Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, SGRI 18 - Signature d'une convention avec l'association "Maison de l'Europe de Paris" (4e) pour l'attribution d'une subvention. - Montant : 334.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous terminons, pour ce matin, par le projet de délibération SGRI 18 sur lequel Romain LÉVY et Geneviève BERTRAND sont inscrits.

Monsieur LÉVY, vous avez la parole.

M. Romain LÉVY. - Merci.

Effectivement, la signature de la convention liant notre Ville à la Maison de l'Europe nous offre l'occasion de faire le point sur la politique menée par cette structure d'utilité publique, mais aussi d'inscrire son action dans le fort engagement européen de notre Municipalité.

Il est difficile de parler de la Maison de l'Europe sans commencer par rendre hommage à l?action de Catherine LALUMIÈRE qui la préside, avec probité et efficacité, depuis 2003. Suite aux engagements pris, et il y avait beaucoup à faire à son arrivée, la modernisation et la diversification des actions en direction des Parisiens ont été engagées, en les associant au développement de la construction européenne, en mettant à leur disposition informations, conseils et documentations, en organisant près d'une centaine de manifestations par an.

Les objectifs contenus dans cette nouvelle convention vont permettre de les développer plus encore. Je pense tout particulièrement à la volonté de renforcer son rôle d'information sur l'Europe et d'orientation sur les activités européennes, à Paris bien sûr, mais aussi dans les autres capitales de l'Union.

L'action consistant à encourager et faciliter la mobilité universitaire et professionnelle en Europe me semble également déterminante.

Je veux d'ailleurs insister ici sur le club "Erasmus", lancé à l'automne 2008 en lien avec la Cité internationale universitaire de Paris, le C.R.O.U.S. et la Maison des initiatives étudiantes, qui a permis de l'ouvrir aux jeunes publics, ce qui est essentiel, et a contribué, dans le même temps, à en faire l'espace de tous les Européens habitant notre Ville.

En offrant désormais un service d'information personnalisé, "Paris Europe Info", inauguré par Pierre SCHAPIRA en 2006, qui a reçu pour la deuxième fois le label "Relais Europe Direct" de la Commission européenne, la Maison de l'Europe incarne sans conteste un lieu de construction de la citoyenneté européenne. Elle doit devenir plus encore le point de repère de tous ceux qui s'intéressent aux projets européens, sans en être nécessairement des spécialistes.

Convaincue de cette volonté d'ouverture, la Maison a profité de toutes les grandes manifestations populaires pour se faire connaître et valoriser l'Europe, en accueillant, par exemple, dans ses locaux, des manifestations comme "Nuit Blanche" ou la Fête de la musique.

Elle a également organisé, en partenariat avec la Ville, le village européen sur le parvis de l'Hôtel de Ville que nous connaissons depuis plusieurs années et que nous aurons à nouveau les 8 et 9 mai prochains.

Elle s'est enfin imposée comme le relais incontournable des initiatives associatives consacrées à l'Europe à Paris. Au titre de ces coopérations, on peut citer les relations qui existent avec le Café Babel, avec des fondations françaises ou européennes, avec la Ligue de l?enseignement, la F.I.D.H., les centres culturels européens et, bien sûr, les institutions européennes.

Nous avons plus que jamais besoin d'un tel espace à Paris, et cela d'autant plus qu'il n'existe aucun autre lieu public, dans l'attente de la création de la Maison des Européens de Paris sur laquelle l'Exécutif travaille, offrant de tels services.

C'est pourquoi la signature de cette convention nous paraît particulièrement opportune.

Mais il ne m'est pas possible de conclure cette intervention où il est question du lien indissociable qui existe entre notre Ville et l'Europe, sans souligner, même brièvement, l'ampleur des actions menées par notre Municipalité dans le domaine européen.

Je ne prendrai que deux exemples :

D'abord, les actions nombreuses permettant de valoriser l'Europe et d?en promouvoir les valeurs. Je pense ici notamment au label "Paris Europe", qui incite les associations, les écoles, les universités et les particuliers à porter des projets ayant une dimension européenne dans des domaines tels que la citoyenneté, la culture, l'éducation, le développement durable ou la solidarité. Chaque année, 100.000 euros sont remis aux lauréats pour concrétiser ces projets.

Récemment encore, notre Ville a pris toute sa place dans les manifestations liées à la présidence française de l'Union européenne ou comme nous l'avons dit, dans les manifestations autour du 9 mai.

Le temps m?étant compté, je ne peux mettre en avant l'action forte qui est engagée dans les associations de villes telle que l'U.C.U.E. ou Eurocités, c?est pourquoi je me contenterai simplement de souligner les liens de coopération et d?amitié qui existent avec les grandes métropoles européennes des plus anciennes - on a fêté il y a peu de temps le 50e anniversaire du jumelage avec Rome ou encore les 22 ans de coopération avec Berlin, dont nous voterons aussi au cours de cette séance un nouveau chapitre - aux plus récentes. Ces coopérations, qui ont connu un regain incomparable depuis 2001, par delà leurs déclinaisons culturelles, qui sont les mieux connues car les plus visibles, portent sur l'ensemble des champs de l'action de notre Municipalité avec toujours pour objectif un meilleur service rendu aux citoyens de nos villes.

