Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012, DPA 42 - Approbation des modalités de passation des marchés de travaux et de prestations intellectuelles sur appel d'offres ouvert relatifs à la mise en conformité des installations techniques du Parc des Princes (16e). Vœu déposé par le groupe CI relatif à l’attribution du bail emphytéotique du Parc des Princes.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2012


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DPA 42 sur lequel MM. David ALPHAND et Pierre GABORIAU sont inscrits.

M. Jean VUILLERMOZ répondra.

Monsieur ALPHAND, vous avez la parole.

M. David ALPHAND. - Merci, Monsieur le Maire.

Après Jean Bouin, voici maintenant le Parc des Princes. Nous parcourons donc quelques mètres.

J'espère, Monsieur VUILLERMOZ, que vous serez un peu plus précis dans votre réponse sur le Parc des Princes que vous ne l?avez été sur notre précédent débat concernant Jean-Bouin, parce que j'attends toujours le coût de fonctionnement du stade Jean-Bouin.

Pour ce qui est du Parc des Princes, je voulais vous faire part en cette fin d'après-midi d'une vraie préoccupation, relativement au projet de délibération qu?il nous est proposé d'adopter cet après-midi.

Pourquoi ?

Voilà que la Ville nous propose, dans la continuité de quelques délibérations qui nous avaient été soumises il y a de cela déjà plusieurs mois, nous propose donc d'engager un certain nombre de dépenses, 9 millions d'euros au total, Monsieur VUILLERMOZ (j'ai fait mon petit calcul en fonction du décompte lot par lot des marchés publics que vous nous proposez).

Alors, voilà, entre-temps, depuis que nous avions décidé de ce principe de rénovation et de modernisation du Parc des Princes, il se trouve que l'actionnaire majoritaire du Paris Saint-Germain a fait part d'un certain nombre de déclarations et c'est bien là l'objet de ma préoccupation cet après-midi, car l'avenir de l'enceinte sportive Parc des Princes paraît pour le moins flou et, de ce point de vue, la Ville a une gestion qui est pour le moins floue également et j'allais presque dire erratique. C'est presque du pilotage à vue.

Monsieur VUILLERMOZ, au fil des interviews que vous donnez dans la presse de temps en temps, concernant l'avenir du Parc des Princes, on vous sent ballotté. On vous sent finalement sans aucune maîtrise, concernant le futur et l'avenir du Parc des Princes.

Alors, naturellement, il faut prendre en considération les "desiderata" d'un actionnaire qui, bien sûr, souhaite une enceinte qui soit à la hauteur des ambitions sportives du nouveau P.S.G.

Néanmoins, la Ville a aussi son mot à dire et je ne l'entends pas, Monsieur VUILLERMOZ, dans vos déclarations. Je n'entends pas de volonté exprimée de la part de la Ville de Paris concernant l'avenir du P.S.G. et encore moins l'avenir du Parc des Princes.

Alors, si demain l'actionnaire majoritaire prend la décision de détruire, en tout cas de demander la destruction du Parc des Princes, et que nous vous donnons un blanc-seing pour de nouveaux travaux à hauteur de près de 10 millions d'euros cet après-midi, j'ai un peu le sentiment que ces 10 millions d'euros partiraient en fumée.

Ma question est simple, Monsieur VUILLERMOZ, quel va être l'avenir du Parc des Princes, quelle est la volonté du Maire de Paris concernant cette enceinte ? Ces travaux que vous nous proposez d'engager seront-ils véritablement nécessaires à court terme et ne serait-ce pas une dépense inutile qui pourrait partir en fumée dans quelques semaines ou dans quelques mois ?

Merci.

(Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, remplace M. François DAGNAUD au fauteuil de la présidence).

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur ALPHAND.

Pour suivre, la parole est à M. Pierre GABORIAU pour l?U.M.P.P.A.

M. Pierre GABORIAU. - Merci, Madame le Maire.

Madame le Maire, mes chers collègues, construit entre 1969 et 1972, le Parc des Princes présente en effet aujourd'hui, après 40 ans d?activité, des signes de vieillissement naturel de ses installations techniques qui requièrent d'être rénovées et modernisées.

