Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

18 - 2012, DAC 32 G - Subvention (2.000.000 euros) et avenant avec l'établissement public de coopération culturelle 104 CENTQUATRE (19e).

Débat/ Conseil général/ Juin 2012

18 - 2012, DAC 32 G - Subvention (2.000.000 euros) et avenant avec l'établissement public de coopération culturelle 104 CENTQUATRE (19e).

 

M. Christian SAUTTER, président. - Mes chers collègues, nous arrivons enfin au domaine culturel.

Nous sommes en 9e Commission et nous examinons le projet de délibération DAC 32 G. C'est une subvention de 2 millions d'euros et un avenant passé avec l'établissement public de coopération culturelle "Le 104" qui est situé dans le 19e arrondissement et qui, ce week-end, accueillait une manifestation absolument époustouflante avec de très nombreux jeunes du pôle de compétitivité Cap Digital. C'était vraiment passionnant.

Mme Léa FILOCHE veut interroger M. Christophe GIRARD et je lui donne la parole.

Mme Léa FILOCHE. - Merci beaucoup.

Mesdames, Messieurs, chers collègues, je dois intervenir aujourd'hui sur "Le 104" et, cela vient d'être dit à l'instant, mais, je vous l'avoue, ce n'est pas sans un certain plaisir.

Elue du 19e arrondissement depuis 2008 et membre du Conseil d'administration de ce nouvel établissement culturel parisien depuis la même période, j'ai pu constater l'évolution de la place du "104", non seulement au niveau parisien, mais aussi et surtout dans le quartier dans lequel il est implanté.

La création du "104" s?est inscrite dans la continuité des grands axes de la politique culturelle mise en place à Paris depuis 2001 : rééquilibrer l'offre culturelle sur l?ensemble du territoire parisien, notamment dans les arrondissements périphériques du Nord-Est (dont je fais partie, je le rappelle), grands oubliés des politiques culturelles des mandatures précédentes.

Mais c'est aussi impulser une nouvelle dynamique en faveur de la création et rendre l?art accessible à tous en permettant d'ancrer tous les arts dans le quotidien et en créant un lieu de vie où le processus de travail devient visible pour tout public.

Je profite d'ailleurs de cette intervention pour vous rappeler quelques chiffres saillants.

Inauguré en 2008, "Le 104" est à la fois un lieu de création, de diffusion, de résidence, ouvert non seulement sur tout Paris, mais aussi sur les villes voisines.

Il permet d?abriter et de présenter toutes les étapes du processus de création dans les disciplines les plus diverses (vous en avez cité une, Monsieur le Président), des arts plastiques aux arts du spectacle.

Sa surface totale est de 39.000 mètres carrés, 4.000 mètres carrés de plateaux de fabrication et de production sont répartis en 18 ateliers, deux salles de spectacle de 200 et 400 places chacune, 30 à 35 projets artistiques par an pour des résidences allant de deux à 12 mois, 1.000 mètres carrés de superficie de commerces, 6.000 mètres carrés d'espace à louer, 700 mètres carrés pour la pépinière d'entreprises et 500 mètres carrés pour "Le 5".

Le budget de fonctionnement du "104" est de 11 millions d'euros. La subvention de fonctionnement allouée par la collectivité parisienne est de 8 millions d'euros, 4 millions pour la Ville et 4 millions pour le Département.

La direction du "104" sait que l?objectif de ressources propres fixé par le Conseil d'administration et la Ville est de 30 % de son budget total.

Aujourd'hui, en déployant une programmation exigeante, créative, populaire et diverse et en inscrivant "le 104" dans son environnement local, José-Manuel GONÇALVÈS, le directeur, a su faire de cet équipement culturel du XXIe siècle un phare parisien, francilien, européen et international d?une culture à la fois savante et accessible.

Ouvert à toutes les expressions artistiques, des arts visuels aux arts de la rue en passant par les musiques actuelles, "Le 104" a attiré plus d?un demi million de spectateurs visiteurs, soit 40.000 personnes par mois depuis début décembre 2010.

Au-delà, avec 260 résidences par an, 1.600 artistes en diffusion annuellement et 31 partenaires artistiques, "Le 104" incarne aujourd'hui un lieu de création et d'expérimentation incontournable et unique au monde.