Il en est ainsi dernièrement des échanges de fonctionnaires avec Vienne, pour lequel nos deux villes ont reçu en 2006 le prix Territoria, du travail engagé avec Londres sur les transports, concernant notamment l'implantation d'un système de type Vélib?, de la prévention et de la gestion des risques de crues avec Prague, de la réflexion engagée sur le retour à l'emploi des seniors avec Francfort et Stockholm, ou bien encore sur la diversité et l?égalité avec Londres, Berlin, Barcelone et Helsinki.

Je conclurai en me félicitant de cet attachement à l'Europe et à ses valeurs et en formant toutefois le voeu que, 2009 marquant symboliquement le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin, la Ville et la Maison de l?Europe participent pleinement à commémorer cet événement marquant la réconciliation de notre continent.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Madame BERTRAND, vous avez la parole.

Mme Geneviève BERTRAND. - La Maison de l'Europe est LE LIEU de l'éducation à l'Europe et des débats européens à Paris.

Si des débats sporadiques se tiennent ici ou là à la C.C.I.P., au MEDEF, dans les syndicats, les universités, les fondations, c'est d'abord et durablement là que se donne à connaître l'Union européenne. J'en apporterai une preuve illustrée en fin de mon intervention.

Cette année, comme toutes les années précédentes, je suis heureuse de pouvoir mettre en relief l'évolution de la Maison de l'Europe à l'occasion du vote de la double subvention de la Ville de Paris, la subvention compensatrice de loyer de 99.000 euros, qui est d?ailleurs augmentée de 3.000 euros, et la subvention de fonctionnement de 235.000 euros, inchangée, total : 334.000 euros.

Les responsables avaient l'espoir d'une augmentation, mais les circonstances budgétaires ont anéanti cette perspective. Et pourtant, voilà une association d'utilité publique s'il en est, ancrée dans la vie de la cité, dont le redressement est spectaculaire depuis 2001. Après les graves irrégularités de gestion mises à jour par l'audit du cabinet Arthur Andersen fin 2001, malheureusement non sanctionnées à ce jour, cette association, sous l'autorité ferme, souriante et ultra compétente de sa présidente, emblématique et 100 % du temps présente, Mme Catherine LALUMIERE, atteint son allure de croisière.

Portée à la présidence nationale de la Fédération des Maisons de l'Europe, Mme LALUMIERE a à coeur une ambition pour la Maison de Paris et de l'Ile-de-France à la hauteur des besoins criants.

La gestion est enfin assainie, probe, comme l?a dit Romain LÉVY, assumée par un Conseil d'administration responsable et une secrétaire générale d'expérience et d'engagement européen.

Trois critères sont là pour mettre enfin à la hauteur des attentes ce lieu unique.

Le premier. Je suis frappée de voir que les publics sont désormais constitués de plus de 50 % de jeunes, étudiants et jeunes professionnels souvent très diplômés et très exigeants : quel changement !

Deuxièmement, les financements se sont diversifiés. Là aussi, quel changement ! A la subvention de la Ville de Paris, s'ajoutent désormais un substantiel financement de la Région Ile-de-France - 100.000 euros -, une participation du Ministère des Affaires européennes et étrangères - 15.000 euros -, des fonds de la Commission européenne - 95.000 euros - par le canal des programmes communautaires que sont Citoyenneté, Gruntvig, Europe directe, plus des cotisations, plus l'accueil de manifestations.

Troisièmement, l'offre de programmes est, j'ose le dire, éblouissante. J'exhorte tous les Conseillers de Paris qui reçoivent chaque mois le programme dans leur casier à aller voir et rencontrer ce qui se fait à la Maison de l'Europe. Elle inclut manifestement les Français dans le débat public européen.

A l'heure où l'hôtel de Coulange a été restauré, rénové et aménagé pour recevoir un club Erasmus créé en octobre 2008, le point info-Europe et une salle de conférence d'un design accrocheur, je ne parlerai plus, c?est fini, puisque le projet est évanoui, d'un Espace des Européens à Paris.

Je mesure seulement avec tristesse que les ressortissants européens sont les grands oubliés de la reconnaissance des différentes composantes de Parisiens et Parisiennes.

Les concernant, il me semble qu'au lieu de vagues d'inscription qu'on pouvait espérer sur les listes électorales à la fin décembre 2008, l'engouement a été très modéré si j'en tiens pour exemple ce qui se passe dans le 6e arrondissement, où l?on peut noter seulement 10 inscrits supplémentaires de 2008 à 2009. L'on verra aussi ce que donnera la nouvelle campagne sur les panneaux Decaux pour susciter l'inscription des jeunes qui auront 18 ans d'ici le 7 juin 2009.