Il est donc en effet nécessaire d'engager des travaux d'envergure afin de pérenniser et de conforter ces installations pour l'amélioration des conditions d'accueil du public dans ce stade emblématique de la Ville de Paris.

Ces travaux s'inscrivent d'ailleurs dans la perspective de l'Euro 2016. Pour la réalisation de cette opération, il est donc nécessaire dès à présent de lancer les marchés de travaux qui seront réalisés sous la forme de plusieurs marchés sur appels d'offres ouverts européens et porteront notamment sur la modernisation et la réfection de la couverture, le nettoyage et le ravalement de l'ouvrage, le remplacement d?installations techniques, le désamiantage des locaux et le remplacement d'équipements vétustes.

Les travaux se dérouleront de juillet 2012 à mi-2013 avec le maintien en fonctionnement de l'établissement, ces marchés seront passés à prix révisable et la Commission d'appel d'offres a attribué quatre marchés pour un coût total d?opération estimé à un peu plus de 20 millions d'euros.

Je veux préciser qu'il s'agit de travaux préalables au lancement de travaux bien plus considérables, d'un montant de 100 ou 110 millions d'euros à la charge du concessionnaire afin que ce stade puisse participer à l'Euro 2016.

Puis-je rappeler qu'il s?agit une fois encore d'octroyer 20 millions d'euros au sport traditionnel, mais je veux souligner que cette opération constitue un engagement en faveur de l'actuel Parc des Princes, de nature à conforter celui-ci, y compris après 2016.

De fait, cette opération peut se révéler favorable à notre 16e arrondissement. C'est la raison pour laquelle mon collègue Yves HERVOUET des FORGES, adjoint chargé des sports, a proposé au Conseil du 16e arrondissement d?émettre un avis favorable, cette délibération a donc été approuvée à la majorité des élus moins trois abstentions et je vous propose ce soir que le groupe U.M.P.P.A. vote donc ce projet de délibération.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur GABORIAU.

Pour vous répondre, la parole est à M. Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Vous ne voulez pas faire, en même temps, une réponse sur le B.E.A. au Parc des Princes, puisque c'est un peu la même chose ?

C'est M. POZZO di BORGO.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Il s?agit du v?u n° 18 qui est proposé par le groupe "Centre et Indépendants".

Est-ce que vous voulez le présenter ? On peut faire cela comme cela, vous avez raison. Monsieur DUBUS, si vous voulez présenter ce v?u, on vous donne la parole.

M. Jérôme DUBUS. - Beaucoup de choses ont déjà été dites par mes deux collègues qui se sont exprimés.

Je poserai à M. VUILLERMOZ simplement trois questions qui répondent d'ailleurs au v?u que nous avons déposé :

- Premièrement, que M. VUILLERMOZ ce soir nous précise les raisons de l'absence de délibération en Conseil de Paris de ce jour pour attribution du bail emphytéotique du Parc des Princes, comme cela avait été annoncé à plusieurs reprises.

- Deuxièmement, que M. VUILLERMOZ communique des informations sur l?accord qui aurait été signé entre la Ville et Qatar Sports Investments. Nous n'avons pas de détail sur ce sujet depuis un certain nombre de temps.

- La troisième question, à laquelle nous vous demandons une réponse, c'est que vous définissiez les intentions de la Ville quant au devenir du Parc des Princes au-delà de 2016.

Voilà les trois questions très précises que nous vous posons et nous attendons des réponses non moins précises.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, rapporteur. - Merci, Madame la Maire.

Je remercie M. GABORIAU et les élus du 16e pour leur engagement sur ce projet de délibération.

Je voudrais dire à M. ALPHAND qu'en effet je me suis largement exprimé dans la presse et auprès de tous ceux qui étaient directement concernés par l'avenir du P.S.G. et l'avenir du Parc des Princes.

En fait, je n'ai fait d'ailleurs que reprendre les propos du Maire de Paris qu'il avait exprimés lors du déjeuner qu'il avait eu avec le P.S.G. et l'équipe féminine en présence de leurs dirigeants. J'en profite d'ailleurs pour vous recommander le très beau livre qui vient de sortir sur le football féminin.

