Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - 2012, DASES 352 G - Subventions et nouvelle convention (168.300 euros) avec 3 Caisses des Ecoles en vue de consolider le développement du programme Paris Santé Nutrition sur les 13e, 15e, et 19e arrondissements. Vœu déposé par le groupe EELVA relatif au programme "Paris Santé Nutrition". Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil général/ Juin 2012

14 - 2012, DASES 352 G - Subventions et nouvelle convention (168.300 euros) avec 3 Caisses des Ecoles en vue de consolider le développement du programme Paris Santé Nutrition sur les 13e, 15e, et 19e arrondissements. V?u déposé par le groupe EELVA relatif au programme "Paris Santé Nutrition". V?u déposé par l'Exécutif.

 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons au projet de délibération DASES 352 G, accompagné d'un v?u n° 5 G du groupe "Europe Ecologie - Les Verts et apparentés" et d'un v?u n° 5 G bis de l?Exécutif. Il s'agit d'une convention avec trois caisses des écoles en faveur du programme "Paris Santé Nutrition", sur les 13e, 15e et 19e arrondissements.

M. CONTASSOT intervient pour cinq minutes.

M. Yves CONTASSOT. - Cela va être beaucoup plus court.

Vous savez que nous avons souhaité que ce programme se développe, s'étende progressivement à l'ensemble du territoire parisien, car il y a, hélas, des obèses et des personnes en surpoids dans beaucoup d'arrondissements, et ce que nous souhaitons également, c'est que dans ce cadre-là, puisqu'il y a un programme d'éducation à l'alimentation, on aille plus loin que simplement les distributions de tel ou tel produit, et notamment, pour les fruits, nous souhaitons qu?on aille vers la distribution de produits biologiques, et donc, l'objet du v?u est d'aller dans cette direction.

Nous avons bien compris que l'Exécutif demande qu'il y ait une petite étude préalable. Il a accepté dans le v?u bis une demande que nous avions formulée de présenter l'ensemble des résultats des études lors de la réunion de la 6e Commission au Conseil de septembre.

Pour nous, dès lors qu'il y a une date butoir et que l'on pourra en rediscuter dès le début de l'automne, nous sommes d'accord pour retirer notre v?u au profit de celui de l'Exécutif.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci.

Mme BRUNO veut intervenir. Je vous en prie, Madame.

Mme Catherine BRUNO. - Je voudrais juste faire une explication de vote. Merci, Monsieur le Président.

Le 15e arrondissement participe depuis trois ans comme arrondissement pilote aux actions menées par "Paris Santé Nutrition" pour lutter contre l'obésité des enfants.

A ce titre, un grand nombre de nos écoles élémentaires sont parties prenantes de l?opération "Un fruit à la récré" qui rencontre un grand succès. Il s'agit d'inciter les enfants à manger des fruits en leur apprenant à connaître ces fruits, leurs origines, la façon de les cuisiner et leurs bienfaits pour la santé.

Alors, on ne peut que souscrire au v?u du groupe E.E.L.V.A., mais je voudrais attirer votre attention sur plusieurs points. Il est forcément plus facile d'avoir des produits issus de l'agriculture biologique lorsqu'on a à nourrir 1.650 enfants que 12.500 élèves comme dans le 15e arrondissement.

Pour aller régulièrement déjeuner avec le maire du 15e arrondissement dans les restaurants scolaires, je peux aussi vous dire que les enfants rechignent à manger des fruits bio parce qu?ils présentent moins bien que des fruits calibrés et sans défaut apparent.

Pour notre part, dans le 15e arrondissement, nous servons des fruits de catégorie 1 et nous insistons auprès de nos fournisseurs pour qu?ils soient à maturité.

Enfin, les fruits bio coûtent en moyenne le double que les fruits que nous servons actuellement. Le prix de la banane en bio est de 3 euros, alors qu?elle est de 1,2 euro pour des bananes normales. Les pommes Golden sont à plus de 2 euros, alors que c'est 1,15 euro pour des pommes Golden de catégorie 1.

Cela a une vraie incidence sur le budget de la caisse des écoles et ce n'est pas notre subvention contractuelle de 12.878 euros par an qui peut nous permettre d'accéder à ce type de produits.

Ceci étant, sur le fond, nous sommes tout à fait d'accord.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BRUNO, pour cette explication de vote.

Je vais demander à Mme Fatima LALEM de présenter le v?u de l'Exécutif n° 5 G bis, qui est tellement convaincant qu?Yves CONTASSOT a, comme d'habitude, fait un acte généreux de retrait de son propre v?u.

C'est important que quelqu'un, peut-être l'adjointe en charge des Affaires scolaires, présente le v?u n° 5 G bis.

Mme Colombe BROSSEL, au lieu et place de M. Jean-Marie LE GUEN, au nom de la 6e Commission. - Toutes mes excuses pour cette arrivée en cours de route.

M. Christian SAUTTER, président. - Vous mangiez des fruits ?

Mme Colombe BROSSEL, au lieu et place de M. Jean-Marie LE GUEN, rapporteur. - Absolument.

Je suis confuse, j'imagine que c'est Danielle FOURNIER qui a présenté le v?u ? Non, pas du tout ? Yves CONTASSOT, avec grand plaisir !

M. Christian SAUTTER, président. - Chère Colombe BROSSEL, je résume les épisodes précédents pendant que vous épluchez votre pomme bio.

Yves CONTASSOT a présenté son v?u, il a reconnu la qualité du vôtre et il a annoncé à l'avance qu'il allait retirer le sien en faveur du v?u de l'Exécutif, mais je pense que, pour la clarté, pour tous les enfants qui nous regardent sur Internet, ce serait intéressant que vous disiez ce que propose l'Exécutif.

Mme Colombe BROSSEL, au lieu et place de M. Jean-Marie LE GUEN, rapporteur. - Mais qu'ai-je donc à faire après cet exposé si brillant d?Yves CONTASSOT que je regarderai sur Internet "a posteriori" ?

Je ne vous réexplique pas les raisons pour lesquelles Jean-Marie LE GUEN, qui s?excuse par ailleurs de ne pouvoir être présent, vous propose un v?u de l'Exécutif afin, considérant que la question que vous avez posée est tout à fait pertinente :

- D?établir un bilan de l'opération "Paris Santé Nutrition" afin de savoir quels sont les produits qui sont utilisés, parce que, pour l'instant, il nous manque un certain nombre de données.

- De promouvoir chaque fois que nécessaire la réduction de l?empreinte carbone de l'opération, l'utilisation des fruits de saison et des fruits distribués en circuit court, c'est en effet important.

- D'étudier les modalités techniques et financières d?un renforcement de la part de l?approvisionnement auprès des filières de production répondant aux critères de l'agriculture biologique.

- D'étudier la généralisation du programme P.S.N. à l'ensemble du territoire parisien.

- De vous présenter, Monsieur CONTASSOT, ainsi qu?à vos collègues, les résultats de ces études lors de la réunion de la 6e Commission du Conseil de Paris de septembre 2012.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BROSSEL.

Le v?u n° 5 G est retiré.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté à l'unanimité. (2012, V. 29 G).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 352 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DASES 352 G).