Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la généralisation dans chaque arrondissement de la Capitale d'exposition de photographies sur les grilles des jardins de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 27 dans le fascicule présenté par le groupe U.M.P.P.A.

Madame Roxane DECORTE, vous avez une minute.

Mme Roxane DECORTE. - La culture c'est d'abord la culture pour tous, l'accès au meilleur doit être ouvert à tous et pas seulement disponible.

La culture doit aller au-devant des Parisiens, il est important d'offrir aux différents talents la possibilité d'investir l'espace urbain.

Les présentations d'expositions de photographies sur les grilles des jardins sont un élément de la culture pour le plus grand nombre ; le coup d'essai de "la Terre vue du Ciel" de Yann ARTHUS-BERTRAND a été un coup de maître sur les grilles du Jardin du Luxembourg.

L'exposition a été vue par 2,5 millions de personnes. Plus récemment, dans le 18e arrondissement, au square Léon Serpollet, la très belle exposition "Syrine, Ibrahim, Malo, Valentin et tous les autres" réalisée par Gilles PORTE a obtenu un vif succès.

Dans chaque mairie d'arrondissement, les listes d'attente pour organiser une exposition sont importantes. L'idée serait que le Conseil de Paris émette le v?u qu'en concertation avec le Maire de chaque arrondissement, un jardin puisse être choisi comme lieu d'exposition et que la Ville fournisse le matériel nécessaire.

Je vous remercie de votre attention.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - M. Christophe GIRARD a la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - C'est une horreur absolue, c'est une chose de fou, ce que vous venez de proposer.

Concernant le Jardin du Luxembourg, si 2,5 millions de personnes ont pu voir les photos talentueuses de l'excellent académicien, puisqu'il est maintenant académicien de l'Académie des Beaux-arts à Paris, Yann ARTHUS-BERTRAND, 2,5 millions de personnes ne peuvent plus jamais regarder la transparence sublime et légère du Jardin du Luxembourg à travers les grilles.

Si cela vous parait une bonne mesure, cela me paraît une très mauvaise mesure.

Pour l'instant, j'ai réussi à m'y opposer et à obtenir qu'aucun accrochage n'ait lieu sur les grilles du jardin de la Place des Vosges, cette place qui devrait être minérale mais qui a été transformée au fil du temps en jardin avec des arbres. Si on a des expositions permanentes sur les grilles, aussi bien de l'hôtel d'Aumont dans le 4e arrondissement, que sur tous les jardins et les grilles des hôtels particuliers dans Paris, on ne verra donc plus jamais, ni l'architecture, ni les jardins à la française - pensez à l'Hôtel de Sens ou au Palais Royal, par exemple, on ne verrait plus jamais ces jardins à la française - puisque vous auriez en permanence des grilles occultées.

Je pense que c'est une très mauvaise idée. Je pense que mon amie de "Facebook", qui n'est plus sur les rangs, est plutôt d'accord avec moi également. Nous en avons discuté avec Hélène MACÉ de LÉPINAY, elle est plutôt proche de ma sensibilité sur ce point.

C'est une idée qui n'est pas moderne. C'est une idée démagogique, et je vous déconseille de vous embarquer dans ce type d'aventure, car plus jamais on ne verra nos beaux jardins à la française et les bâtiments d'architecture si précieux que nous avons dans Paris, s'ils sont constamment occultes par des accrochages?

Il y a des musées. Je suis contre ce voeu.

M. François DAGNAUD, adjoint, président.- Avis défavorable motivé par l'adjoint.

Mme Roxane DECORTE. - Vous avez une vision élitiste, pensez aux quartiers populaires, allez dans le 18e arrondissement, dans le 20e arrondissement. Dans ces quartiers, tout le monde ne va pas forcément au musée, c'est important. C'est un jardin choisi par arrondissement, ce n'est pas de manière systématique.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Si, ce sera systématique.

Mme Roxane DECORTE. - Vous avez des personnes qui n'iront jamais au musée, et c'est une occasion d'avoir l'art dans la rue. C'est plutôt une idée populaire.

M. François DAGNAUD, adjoint, président.- Le débat est passionnant, il est lancé. Les points de vue sont légitimes et recevables, les uns et les autres. L'adjoint émet un avis défavorable, mais j'ai le sentiment que c'est un débat que vous pourrez poursuivre dans d'autres enceintes.

M. POZZO di BORGO a la parole.

M. Yves POZZO di BORGO. - Ce genre d'exposition est depuis longtemps très demandée. Je vois souvent, puisque je suis sénateur, de très belles expositions sur les grilles du Sénat. Mais, je rejoins Christophe GIRARD, elles ne peuvent pas être permanentes.

Il faut aussi que le regard puisse se poser sur ces jardins, parce que le regard sur ces jardins est reposant. Ainsi à la Région, des expositions sont constamment réalisées sur le mur. Je vous assure que ce n'est pas agréable. On a besoin de voir l'esthétique de la Ville.

Que ces expositions soient ponctuelles, c'est là que je rejoindrai le v?u, mais je suis plus réservé sur le fait que cela se fasse de façon permanente et systématique.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Président.

Vous appelez à voter contre le v?u ? Abstention, pardon.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.

Mais le débat aura lieu à nouveau, sans nul doute.