Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012, DVD 52 - Approbation du programme 2013 d'aménagements cyclables et demande des subventions correspondantes à la Région d'Ile de France. Vœu déposé par le groupe PSRGA relatif au développement de l’offre de stationnement vélo dans les lieux accueillant du public (12e). Vœu déposé par le groupe EELVA relatif à la nécessaire réalisation de liaisons cyclables supplémentaires. Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif à l’aménagement d’une piste cyclable rue de la porte d’Issy. Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif à l’aide à l’achat de vélos et scooters électriques. Vœu déposé par les groupes UMPPA et CI relatif à l’optimisation du réseau cyclable sur l’esplanade des Invalides. (suite).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2012


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je donne la parole à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Quelques mots pour dire que, bien entendu, nous approuvons ce projet de délibération qui vient chaque année montrer à quel point la collectivité parisienne souhaite développer la pratique du vélo à Paris.

Sur les différents aménagements qui nous sont proposés cette année, quelques remarques d'ordre général et que nous faisons année après année, pour dire que nous veillons particulièrement à la qualité des aménagements qui sont réalisés, notamment sur les grands axes de circulation.

Il est vrai que la réalisation de bandes cyclables décalées, situées entre le stationnement des véhicules et les files de circulation, peuvent ne pas être suffisamment sécurisantes pour des personnes qui ne sont pas forcément des cyclistes aguerris.

Donc, si l?on souhaite développer la pratique du vélo, il faut aussi penser à des aménagements qui permettent à des personnes qui ne sont pas suffisamment aguerries de pouvoir le faire et pratiquer le vélo dans les meilleures conditions de sécurité possible.

C'est pour cela que nous souhaitons qu'il puisse y avoir aussi une réflexion sur les différents types d'aménagement par exemple, que soient préférées lorsque c'est possible des pistes cyclables en élargissement de trottoir, même si évidemment cela coûte plus cher, plutôt que de simples bandes cyclables situées entre les files de stationnement et les files de circulation des voitures.

Par ailleurs, pour améliorer encore la pratique du vélo à Paris, nous pensons, comme les associations de cyclistes d'ailleurs, que nous pouvons donc essayer de finaliser tous les itinéraires cyclables sur les ponts de Paris.

Aujourd'hui, les ponts sont évidemment, pour le franchissement de la Seine, des endroits stratégiques qui permettent évidemment de passer de la rive droite à la rive gauche et, donc, qui permettent aussi d'assurer l'accompagnement cyclable dans Paris.

Il est important, de notre point de vue, que dans le plan stratégique vélo, la question de l'aménagement de tous les ponts de Paris soit inscrite. Il en va de même aussi bien entendu pour les places et les portes de Paris qui sont identifiées comme étant des points noirs de la circulation pour les vélos.

Je sais que - et c'est ici d'ailleurs le cas - nous avons par exemple un aménagement cyclable qui est projeté sur la place de la Nation, ce qui est une très bonne nouvelle et une très bonne chose, même si nous souhaitons qu'il puisse y avoir un aménagement plus général de la place elle-même, mais qui se fera à terme.

En tout état de cause, le fait que, aujourd'hui, grâce à cette programmation, la place de la Nation soit accessible aux vélos dès les mois prochains sera aussi un élément majeur de la qualité et de la sécurité des déplacements à vélo dans Paris et c'est aussi le cas pour les portes de Paris pour les liaisons entre Paris et la banlieue.

Je voudrais également intervenir sur la question de l'harmonisation des dispositifs. On a différents type d'aménagements : bandes cyclables, pistes cyclables, pistes sur trottoir, on peut avoir parfois aussi un empilement de différents types d'aménagements, qui témoignent en fait des différentes époques auxquelles ont été réalisés les aménagements.

Nous pensons qu'il pourrait y avoir aussi une réflexion sur cette question pour veiller à une harmonisation des dispositifs et des itinéraires.

Je terminerai sur la question du dispositif d'aide à l'achat de vélos à assistance électrique.

Le groupe des élus "Europe Ecologie - Les Verts et apparentés" avait proposé une délibération, au début de la mandature, qui a été reprise par l'Exécutif et qui a donné naissance à ce dispositif d'aide, qui permet d'aider à l'achat de vélos à assistance électrique, dans la limite de 25 % du prix d'achat.

