Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par Mme Laurence DOUVIN et les élus du groupe U.M.P.P.A. relatif à l'expérimentation de compteurs de temps.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2009


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons le v?u référencé n° 49 dans le fascicule, relatif à l'expérimentation de compteurs de temps déposé par le groupe U.M.P.P.A.

Madame DOUVIN, vous avez la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Madame la Maire.

Nous considérons que le comportement des différents utilisateurs de la voirie devrait faire appel au respect mutuel des règles du Code de la route. Je parle en l'occurrence de tous les utilisateurs de la voirie, que ce soient les voitures, les deux-roues motorisés, les vélos, les piétons.

Les plus vulnérables d'entre eux sont, bien sûr, les piétons.

Or, l'évolution des modes de vie, que ce soit, par exemple, mais il y a d'autres exemples, l'utilisation du téléphone portable en marchant ou l?écoute individuelle de musique, amène nombre d'entre eux à ne pas prêter suffisamment attention aux dangers qui sont bien réels liés à la circulation des véhicules motorisés et des vélos.

Pour stimuler l?attention des piétons notamment, mais pas seulement d'eux, au niveau de la traversée des passages protégés, nous pensons qu'il serait intéressant d?expérimenter l'installation d'un dispositif de compteur de temps, comme il en existe déjà dans d'autres villes étrangères et bientôt à Londres. Ce serait particulièrement utile, je pense, aux personnes âgées qui, souvent, se mettent à traverser au moment où le feu va justement changer de couleur dans un mauvais sens pour elle.

Nous émettons donc le v?u que soit expérimenté à Paris un système de compteur de temps au niveau des passages protégés qui sont équipés de feux de signalisation.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Madame LEPETIT, vous avez la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Je vous remercie, Madame DOUVIN, d'insister sur : "tous les utilisateurs de la voirie" et de souligner que les plus fragiles sont les piétons et les cyclistes. Je pense que c'est effectivement notre démarche, notamment lors de campagnes de prévention.

J'émets un avis favorable à votre v?u, Madame, avec néanmoins, et je pense que vous le comprendrez, quelques réserves. Cette expérimentation paraît, a priori, séduisante. Et je pense que votre v?u a le mérite d'ouvrir un débat intéressant sur la question de la signalisation dans notre Capitale, ainsi que sur celle de la sécurité des traversées piétons. Mais je voulais mettre en avant rapidement deux choses.

Tout d'abord, l'objectif principal des compteurs de temps qui ont été installés notamment dans un certain nombre de capitales, en Europe particulièrement, n'est pas tant le renforcement de la sécurité des piétons que, au bout du compte, la recherche d'une meilleure fluidité du trafic automobile. Il faut donc vérifier si ces dispositifs peuvent également répondre au souci que vous évoquez dans votre v?u, d'améliorer les conditions de traversée des piétons.

Par ailleurs, j?ai bien noté que vous proposiez une expérimentation sur quelques carrefours et non un déploiement sur l'ensemble des feux tricolores parisiens. Si cette expérimentation peut se faire sur un ou deux carrefours, il faut que nous puissions mesurer les conséquences d'un manque d'harmonisation entre les différents feux, notamment en terme de lisibilité pour les piétons mais aussi pour les automobilistes et les utilisateurs de deux-roues.

Pour ces raisons, je préfère rester prudente : j'émets un avis favorable à votre v?u, sous réserve, bien sûr, des précisions que je viens d'apporter.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Monsieur GAREL, explication de vote du groupe "Les Verts".

M. Sylvain GAREL. - Madame la Maire, merci.

Pour apporter notre soutien à cette proposition. Pour avoir vécu dans un pays où cela existe, au Québec, à Montréal en particulier, je dois dire que le fait de savoir combien de temps il leur reste avant de s'engager sur un passage protégé, apporte beaucoup de sécurité aux piétons et en particulier aux piétons qui ont de la difficulté pour traverser parce que beaucoup de gens à mobilité réduite risquent de s?engager au rouge et se retrouver au vert avant d'avoir fini de traverser la chaussée.

Je pense que c'est une excellente mesure. On peut l'expérimenter, mais il y a déjà eu de nombreuses expérimentations dans d?autres pays.

Nous sommes donc tout à fait favorables à ce v?u.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2009, V. 96).