Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012, DDEEES 10 - Subvention (1.500.000 euros) avec convention avec la Cité Internationale Universitaire de Paris pour le programme "Research in Paris". Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2012


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DDEEES 10, l?amendement n° 53 et le v?u n° 53 bis. Il s'agit d'une subvention de 1,5 million d'euros avec la convention avec la Cité Internationale Universitaire de Paris pour le programme "Research in Paris".

Je donne la parole à M. Jacques BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Monsieur le Maire, l'intérêt de la Ville de Paris pour les questions de recherche et d'innovation n'est plus à démontrer. On le voit avec ce projet de délibération qui nous engage au sein du programme "Research in Paris" pour lequel plusieurs critères ont été proposés par le Conseil scientifique de la Ville de Paris dans le choix des candidats.

Ces critères sont la pluridisciplinarité et le fait que les études puissent permettre de comparer Paris avec d'autres métropoles étrangères.

Or, en l'absence d'orientation plus précise, nous pensons qu'il pourrait être pertinent pour la Ville et intéressant pour les Parisiens de considérer qu'au regard de l'ampleur des transformations environnementales à venir, liées notamment au dérèglement climatique, à notre production de gaz à effet de serre et, globalement, à notre mode de vie, citadin, de comparer les innovations qui peuvent se révéler dans ce domaine dans d'autres villes et de mettre en ?uvre des innovations environnementales pour anticiper.

Donc, le v?u que nous proposons consiste à pouvoir permettre aux chercheurs d'explorer les futures évolutions environnementales et la réalisation d'une métropole parisienne durable.

C'est l'objet de l'amendement que nous soumettons au Conseil de Paris.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur Hermano SANCHES-RUIVO ?

M. Hermano SANCHES-RUIVO. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, favoriser la recherche dans un pays n?est ni une option, ni un luxe, mais une obligation. La recherche et le développement sont, en effet, des dépenses fondamentales pour accélérer le retour à la croissance. En termes de politique publique, un bon vecteur pour renforcer cette croissance est la coopération des acteurs les plus à même de déterminer les besoins, tout en laissant libre cours à la créativité des chercheurs.

Le programme "Research in Paris" a précisément pour vocation de renforcer l'attractivité scientifique de Paris en accueillant de jeunes chercheurs internationaux, le programme fait coopérer la Ville de Paris et la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Ce programme vise à accueillir essentiellement deux catégories de chercheurs de niveau post-doctoral pour une durée de 3 à 12 mois et des chercheurs confirmés pour un court séjour de 2 à 6 mois. Il s'adresse à toutes les disciplines et l?accent est mis sur un panachage équilibré de tous les secteurs de recherche.

L'économie du dispositif est simple : le programme prend en charge une allocation de recherche de 2.500 euros par mois pour un post-doctorant et jusqu?à 3.000 euros pour un chercheur confirmé, les frais de voyage et l'Assurance Maladie.

Lorsque l'on sait que l'attractivité scientifique d?une ville est déterminée non seulement par la qualité de sa recherche mais aussi par les conditions offertes aux chercheurs, la Ville de Paris fait ici preuve d'une bonne prise en compte de la totalité des besoins.

Depuis 2008, le choix de l'Exécutif parisien, sous l?égide de Jean-Louis MISSIKA, a été d?amplifier largement ce programme pour répondre au mieux aux nécessités des laboratoires parisiens. Le budget a doublé en 2008 et a été maintenu depuis.

Aujourd'hui, la subvention proposée est de 1,5 million d'euros. En 2011, 78 chercheurs ont été accueillis ; en 2012, sur 390 candidatures, ce sont encore 77 chercheurs qui ont été sélectionnés pour 27 nationalités. On retrouve d'ailleurs, comme l'année dernière, les Italiens, les Hongrois, les Espagnols, les Russes et les Américains parmi les cinq premiers contingents de chercheurs.

Les 77 lauréats sont répartis sur 79 post-doc et 28 seniors, pour un total de 627 mois d?accueil dans les laboratoires d?une trentaine d'établissements d'enseignement supérieur et de recherche parisiens. Un bon équilibre entre Sciences dures et Sciences humaines a été établi avec 45 lauréats en Sciences humaines et 32 en Sciences dures.

Pour toutes ces raisons, et sans oublier de féliciter l'ensemble des services qui participent à cet indispensable effort au quotidien, pour toutes ces raisons, disais-je, ce projet de délibération est fondamental pour l?attractivité scientifique parisienne et j'invite, en conséquence, tous mes collègues à l'approuver.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, je donne la parole à M. Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais d'abord remercier mon collègue Hermano SANCHES-RUIVO pour avoir résumé, de façon très précise et très élogieuse, ce programme de recherche.