Je crois que, aujourd'hui, on peut dire que c'est un succès. Donc, nous nous interrogeons sur la question de la pérennisation de ce dispositif, puisque ce dispositif devrait normalement arriver à échéance à la fin de l'année 2012, donc nous souhaitons bien entendu que la Ville continue à être en pointe sur cette question et poursuive sa politique d'aide à l'achat de vélos à assistance électrique.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS, vous avez aussi la défense du v?u n° 61, s'il vous plaît.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Et au-delà, si vous le souhaitez, Monsieur le Maire, parce qu?il y a trois v?ux et je me rends compte que les trois sont passés dans cette Commission.

Si vous voulez bien, je ferai tout en même temps, comme cela on gagne du temps.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, le développement du vélo dans la ville est une politique que nous avons toujours soutenue. L'aménagement des pistes cyclables est à ce titre une condition nécessaire pour que la pratique cycliste s?affirme davantage comme un véritable mode de déplacement.

Les pistes cyclables sont la meilleure garantie de sécurité pour les cyclistes, une préoccupation qui doit être aussi notre priorité.

La création de liaisons interquartiers doit permettre d'offrir un parcours plus sécurisé, plus fluide et plus direct dans la ville et, en ce sens, votre initiative va dans le bon sens. Nous la soutenons.

Le vélo, c'est un vrai mode de déplacement, nous en sommes convaincus, mais c'est aussi un désir de liberté.

Pour en accepter les nombreux inconvénients, parce que se déplacer à vélo toute l'année présente quelques inconvénients, il faut en effet - et c'est ce que vous faites avec ce projet de délibération - aider à en favoriser les avantages.

Ce maillage que vous souhaitez et que vous allez développer permet de quitter les voies centrales et d'éviter la perturbation entre les différents modes de transport.

Ce maillage va offrir des trajets plus paisibles, car c'est bien cela, l'enjeu, c'est trouver une cohabitation harmonieuse dans l'espace public entre les camions, encore beaucoup trop gros et beaucoup trop nombreux, à notre avis, dans Paris, les voitures, les bus, les deux-roues motorisés, les vélos et bien entendu sans oublier les piétons que nous sommes tous.

Travailler à des conditions de circulation plus harmonieuses, c'est l'objet d'un des trois v?ux que j'ai déposés et que je vais vous expliciter maintenant.

La réglementation parisienne a introduit deux nouvelles règles qui bouleversent les petites habitudes de chacun de nous, c'est-à-dire le contresens cyclable dans les zones 30 et le "tournez à droite" au feu rouge.

Je m'empresse de dire que ce sont des mesures que nous soutenons de tout c?ur, cela n'empêche qu'elles perturbent quelques habitudes.

Si elles apportent en réalité une plus grande sécurité en vélo - et, cela, j'en atteste - et une plus grande fluidité et liberté de circulation, ces règles peuvent apparaître contre-nature pour certains usagers et en particulier et ce caractère déroutant peut entraîner une certaine perte de repères, chez les automobilistes autant que chez les piétons qui doivent s'adapter à de nouvelles situations.

Bien que, je le répète, ce soit globalement plus sécurisant pour les cyclistes, cela génère des tensions entre les différents usagers et on sent monter une petite exaspération entre les différents usagers de la voie publique.

C'est la raison pour laquelle il ne faut surtout pas la laisser monter et il faut trouver des solutions qui peuvent tout de suite tendre à l'apaisement.

Même s'ils ne sont pas très graves, il y a quand même de nouveaux risques. Quand je dis qu'ils ne sont pas graves, effectivement un accident entre un piéton et un vélo est moins grave qu'entre un camion et un vélo et l'accident entre le camion et le vélo, avec le contresens cyclable, est évité, mais si l?on peut aussi éviter l'accident entre le piéton et le vélo, faisons-le. C?est le sens de mes v?ux.

Il peut y avoir des problèmes entre les deux-roues motorisées qui parfois se croient autorisées à les emprunter, avec les vélos qui roulent sur les trottoirs ou au milieu des piétons, chacun peut avoir tendance à rejeter la responsabilité sur l'autre en revendiquant son bon droit.

Tout cela, me direz-vous, est bien banal. Après tout, ce n'est que le résumé de la société humaine. Pour autant, il me paraît nécessaire de mener un travail d?information et de prévention pendant cette période sensible de transition.