Mais, en plus de sa visibilité culturelle et internationale, la mise en ?uvre de projets d?insertion sociale et professionnelle fait partie des missions assignées au "104".

A ce titre, en 2008 aussi, "Le 5" a à son tour été inauguré, c'est un espace de proximité dédié aux pratiques artistiques amateurs. Il connaît un gros succès et est devenu une réelle référence dans le quartier Riquet pour les jeunes et les moins jeunes.

Il s?étend sur 500 mètres carrés, trois niveaux, quatre ateliers de 50 à 90 mètres carrés loués au tarif symbolique de 2 euros de l'heure.

Tout individu, groupe ou association des 18 et 19e arrondissement peut réserver un atelier ponctuellement ou régulièrement. Je vous assure que cela répond vraiment à une demande particulière sur le secteur.

Implanté dans le quartier Riquet, son environnement direct est composé à 60 % de logements sociaux, au c?ur d'un quartier "politique de la ville".

"Le 104" a su relever les défis imposés par son territoire en accueillant un public trop longtemps délaissé par les institutions culturelles.

Aujourd'hui, plus de la moitié des spectateurs et visiteurs vient du 19e arrondissement et du voisinage direct du "104" (Seine-Saint-Denis, 10e, 11e, 18e et 20e).

L'autre moitié est composée, non seulement de Parisiens, mais aussi de Franciliens et de touristes, démontrant ainsi la réussite de la démarche de désenclavement de cette partie de l?arrondissement.

Avec l'arrivée de José-Manuel GONÇALVÈS en 2010, la Ville de Paris a réaffirmé la vocation du "104" comme un espace de liberté, "Le 104" a depuis développé des partenariats avec les institutions culturelles parisiennes, le théâtre de la Ville, le théâtre du Rond-Point, la Comédie française, le Musée d?Art moderne de la Ville de Paris, etc., en rayonnant sur le quartier, mais aussi sur le nord-est parisien dans sa dimension de "Paris Métropole" dont on parlait précédemment et en contribuant ainsi à une coopération territoriale créative.

La Ville de Paris peut être fière du travail accompli par le "104", le directeur et toute son équipe, tous talentueux, toutes ces personnes qui animent ce lieu hors du commun avec une passion sans cesse renouvelée et un engagement quotidien au service d'une politique culturelle pour tous, dans une ville plus généreuse et plus accueillante.

C'est pourquoi je vous invite à voter ce projet de délibération.

Merci beaucoup.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame Léa FILOCHE.

4 minutes 58, c'est magnifique !

Je donne la parole à M. Christophe GIRARD pour répondre à ces louanges.

M. Christophe GIRARD, au nom de la 9e Commission. Je ne peux qu'abonder dans le sens de Léa FILOCHE et la remercier de son intervention.

Permettez-moi également d?associer tous les membres du Conseil d?administration pour leur assiduité, car c'est un établissement très important, avec une certaine fragilité, et notre attention est, évidemment, requise.

Je ne peux que partager votre satisfaction envers le dynamisme et le succès populaire et artistique, en effet, que connaît le "104"?

Mais cela intéresse Mme FOURNIER, je crois savoir, la culture.

Les chiffres que vous avez énoncés sont éloquents et prouvent combien le "104" s'inscrit aussi bien dans son environnement local direct que dans les circuits culturels parisiens, nationaux, européens et mondiaux, et que de critiques n'avonsnous entendues, comme d'habitude.

Le "104" aura ainsi permis de désenclaver ce quartier du 19e, mais également une partie du 18e, trop longtemps mal considérés en matière culturelle.

Le "104" aura ainsi permis de désenclaver ce quartier et, en effet, d'apporter une vie et des activités culturelles tout à fait nécessaires à la cohésion sociale.

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette réussite, qui démontre que la culture n'est pas le domaine réservé des quartiers défavorisés, doctrine que nous avons toujours poursuivie avec le Maire de Paris et qui méritera de continuer à dicter la politique culturelle de la Ville de Paris pour les années à venir.

Je souhaite donc une longue vie au "104" et je renouvelle nos plus chaleureuses félicitations au directeur, José Manuel GONÇALVES, à son équipe, car ils auront besoin d'un soutien renouvelé, dynamique et lucide de la Ville.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur Christophe GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 32 G sur le "104".

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DAC 32 G).