Voilà mon regret le plus important : il concerne ces Européens de Paris.

Mon regret est aussi que des millions de Franciliens restent éloignés de la riche programmation de la Maison de l'Europe et ne perçoivent que peu son implication dans les très grands événements parisiens que sont la Journée du 9 mai, qui aura lieu cette année encore sur le parvis de l'Hôtel de Ville et gare du Nord, les Journées du patrimoine, la Fête de la musique, Nuit blanche, le Prix de l?initiative européenne.

Pour conclure, je vais prendre les deux illustrations que j'indiquais tout à l'heure de la prise de conscience du rôle que joue la Maison de l'Europe. La première est la liste, non exhaustive, des adjoints au Maire de Paris qui participent aux travaux de la Maison de l'Europe de temps à autre. Evidemment, le Maire de Paris a assisté à l?inauguration de l'espace vert à cet endroit, mais je citerai particulièrement Pierre SCHAPIRA et Pierre MANSAT, Didier GUILLOT, Christian SAUTTER, Gisèle STIEVENARD et Dominique BERTINOTTI, maire du 4e arrondissement, qui a particulièrement contribué au rayonnement de la Maison de l'Europe qui se trouve dans son arrondissement.

Pour terminer, je donnerai la liste, exhaustive celle-là, des députés européens qui ont participé à des manifestations à la Maison de l'Europe depuis avril 2008, par ordre alphabétique : Pervenche BERES, Daniel COHN-BENDIT, Harlem DÉSIR, Brigitte DOUAY, Joël FERREIRA, Jean-Paul GAUZES, Catherine GUY-QUINT, Bronislaw GEREMEK -15 jours avant son accident tragique -, Bernard LEHIDEUX, Alain LIPIETZ, Elisabeth MORIN, Michel ROCARD, Pierre SCHAPIRA, Margie SUDRE, Jacques TOUBON, Alejo VIDAL-QUADRAS.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - M. Pierre SCHAPIRA a la parole pour répondre.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je n'ai rien à ajouter, je partage tout ce qu'ont dit Romain LÉVY et Geneviève BERTRAND.

Cela a été un travail compliqué. Nous avons pris une maison en 2001 qui était en difficulté, la Présidente a fait son travail, les orateurs précédents l'ont dit très justement.

Le Conseil d'administration de cette maison est d'ailleurs composé de membres de tous les groupes de cette Assemblée. Qu'ils y viennent ou non, tous les groupes sont informés de ce qui se fait à la Maison de l?Europe.

J'ajoute que le public s'est rajeuni. Le réel déficit, nous en avons la preuve dès que nous parlons de la Maison de l?Europe, est le manque de médiatisation permettant de savoir exactement ce qui s'y fait.

Je le regrette beaucoup. C'est entre autres parce que le budget de la Maison de l?Europe est contraint. Il ne lui permet pas d'avoir un service de communication adéquat et à la hauteur. Si on pouvait avoir ce service de communication, ce serait beaucoup mieux.

Je remercie Romain LÉVY et Geneviève BERTRAND de ce qu'ils ont dit au sujet de la Maison de l?Europe.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Avant de passer au vote, deux demandes d'explication de vote émanent de Laurence DOUVIN et de Ian BROSSAT.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Rachida DATI, qui est ce matin en déplacement, avait souhaité intervenir sur ce projet de délibération. En son nom je voudrais d'abord regretter l'absence de réel bilan de l'action de la Maison de l?Europe dans les documents qui nous sont communiqués.

Il nous semble aussi que la maison de l?Europe n'a pas aujourd'hui les moyens de fédérer les différents organismes de promotion de l'Europe sur Paris, notamment parce qu'elle est un peu trop repliée sur son hôtel particulier dans le Marais.

Il est souhaité qu'il lui soit donné les moyens nécessaires, notamment ceux d'une ouverture par rapport au grand public. Il nous semble également souhaitable que soient clarifiés les rapports entre les activités de la Maison de l?Europe et le projet de "Maison des Européens" évoqué dans cette convention.

C'est pourquoi nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Ian BROSSAT pour une explication de vote du groupe communiste.

M. Ian BROSSAT. - Le groupe communiste et élus du parti de Gauche s'abstiendra sur ce projet de délibération pour des raisons différentes de celles exprimées par Laurence DOUVIN.

Nous sommes tous pour l'Europe, nous avons en même temps des idées différentes sur l'Europe et sur l'avenir de l'Europe. Cela n'est pas faire insulte à la Maison de l?Europe que de dire qu'elle défend une certaine conception de la construction européenne dont on ne peut pas dire qu'elle ait particulièrement porté ses fruits et qu'elle nous aide beaucoup en cette période de crise.

C'est la raison pour laquelle nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Sylvain GAREL ?

M. Sylvain GAREL. - Je rebondis sur ce que vient de dire Ian BROSSAT.

Pour des raisons exactement contraires, nous voterons pour ce projet de délibération.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 18.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, SGRI 18).