Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 2012, VI - Question d’actualité posée par M. Jean-François MARTINS à M. le Maire de Paris, relative aux dernières évolutions et les perspectives du projet “Tour Triangle” à la porte de Versailles.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2012

38 - 2012, VI - Question d?actualité posée par M. Jean-François MARTINS à M. le Maire de Paris, relative aux dernières évolutions et les perspectives du projet ?Tour Triangle? à la porte de Versailles.

 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Maintenant, pour la dernière question d?actualité, je donne la parole à M. MARTINS.

M. Jean-François MARTINS. - Monsieur le Maire, en mars 2011, vous annonciez votre projet de voir émerger, Porte de Versailles, la désormais célèbre tour Triangle.

A l?occasion des nombreux débats qui ont émaillé cette assemblée, nous avons été nombreux, dans l?opposition comme dans la majorité municipale, à vous démontrer l?erreur urbanistique, écologique, économique et architecturale que représentait cette tour Triangle.

Sans prendre en compte ces réserves, vous avez poursuivi ce projet, et aujourd?hui les difficultés et les rebondissements nous semblent nous avoir donné raison. Je vais en citer quelques-uns et je serai heureux d?entendre votre réponse.

Premièrement, semaine après semaine, ?Le Canard Enchaîné? nous livre un certain nombre d?éléments sur les conditions financières de l?accord avec Unibail dans le cadre de cette opération. Notamment, celui du 6 juin nous révélait que, malgré des estimations bien plus avantageuses pour la Ville de Paris, vous avez fait réévaluer la redevance que Unibail devait nous verser : d?un montant initial qui devait être entre 6 et 13 millions d?euros à quelque chose qui représentera entre trois et quatre fois moins de revenus pour la Ville de Paris. Vous mesurez, comme moi, ce que, sur une concession de vingt ans, cela peut représenter comme manque à gagner pour la Ville.

Deuxième point, je me félicite, probablement comme Mme HIDALGO le fera, de la participation à l?enquête publique. Les citoyens se sont appropriés cette enquête publique. Avec près de 277 observations et contributions, on peut estimer que c?est mieux que d?habitude, et on peut estimer que c?est du coup intéressant parce que 82 % des observations dans l?enquête publique sont défavorables à ce projet. Ces 82 % n?ont d?ailleurs pas manqué d?alerter le commissaire enquêteur, dont le compte rendu d?enquête publique est un camouflet majeur pour le projet.

Pour faire court, le rapport est assez accablant. Et le commissaire enquêteur conclut : ?L?intérêt général n?est pas démontré à ce jour.? Il ajoute d?ailleurs trois réserves majeures : démontrer que l?intérêt du Parc des expositions est préservé, mener des études en matière de transports, poursuivre les études concernant l?impact négatif sur l?environnement.

Moi, je voulais vous citer une partie, en particulier, de l?enquête publique, parce que c?est l?une des réserves que j?avais développée à l?époque au Conseil de Paris. Je cite le commissaire enquêteur. Il considère que : ?L?incidence sur l?exploitation du parc, l?incidence sur les transports et la circulation, l?incidence sur l?ensoleillement du site et l?éclairage naturel, l?incidence sur le grand paysage et le patrimoine architectural et urbain, l?incidence sur l?énergie, l?incidence sur les risques sanitaires sont déterminants et, qu?en termes de bilan entre avantages et inconvénients, le plateau des inconvénients est à ce jour de définition plus lourd que celui des avantages?. Ce sont évidemment des remarques lourdes qui, pour certaines, étaient déjà formulées dans les débats de notre assemblée.

Troisième et dernièrement, ce projet ne fait même pas l?unanimité chez ceux pour qui pourtant il avait été en partie pensé, c?est-à-dire les organisateurs de salons, auxquels il devait redonner une nouvelle énergie et un nouvel élan.

Trois salons ont déjà annoncé leurs réserves sur cette tour : le salon Batimat a annoncé qu?il s?en irait ailleurs; le comité organisateur du Salon de l?auto a exprimé sa vive opposition à la tour et à la suppression du hall 1; le Salon de l?Agriculture a manifesté une vive inquiétude à l?égard de l?avenir de la porte de Versailles, du salon des expositions et de cette tour.