C'est d'autant plus important qu'une large partie des cyclistes parisiens sont des utilisateurs de Vélib? et, pour beaucoup, ils ne connaissent pas bien les spécificités de la circulation à vélo dans Paris, qui demande une certaine pratique. Et c?est surtout le cas en ce moment, par les beaux jours. C'est également important, car la question de la sécurité des piétons doit être intégrée à la réflexion sur les pistes cyclables et à l'instauration des nouvelles règles de circulation.

Ces piétons, que nous sommes tous, je le répète, sont les premières victimes de l?accidentologie à Paris mais, dans un cas sur deux, les accidents impliquant les piétons sont dus à une traversée irrégulière de la chaussée, et cela aussi, il faut le dire : c'est que, s'il y a des accidents avec les piétons, c?est que c?est souvent les piétons qui ne sont pas très, très prudents.

A la fois, les plus vulnérables, donc, d'autant plus que les plus touchés sont les seniors et le public qui demande le plus de sensibilisation aux dangers de la circulation?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame CUIGNACHE-GALLOIS, vous arrivez aux 5 minutes.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Je ne les ai pas écoulées, je ne pense pas !

Et j?en arrive directement à mes v?ux.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Si, ça y est, c'est écoulé.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - C?est donc à l?adresse de ces personnes que je dépose mes v?ux.

Le premier étant, vous l?avez compris, qu'une campagne de sensibilisation soit faite?

Parce que, quand je présente les v?ux, c'est intégré aux 5 minutes ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Oui.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - J?y perds alors !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Alors, allez-y, rapidement !

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Nous souhaiterions qu'une campagne de sensibilisation des piétons aux nouvelles règles de circulation propres aux cyclistes soit établie dans un sens de protection des piétons en particulier ; je pense aux jeunes et aux personnes âgées, encore plus en particulier.

Nous souhaiterions qu?une? Nous renouvelons, en fait, un v?u que nous avons déjà posé pour la formation des agents de police, et ce v?u s'adresse peut-être davantage à M. le Préfet de police, pour que soit mis en place une formation spécifique des agents de police affectés à la voie publique de Paris, qui est relative à la circulation des vélos et des deux-roues motorisés.

Il nous paraît, dans une nécessité d'un équilibre...

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame, on me dit que ça, cela viendra après. Donc, si vous voulez bien présenter le v?u n° 59? pardon, le v?u n° 61.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Non, c?est le n° 65 que j'ai déjà présenté. Là, je suis au n° 66.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Non, le n° 65, il n?est pas là. Allez, le n° 61, sinon on arrête.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Mais je n?ai pas de n° 65, moi !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Alors, on va répondre à tout, mais dépêchez-vous un petit peu, s'il vous plaît !

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Non, n° 65, n° 66 et n° 67, Monsieur le Maire.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Alors, allez-y, dépêchez-vous, on me dit que l'on répond à tout.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Oui.

Et le troisième v?u, relatif à l?information du Conseil de Paris concernant l'accidentologie sur la voie publique, je demande...

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Bon, d?accord. Alors, Madame, allez, on arrête là. Je crois que les choses se feront après puisqu'on me dit que...

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Alors, dans ce cas, je représenterai mes v?ux tout à l'heure, Monsieur le Maire, si ce n'est pas intelligible.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Très bien, Madame.

Maintenant, la parole est à M. Philippe GOUJON.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Bien sûr, nous approuvons pleinement ce programme 2013 et Mme Laurence DOUVIN dira ce qu'il faut en penser dans un instant pour notre groupe.

Je voudrais me préoccuper surtout d'une petite question concernant le 15e parce que nous partageons, bien sûr, et nous soutenons l'aménagement d'un double-sens cyclable rue André Gide, une bande cyclable rue du Cotentin, deux projets d'ailleurs qui étaient demandés et attendus par le conseil de quartier Pasteur-Montparnasse. C'est une très bonne chose que tout ceci se réalise, mais nous nous interrogeons simplement sur le calendrier de la réalisation d?une piste bidirectionnelle rue de la porte d?Issy.

