Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l'expulsion du collectif d'artistes Trans Art Express des terrains Cardinet-Batignolles-Clichy.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons le voeu référencé n° 28 dans le fascicule.

La parole est à Mme Brigitte KUSTER pour le présenter en une minute, s'il vous plaît.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Je donne la parole à Thierry COUDERT.

M. Thierry COUDERT. - Le voeu est très simple, il correspond d'ailleurs à un bégaiement de l'histoire, puisqu'au milieu de l'année dernière, la mairie du 17e et son maire en particulier, s'étaient préoccupés de l'avenir d'un collectif d'artistes, qui était sur le terrain des Batignolles, et qui devait l'évacuer pour permettre aux travaux de démarrer.

A ce moment-là, plusieurs hypothèses avaient été envisagées. Nous avions manifesté le désir que ce collectif puisse rester dans le 17e, en tout cas à Paris. Des solutions alternatives ont été proposées parfois un peu au diable vauvert. Des engagements, me semble-t-il, avaient été pris par la Mairie de Paris, pour que ce collectif puisse être hébergé à titre de logement sur Paris, et avoir accès à ses oeuvres pour pouvoir continuer à travailler, étant entendu qu'il s'agissait de sculptures monumentales.

Aujourd'hui, presqu'un an après, aucune solution n'a été trouvée. C'est pourquoi nous souhaiterions que ce dossier soit réexaminé dans un sens favorable.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

M. Christophe GIRARD a la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - La Ville de Paris ne s'est jamais engagée à reloger ce collectif. L'engagement de la Ville était d'accompagner le collectif dans sa recherche de locaux dans la mesure où nous connaissions sa composition et où la Préfecture de police n'avait pas d'objection, puisqu'elle est également consultée. Je vous invite à ce propos, Monsieur COUDERT, à faire de même et à prendre l'attache de la Préfecture de police pour être certain qu'il s'agit bien d'un collectif d'artistes.

Vous ne pouvez l'ignorer, puisque ce sont les termes de la réponse que j'ai faite lors de la séance du 16 juin 2008, lors du Conseil de Paris. Le v?u, que vous aviez alors présenté, n'avait pas été adopté par le Conseil de Paris. Les recherches de locaux sur le territoire parisien, comme en banlieue, n'ont pu aboutir. Je le regrette, en effet.

Je tiens à vous informer qu'après son départ des terrains Cardinet, Batignolles, Clichy, à aucun moment le collectif n'a contacté le service de la Direction des Affaires culturelles, comme pourtant nous les avions encouragés, ni même mon cabinet qui pourtant était en lien direct avec eux, afin que les recherches soient poursuivies, ni pour signaler leur problème d'accessibilité au lieu de stockage appartenant à Réseaux ferrés de France.

Nous sommes donc tout à fait disposés à intervenir auprès de Réseaux ferrés de France, afin que puisse être facilité l'accès à l'espace de stockage. Encore faut-il que nous recevions des demandes de ce collectif.

Aujourd'hui, il apparaît, et je me rapprocherai de la Préfecture de police, que nous ne pouvons nous engager au relogement d'un collectif dont nous ignorons la composition, ni même la réalité de son existence et ses activités. Vous savez que beaucoup d'artistes, parfois, repartent soit dans d'autres collectifs ou bien ont choisi de mener une vie individuelle ailleurs et différemment.

Il semblerait qu?aujourd'hui, sous réserve, évidemment, que ce que je vous dis là soit avéré, qu'il s'agisse d'un ou de deux artistes plus que d'un collectif. Il est impossible de mettre à disposition quasiment gratuitement plusieurs centaines de mètres carrés au bénéfice d'un ou de deux artistes, vous le comprendrez.

Je suis, à titre personnel, tout à fait d'accord sur les collectifs, mais là, en l?occurrence, pour un ou deux artistes, je ne peux qu'émettre un avis défavorable au v?u généreux présenté par M. Thierry COUDERT pour l?U.M.P.P.A.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ? Du groupe "Les Verts".

Le v?u est rejeté.