Face à cette opposition des habitants, des acteurs économiques, face à cette démonstration par le commissaire enquêteur de l?absence d?intérêt général du projet, face aux menaces économiques et écologiques que fait peser ce projet, face au caractère trouble des relations financières avec Unibail, allez-vous, Monsieur le Maire, entendre raison sur ce projet de tour, et retirer ce projet dont visiblement tout semble indiquer qu?il nous conduit à une impasse ?

Aurez-vous l?audace, puisque c?est l?un de vos mots clés, Monsieur le Maire, de soumettre, le cas échéant, ce projet de tour à un référendum local, seul outil démocratique pour une telle modification du cadre de vie des Parisiens ?

M. LE MAIRE DE PARIS. - Anne HIDALGO va vous répondre, mais franchement vous m?aviez habitué à beaucoup plus de modération. Là, franchement, la manière dont vous essayez de faire parler les acteurs économiques est plus que caricaturale, car les acteurs économiques sont favorables à ce projet. Et je n?aime pas quand vous parlez de rapports financiers ?troubles?, Monsieur MARTINS.

Toutes les critiques, c?est normal, c?est la démocratie. Mais comme tout à l?heure, M. SAINT-ETIENNE, je ne laisse pas dire des choses qui ne sont pas exactes : il n?y a pas de rapports financiers troubles, Monsieur MARTINS. Et je n?ai pas de leçons à recevoir de vous en la matière. Ni de vous, ni d?autres d?ailleurs. Ni de vous, ni d?autres ! On peut critiquer un projet, sans caricaturer la position des acteurs économiques ou sans parler de relations financières troubles.

M. Jean-François MARTINS. - Je voudrais répondre.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Non, Monsieur MARTINS, je n?ai pas abordé le fond, je me permets de faire une réaction. Voilà.

Madame HIDALGO, vous avez la parole.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

D?ailleurs, Monsieur MARTINS, vous dites que vous avez été nombreux à contester ce projet, certes, mais il y a quand même eu une large majorité pour l?approuver. Tout cela se fait dans un cadre démocratique parfaitement bien déterminé, et sur la base de votes qui ont lieu dans cette assemblée. Je voudrais tout de même vous rappeler cela.

Je voudrais aussi rappeler que sur deux dossiers que vous liez, qui sont l?un, la tour Triangle, l?autre le devenir du Parc des expositions, j?ai organisé depuis plusieurs mois? d?ailleurs nous nous sommes réunis courant mai avec l?ensemble des présidents de groupe, pour faire le point sur le dossier, pour évoquer la suite. En effet, nous avons choisi, j?ai choisi sur ce dossier la transparence et d?associer l?ensemble des groupes politiques. Je remercie d?ailleurs l?ensemble des groupes politiques - majorité et opposition - qui se sont réunis régulièrement pour faire le point, notamment sur le devenir du Parc des expositions.

Rappelons les faits car vous les avez oublié au passage dans votre intervention.

Nous avions entériné ici, dans ce Conseil de Paris, début 2011, le fait qu?il y aurait un bail à construction avec Unibail pour la construction de cette tour Triangle. Et puis nous avions engagé la révision simplifiée du P.L.U.

Une enquête publique s?est tenue fin 2011 et le commissaire-enquêteur, vous avez oublié de le dire, a émis en avril 2012 un avis favorable. Avant de parler des réserves et des recommandations, soyez honnête : dites qu?il y a eu un avis favorable... et trois réserves et une recommandation.

Deux réserves sont liées à des approfondissements techniques qui sont en cours d?études sur les transports et sur l?ensoleillement, mais qui sont des points tout à fait prévus, notamment dans le cadre de l?examen du permis de construire.

Une autre réserve plus particulière a attiré notre attention, formulée par le commissaire-enquêteur. Il nous demande de garantir la force du positionnement concurrentiel du parc en cas de réalisation de la tour Triangle.