Pourquoi ? Parce que notre crainte est que cela ne surcharge, en travaux de voirie, ce secteur qui sera très largement impacté déjà par le chantier tout à fait contigu sur la même voie, qui est celui du Ministère de la Défense et qui est un chantier considérable, on peut l?imaginer. L'impact sur le stationnement est aussi à préciser, puisqu'il y a fort à parier que celui-ci, sera limité, sinon proscrit aux abords du futur Ministère.

C'est la raison de notre v?u qui consiste simplement à décaler dans le temps les travaux relatifs à cette piste cyclable, quitte à en réaliser une autre à un autre endroit et, pour vous rassurer complètement, s'il en était besoin, sur notre volonté de développer l?usage de vélos ou du vélo dans le 15e, et prenant acte du refus par votre Municipalité de notre projet baptisé "Harmonie", je vous propose de concevoir avec vous un réseau cohérent et continu de pistes et de bandes cyclables, complémentaire de celui de la Ville, mieux concerté avec nous, sur la base, entre autres, des propositions de l'Association Vélo 7-15 avec qui, d'ailleurs, nous avons de multiples contacts et avec laquelle nous organisons, de surcroît, une bourse aux vélos sur le parvis de la mairie le 6 octobre prochain.

Pour terminer, j'espère que la pratique du vélo, effectivement, dans notre ville, comme dans notre pays, sera encouragée également par la mise en ?uvre du Plan national vélo, que j'ai eu l'honneur de faire adopter sous le Gouvernement précédent. Je citerai un certain nombre de mesures, qui me paraissent bien engagées, encore faut-il qu'elles aillent jusqu?à leur terme :

- l'indemnité kilométrique pour les salariés cyclistes,

- l'incitation à l'achat de VAE ; je suis M. NAJDOVSKI sur ce que fait la Ville mais l'Etat peut également y contribuer,

- ainsi que la clarification, sur le plan du Code du travail, du cumul du remboursement par l?employeur des 50 % de l'abonnement transports en commun et de l?abonnement vélo, amendement que j'ai fait adopter également,

- et d'autres mesures, mais ce n'est pas le lieu d'en discuter, d?autres mesures attendues depuis longtemps et qui doivent faire définitivement du vélo un mode de transport d'usage courant et bénéficiant au moins, sinon plus, des mêmes avantages que les autres.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Maintenant, je donne la parole à Mme Laurence DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Comme vous le savez, mon groupe soutient activement la politique en faveur du vélo à Paris. Je ferai référence à notre vote positif en faveur du plan vélo au mois de juin 2010.

Dans cette continuité, nous approuvons, bien sûr, globalement les dispositions de ce programme 2013 d'aménagements cyclables, ainsi que la demande de subvention correspondante à la Région.

Je voudrais présenter deux propositions qui sont des points relatifs à des v?ux.

Le premier, qui est relatif à la question des vélos et scooters électriques, afin de favoriser effectivement et efficacement l'usage des vélos et aussi de le rendre plus facile et ouvert à une population plus large. La Ville de Paris a décidé l'aide à l'achat aux vélos à assistance électrique et aux cyclomoteurs électriques, à hauteur de 400 euros, dans la limite de 25 % du prix d'achat. Cela concerne chaque année 2.000 vélos et 140 cyclomoteurs qui sont ainsi subventionnés.

Mais ce dispositif s'arrête au 2 novembre prochain.

C'est pourquoi nous souhaiterions proposer sa reconduction pour trois ans afin de favoriser le développement, le déploiement de ces vélos et cyclomoteurs électriques non polluants.

Ceci est la première proposition.

La seconde est relative au développement de l'offre de stationnement pour les vélos, dans les lieux qui accueillent le public. En effet, dans le Plan vélo de 2010, il y avait la création de vélostations. Il était notamment prévu d'en implanter à proximité des noeuds de communication majeurs, notamment les gares.

C'est ainsi que l'Atelier parisien d'Urbanisme avait proposé la création d'un groupe de travail avec la R.A.T.P. et la S.N.C.F.

Nous aimerions savoir où en sont les discussions et, par ailleurs, cette fois-ci en janvier 2012, le S.T.I.F. a lancé Véligo qui sont des abris vélos fermés, accessibles avec un pass Navigo.

C'est une initiative tout à fait intéressante. Or, la première phase de déploiement n'a pas prévu de Véligo dans Paris. Nous espérons donc que la prochaine phase sera marquée par l'arrivée de ce dispositif dans nos murs.

