Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif au soutien au Collectif "Associations en danger".

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous allons examiner le v?u référencé n° 64 dans le fascicule, relatif au soutien au collectif "Associations en danger", déposé par le groupe "Les Verts".

Je donne la parole à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci.

Ce v?u rappelle l'organisation qu'ont choisie les "Associations en danger" de se constituer en réseau. Plus de cents associations et syndicats se sont regroupés au sein de cette structure, à la suite de ce qui s'est engagé sous couvert d'une réforme gouvernementale, la révision générale des politiques publiques, RGPP, engagée depuis juillet 2007.

Sous couvert de cette réforme, le gouvernement diminue une fois de plus son soutien aux associations et notamment a démantelé l'Agence pour la cohésion sociale et l'égalité des chances. Cette logique de restriction budgétaire touche la "politique de la ville" dont les actions sur de nombreux territoires sont condamnées à disparaître faute de moyens.

Ainsi, une partie des crédits alloués précédemment aux contrats urbains de cohésion sociale, les C.U.C.S., ont considérablement diminué au profit de nouveaux dispositifs mis en place et pilotés par l'Etat sans tenir compte des actions de terrain.

Aussi, cette attitude est vraiment préjudiciable aux bénéficiaires et usagers des actions associatives mais aussi, bien sûr, à l'emploi associatif dont on a pu dire qu'il regroupait beaucoup de personnes et qu'il était très vivace et très actif.

Nous demandons donc au Maire de Paris d'apporter son soutien au collectif "Associations en danger" et d'interpeller l'Etat pour que celui-ci ouvre un véritable débat sur la mise en ?uvre de la R.G.P.P., reconnaisse les apports des associations, leur utilité sociale et engage les moyens nécessaires pour renforcer et sécuriser leur financement. Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci. Très bien.

Je donne la parole à M. Hamou BOUAKKAZ.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint. - Mes chers collègues, je serai bref puisque j'ai déjà eu l'occasion de répondre favorablement à des v?ux de même nature au Conseil de février de manière très étayée. La crise s'aggrave et les conséquences de cette politique irresponsable des pouvoirs publics s'aggravent elles aussi. L'Etat prend une responsabilité lourde dans le délitement des liens sociaux et dans l'appauvrissement d'un tissu associatif dont tout le monde sait qu'il aide à résoudre bien des problèmes.

Je ne prendrai qu'un exemple, samedi, mes collègues Gisèle STIEVENARD et Myriam EL KHOMRI sont allées soutenir la fédération des centres sociaux dont les établissements sont menacés, ce qui va compliquer la vie de nos concitoyens les plus précaires.

Chers amis, la situation est grave et elle s'aggrave de mois en mois. Je crois qu'il est temps que l'Etat se ressaisisse et rompe avec une pratique avec laquelle on avait cru qu'il avait déjà rompu en 2005, puisqu'en 2005, un Ministre dont je ne citerai pas le nom par égard pour lui, pour lequel j'ai une certaine estime, avait augmenté les moyens des associations et on est en train de revenir sur cette orientation de 2005.

Je vous appelle donc tous, unanimement, à voter ce v?u. De toute façon, je gage qu'il sera représenté périodiquement par les groupes de la majorité.

Donc, avis favorable.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe "Les Verts" assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2009, 105).