Justement, c?est cela aussi l?intérêt de la tour Triangle à cet endroit de Paris, dans un parc très concurrencé même s?il se porte bien, c?est parce que nous avons besoin de ce signal, de cette dynamique économique que va apporter la tour Triangle pour aider aussi le Parc des expositions, même si les deux sujets sont distincts, à mieux être identifié et à présenter une attractivité supplémentaire.

Nous avons donc décidé de lever cette réserve un petit peu plus tard, c?est-à-dire au moment où nous choisirons le nouveau prestataire pour le Parc des expositions. Vous le savez, nous avons lancé là aussi une mise en concurrence. Nous reviendrons devant le Conseil de Paris en juillet prochain pour l?évoquer à nouveau, mais cette réserve, aujourd?hui, que nous avons décidé de lever lorsque nous ferons la nouvelle attribution sur le Parc des expositions, ne nous empêche pas de poursuivre les travaux et les études sur la tour Triangle.

D?ailleurs, la révision simplifiée du P.L.U. interviendra après l?engagement de cette procédure de mise en concurrence, et nous aurons une étape à l?été 2013 qui ne remet pas en cause le calendrier de l?opération Triangle, puisque les travaux vont démarrer pour la démolition partielle du hall 1, nécessaire pour la construction de la tour Triangle, à la fin de l?été 2013, pour une livraison prévisionnelle autour de 2016-2017.

Vous avez évoqué un article du ?Canard Enchaîné?. Parfois, ils sont bien inspirés, parfois ils sont moins bien renseignés. En ce qui concerne les éléments financiers de ce dossier, je rappelle que ce projet ne coûtera pas un euro aux contribuables parisiens. Au contraire, la Ville va percevoir une redevance intéressante. Cette redevance - souvenez-vous de nos séances du conseil puisque nous l?avons évoquée ici et vous avez eu tous les documents, absolument tous -, ce dossier a été visé par France Domaine et bien sûr par le Conseil du patrimoine. La négociation avec la SCI Tour Triangle, la société gestionnaire, a duré trois ans, s?est basée sur trois expertises indépendantes commandées par la Ville.

Voilà, je veux bien que vous repreniez des rumeurs, des propos colportés par un journal que j?apprécie beaucoup par ailleurs, en l?occurrence mal informé sur ce sujet, mais je voulais vous dire que je pense que vous pourriez aussi avoir une vision un peu plus dynamique, et je conclurai là-dessus, de notre avenir commun.

Pour que cette Ville de Paris reste attractive, belle, dynamique et puisse avoir une belle politique sociale, il faut aussi que la dimension économique soit prise en compte. Il ne faut pas renoncer à être présents aussi dans la créativité architecturale et je crois qu?on ne peut pas, je l?ai dit tout à l?heure, être à la fois contre l?étalement urbain et contre la densité de la Ville et certaines constructions en hauteur, parce que sinon, expliquez-moi, je n?ai toujours pas de réponse à cette question : où mettons-nous les logements nécessaires et où mettons-nous les emplois ?

Monsieur MARTINS, parlons-en, discutons-en, je ne doute pas que peut-être, nous arriverons à faire un bout de chemin ensemble et que vous serez, vous aussi, conquis par ce projet qui va être un projet phare pour Paris.

Merci.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.

Ce sujet mérite qu?on en reparle beaucoup. J?y crois beaucoup. Je vais me caricaturer moi-même : oui, c?est une audace. Ce n?est pas un mot auquel je suis très attaché, mais le titre de l?un de mes livres, Monsieur MARTINS !

Effectivement, il y a toujours des risques quand on veut être audacieux, mais je crois que sur le plan urbain, économique, emploi, architectural, beauté de Paris, c?est un projet qui mérite que nous nous y investissions et, bien sûr, je suis prêt à tous les débats là-dessus, car on peut certainement l?enrichir.

Bien ! Chers collègues, nous avons terminé les questions d?actualité.

Nous passons maintenant en Conseil général.

La séance est suspendue.