En effet, ce genre d'installation est de nature à favoriser le report modal, au grand bénéfice de tous. Et on sait bien que la dégradation, voire encore pire, le vol de vélo, reste un frein important pour un certain nombre de ceux qui pourraient être des utilisateurs du vélo.

Donc, nous aurions aimé que le v?u du 12e s'adresse à tout Paris grâce à un v?u de l'Exécutif qui l'aurait ainsi élargi.

Voici les propositions que je souhaitais faire.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Monsieur Christian SAUTTER, vous avez la parole.

M. Christian SAUTTER, adjoint. - Monsieur le Maire, chers collègues, le vélo est une grande cause majoritaire dans le 12e arrondissement, comme dans tous les autres.

Donc, je vais présenter le v?u n° 57, au nom de Mme Michèle BLUMENTHAL et des élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

La philosophie de ce v?u est tout à fait claire : c'est que rouler à vélo, c'est bien mais stationner en toute sécurité, c'est bien aussi. Donc, la question qui est posée par les élus, par certains élus du 12e arrondissement, c'est de veiller à ce qu'il y ait des aires de stationnement sécurisées, voire même abritées, dans les espaces pas seulement à proximité des gares, comme l'a dit Mme DOUVIN, mais aussi à proximité des structures culturelles, sportives, sociales, éducatives, économiques et de loisirs du 12e arrondissement, et pourquoi pas d'autres arrondissements.

Le Comité vélo du 12e arrondissement, qui est évidemment bien connu de tous, est tout à fait prêt à travailler avec les services de la Ville pour réfléchir à cette question et surtout agir dans cette direction.

Merci, Monsieur le Maire.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je vous remercie beaucoup.

Pour répondre, je donne la parole à M. Julien BARGETON.

M. Julien BARGETON, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Je remercie les intervenants qui ont évidemment montré une belle unanimité sur le vélo. Tout le monde, effectivement, est favorable à son développement.

Ce projet de délibération illustre les actions concrètes de la Municipalité en faveur de la pratique du vélo et, pour cela, il favorise un meilleur partage de l'espace public, afin de faciliter et sécuriser les déplacements.

Ce projet de délibération vous présente donc le programme 2013 d'aménagement cyclable et cela correspond, en fait, à l'application concrète du Plan vélo qui a été voté à l'unanimité par le Conseil de Paris en mai 2010. Il comprend, je voudrais le rappeler parce que cela n'a pas forcément été rappelé par tout le monde, des itinéraires structurants sur les grands axes : l'avenue du général Gallieni, la rue de Grenelle, la place de la Nation, la voie Mazas, la rue de la porte d'Issy et la rue Belgrand, et puis des liaisons inter-quartiers entre différents arrondissements.

Ce programme 2013 représente un investissement de 1,44 million d'euros.

Alors, sur les points qui ont été abordés par les différents orateurs, je remercie de ce qui a été dit en général.

Sur le Paris-Londres, pour répondre à M. BOUTAULT, à Paris, ce n'est pas exact. Effectivement, il y a peut-être ensuite des difficultés pour continuer le parcours, mais en tout cas le parcours parisien, lui, est assuré.

Je remercie M. NAJDOVSKI de ce qu'il a dit sur la place de la Nation et l'importance, effectivement, de ce programme au sein de la programmation 2013, et puis ce qu'il a dit sur le fait de favoriser les trottoirs et bandes cyclables. Je crois effectivement que, quand c'est possible, il faut veiller à le favoriser et ce sera abordé dans le Comité vélo qui, vous le savez, rassemble différentes associations de cyclistes.

Sur les différents v?ux, d'abord, il me revient de présenter un amendement technique n° 56 qui reprend simplement une erreur de rédaction, sans changement sur le fond.

Sur le v?u n° 55? n° 57, pardon, déposé par Mme BLUMENTHAL et présentée par M. SAUTTER, effectivement, nous avons un avis favorable sur ce v?u. Le développement du stationnement vélo sécurisé est tout à fait essentiel pour encourager encore son usage. Beaucoup de Parisiens hésitent à choisir le vélo comme mode de déplacement parce qu?ils ne sont pas certains de savoir s'ils pourront le garer dans de bonnes conditions. Donc, nous avons pour cela développer l'offre sur l'espace public : 8.000 accroches nouvelles ont été posées depuis 2008, mais nous devons, c?est vrai, proposer aux cyclistes des solutions qui permettent de se prémunir contre le vol. Nous avons encore à faire dans des lieux accueillant le public et où, effectivement, parfois des gens se rendent à vélo ; je pense aux hôpitaux, aux collèges, lycées et universités, par exemple, et en lien avec le responsable de ces établissements.

