisien aura la capacité d?absorber les presque 100.000 urgences annuelles de l?Hôtel-Dieu ?

L?engorgement créé par ce projet risque d?aggraver la situation des autres hôpitaux parisiens déjà fortement encombrés après cinq ans de R.G.P.P., de fermetures de sites et de regroupements.

C?est pourquoi, Monsieur le Maire, nous souhaiterions connaître les démarches qui seront entreprises auprès de l?A.P.H.P. et du nouveau Gouvernement par notre Municipalité, afin d?empêcher la fermeture des urgences de l?Hôtel-Dieu.

Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

En l?absence de M. Jean-Marie LE GUEN, qui doit être à l?Assemblée, j?imagine, la parole est à Mme Fatima LALEM.

Mme Fatima LALEM, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, comme vous le savez, l?avenir de l?Hôtel-Dieu est un sujet qui nous mobilise tous. L?inquiétude de ses personnels, médicaux et non-médicaux, des citoyens et de leurs représentants quant à l?avenir de cet hôpital est fort légitime.

Nous considérons en effet qu?il constitue un symbole et qu?il n?est pas envisageable de le vendre ou de le priver de sa destination d?établissement de soin et de santé.

Il possède de nombreux atouts comme hôpital de proximité, situé en plein c?ur d?un réseau de communication pour les Franciliens, pour les Parisiens et notamment pour les habitants des premiers arrondissements de Paris.

Il peut surtout être un site qui accueille le projet d?un hôpital de nouvelle génération.

En effet, l?évolution des pathologies et des techniques nous permet aujourd?hui de développer une orientation stratégique de renforcement des actions de santé publique d?une part, de la médecine et de la chirurgie ambulatoire d?autre part.

C?est pourquoi nous nous sommes engagés pour promouvoir le projet ambitieux et innovant qui vise à faire de l?Hôtel-Dieu un hôpital universitaire de santé publique, concentrant dans un centre de référence d?excellence internationale tous les savoirs universitaires et la recherche, tant en santé publique qu?en médecine préventive, en épidémiologie, en économie de la santé et en démocratie sanitaire.

Au niveau des soins, qu?il s?agisse de consultations ambulatoires avancées ou de partenariats innovants avec la médecine de ville, nous considérons que ce site a une vocation pour continuer d?offrir aux Parisiens et aux Franciliens une offre tant qualitative que quantitative.

Pour ce qui est de la question des urgences, que nous avons d?ailleurs abordée à maintes reprises au Conseil de Paris, comme vous le savez, cette question fait l?objet de débats au sein même de la communauté médicale.

Je voudrais rappeler l?attachement du Maire de Paris et sa vigilance pour que la solution proposée réponde bien aux attentes et aux besoins des Parisiens.

Il s?assurera auprès des professionnels d?une réponse cohérente et en adéquation avec cet objectif et ces besoins.

En tout état de cause, chers collègues, il est certain que la défense et l?avenir de l?Hôtel-Dieu dépendent de notre capacité collective à porter un projet à la fois ambitieux, innovant et moderne pour ce site très symbolique.

Elle suppose la mobilisation de tous les acteurs concernés, comme vous le savez, au premier plan desquels évidemment l?A.P.-H.P., mais aussi l?université, la Ville, la Région et l?Etat. Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.