Je le dis en deux mots, parce que je ne vais pas prendre beaucoup plus de temps, nous sommes satisfaits de la venue du nouvel actionnaire. Nous sommes satisfaits d'avoir un grand club de football à Paris, un club qui sera certainement européen dans très peu de temps et nous souhaitons évidemment qu'il joue à Paris, dans le Parc des Princes, qui est un stade mythique, qui a une ambiance formidable et il est évidemment nécessaire d'améliorer ce stade.

En ce qui concerne le v?u qui a été déposé par Yves POZZO di BORGO relatif à l'attribution du B.E.A. du Parc des Princes, il me semble nécessaire de rappeler que le groupement candidat avec qui la Ville de Paris négocie ce contrat compte en son sein le P.S.G. et que la situation du P.S.G. a été profondément modifiée à la fin de l'année dernière.

Son équipe dirigeante a été presque entièrement renouvelée, tandis que son budget et ses ambitions étaient revus dans des proportions considérables, je viens d'en parler.

Dans ce contexte, le club a demandé à disposer de suffisamment de temps pour finaliser un projet d'envergure au Parc des Princes, où il s?est publiquement engagé à rester durablement, ce qui est quand même aussi un événement.

Nous approchons désormais du moment où une décision sera prise. Deux options sont ouvertes en fonction de l?attitude que le groupement candidat décidera d'adopter.

La première option est que le groupement confirme rapidement sa volonté d?aboutir dans le cadre de la procédure en cours et finalise un programme de travaux détaillé conforme au cahier des charges et répondant à la commande publique passée par la Ville de Paris.

La Ville a clairement interrogé le groupement sur ce point et attend sa réponse.

Si cette hypothèse ne se réalisait pas, la Ville de Paris pourrait inscrire ses relations durables avec le P.S.G. dans le cadre d'un autre montage contractuel, sur lequel le Conseil de Paris serait bien sûr amené à délibérer.

Ce contrat de longue durée, dont le terme irait bien au-delà de 2016, permettrait au Paris Saint-Germain de réaliser au Parc des Princes des investissements conformes à ses ambitions sportives et préserverait les conditions d'un accueil des rencontres de l'Euro 2016.

Comme il en a publiquement exprimé le souhait, dans un communiqué de presse conjoint avec la Ville de Paris le 7 juin dernier, le PSG resterait donc pour longtemps encore le club résident du Parc des Princes.

Dans cette seconde hypothèse, la Ville conserverait un droit de regard sur les travaux envisagés. A cet égard, je vous rappelle que l'application combinée des dispositions de l'article R423-1 du Code de l'urbanisme et de l'article 2121-22 du Code général des collectivités territoriales, fait obligation aux occupants du domaine municipal de disposer d'une habilitation du Conseil de Paris pour déposer les demandes d'autorisation d'urbanisme nécessaires à la réalisation de leurs travaux.

Voilà. Je crois qu'avec ces éléments assez précis - vous demandiez des éléments précis -, j'ai répondu aux trois items de votre v?u. Donc, puisque j'y ai répondu, je vous demanderai de bien vouloir le retirer.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur VUILLERMOZ.

Je vais d'abord mettre aux voix le projet DPA 42. Ensuite, nous nous occuperons peut-être du v?u n° 18 du groupe Centre et Indépendants.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 42.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DPA 42).

En ce qui concerne le v?u n° 18, M. VUILLERMOZ vient d'apporter des réponses, Monsieur DUBUS, et vous demande si vous voulez bien retirer votre v?u au vu des réponses qui ont été apportées.

M. Jérôme DUBUS. - (Hors micro, inaudible) de la part de M. VUILLERMOZ. Je ne sais pas s'il nous dit tout ce qu'il sait. J'en accepte l'augure et je lui fais confiance. Simplement, nous verrons au mois de septembre si nous avons une délibération concernant le bail emphytéotique.

Nous retirons le v?u.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je vous remercie.