Comme vous venez de le rappeler, "Research in Paris" est un dispositif essentiel pour l'accueil des chercheurs étrangers à Paris. Il joue un rôle important dans le dynamisme de la recherche parisienne et l'enrichissement intellectuel que représente la venue de chercheurs. Il contribue au rayonnement scientifique international de la Capitale, en dynamisant les échanges scientifiques. Entre 70 et 80 chercheurs sont accueillis chaque année dans toutes les disciplines et couvrant beaucoup de thèmes de recherche.

Ce qui m'amène à faire la transition pour la réponse à notre collègue Jacques BOUTAULT : j'entends bien le souci que vous avez de mettre en avant la problématique de la ville durable, de la transition énergétique et de la transition écologique des grandes villes, et notamment de Paris.

Je pense simplement que le véhicule de "Research in Paris" n'est pas adapté à ce projet parce que, comme Hermano SANCHES-RUIVO l?a expliqué et comme je l'ai repris, c'est un programme blanc, "Research in Paris". Cela veut dire que c'est un programme dans lequel on laisse le soin aux laboratoires de recherche qui proposent les invitations de chercheurs de choisir leurs thèmes. L'idée est de couvrir toutes les disciplines et de faire de cet outil un moyen d'attirer les talents à Paris, les talents scientifiques internationaux à Paris.

Nous avons un autre programme, qui est extrêmement important et qui mobilise beaucoup la communauté scientifique française, qui est le programme "Paris 2030".

"Paris 2030" permet, comme son nom l'indique, de mobiliser des recherches concernant la Ville de Paris, en comparaison avec les autres grandes métropoles et dans une vision prospective. Et ce programme, qui existe maintenant depuis sept ou huit ans, est un programme qui permet de mobiliser des compétences pluridisciplinaires sur les domaines que vous avez indiqués.

La preuve en est que nous faisons maintenant régulièrement des conférences sur la base des recherches qui sont menées dans le cadre de ce programme.

Cette année, en 2012, nous avons travaillé, avec notre collègue Fabienne GIBOUDEAUX, à la mise en place d'un séminaire sur la biodiversité dans le cadre de ce programme de recherche "Paris 2030". Ce séminaire, qui porte sur "végétation et climat en ville, aspects socio-culturels, écologiques et atmosphériques du recours à la végétation", est mené par une équipe de recherche du C.N.R.S. et organise une conférence qui me permettra des échanges entre chercheurs, acteurs de la Ville et responsables politiques. Ce séminaire, pour ceux que cela intéresse, aura lieu le 3 décembre prochain à la Ville de Paris, dans l'auditorium de l'Hôtel de Ville.

Ce que je vous propose, c'est un v?u qui remplacerait votre amendement et qui porterait exactement sur les thèmes que vous souhaitez, mais qui concernerait le programme "Paris 2030".

Je vous cite la fin du v?u : "Le programme Paris 2030 a pour objectif de soutenir des projets de recherche de deux an maximum portés par des équipes de recherche relevant d'établissements d'enseignement supérieur et d'organismes de recherche publique menant des recherches sur Paris.

Toutes les disciplines sont éligibles.

La Ville de Paris souhaite encourager des projets prospectifs permettant d?imaginer Paris en 2030 dans tous les domaines : urbanisme, économie, transports, biodiversité, climat, logement, santé, culture, handicap, démocratie, politique territoriale (liste non exhaustive).

Les projets intégrant une approche comparative avec d'autres métropoles internationales sont encouragés, ainsi que les projets visant à explorer les adaptations de la Ville de Paris aux futures évolutions environnementales et à la réalisation d'une métropole parisienne durable", c'est-à-dire que nous reprenons la formulation que vous proposez, mais nous l'appliquons à ce programme "Paris 2030" qui nous paraît mieux adapté.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BOUTAULT, est-ce que vous maintenez votre amendement ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - J'accepte l'amendement de substitution de l'Exécutif, d'autant que je le précise, mais cela va sans dire à partir du moment où c'est un programme blanc, à partir du moment où "Research in Paris" est un programme blanc, on peut aussi candidater sur les thèmes du développement durable dans cette demande de recherche.

Merci.

J'ai bien entendu ce que propose M. Jean-Louis MISSIKA pour le programme "Paris 2030" et j'en suis d'accord.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Donc, vous retirez votre amendement.

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le v?u bis de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2012, V. 120).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 10.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DDEEES 10).