Donc, nous saluons l'initiative du 12e, en espérant qu'elle encourage les autres arrondissements et qu?elle profite d?ailleurs à l'ensemble du territoire parisien.

Malheureusement, je dois émettre un avis défavorable sur le v?u n° 58, présenté par Jacques BOUTAULT, sur les Champs-Elysées et la rue de Rivoli, rue Saint-Denis.

Monsieur BOUTAULT, vous demandez que soit réalisé un aménagement cyclable sur les Champs-Elysées dès 2013. Nous ne sommes pas en mesure de le faire. Les études de faisabilité ont été réalisées, conformément au v?u de l'Exécutif qui a été voté en mai 2010, mais il reste un important travail de concertation avec les services de l'Etat, la Préfecture de police, les A.V.F., etc., en particulier pour stabiliser ce dispositif et puis pour le chiffrer.

Vous demandez également une continuité entre la rue de Rivoli et la Seine par la rue Saint-Denis, pour compléter le réseau vert.

Cette continuité existe aujourd'hui depuis la rue Saint-Denis puisque les cyclistes peuvent emprunter les rues de la Ferronnerie, Sainte-Opportune et les Lavandières Sainte-Opportune jusqu'au quai de la Mégisserie. Ce sont des rues très apaisées, en particulier en aires piétonnes, qui sont tout à fait adaptées à la circulation des vélos, dans la continuité du réseau vert.

Je pense que cela répond à votre interrogation.

Sur le v?u n° 59, présenté par M. GOUJON et du groupe U.M.P.P.A., relatif à l'aménagement d'une piste cyclable rue de la Porte d'Issy, j'émets également un avis défavorable.

Je comprends votre interrogation sur la compatibilité entre la piste cyclable et le chantier du Ministère de la Défense. D'ailleurs, Annick LEPETIT avait eu un échange de courrier avec vous à ce sujet. Les services ont bien étudié cette question, avant de proposer la réalisation de cette piste, qui est très demandée par les usagers, en particulier l'association que vous évoquez, l'association "15-7"(?) qui d'ailleurs a rejoint le groupement "Mieux se déplacer à bicyclette".

En effet, la rue de la Porte d'Issy est très large. Une fois la piste réalisée, il restera quatre files de circulation au débouché de cette rue sur le boulevard Victor, ce qui permet l'écoulement du trafic sans difficulté.

Les travaux de la piste cyclable bidirectionnelle seront effectués afin de minimiser la gêne à la circulation. De plus, l'aménagement de cette piste bidirectionnelle, sur le côté de la chaussée opposée au futur chantier du Ministère de la Défense, n'est pas incompatible avec les travaux et leur emprise, celle-ci se trouvant sur le côté du boulevard Victor.

Donc nous avons analysé la question que vous avez posée : l'aménagement offre une protection des cyclistes et permet ainsi de diminuer les nuisances à leur égard. Je crois que ce sera profitable.

Je demande également le retrait du v?u n° 60, déposé par le groupe U.M.P.P.A., présenté par Mme DOUVIN, et que d'ailleurs M. NAJDOVSKI a évoqué également.

Il me semble, en effet, prématuré de décider aujourd'hui de reconduire ou non à l'identique le dispositif d'aide que nous avons mis en place pour l'achat de cyclomoteurs électriques ou de vélos à assistance électrique. Ce dispositif marche bien, plus de 5.000 subventions ont été distribuées à ce jour, mais il faut en faire le bilan. Nous souhaitons regarder de plus près s'il n'y a pas lieu de l'adapter, de le faire évoluer, etc. On va donc regarder cela de façon sérieuse, aussi ambitieuse, mais en étant en même temps sérieux d'un point de vue budgétaire.

Concernant le v?u n° 61, présenté par les groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants, je donne malheureusement également un avis défavorable. Je ne sais d'ailleurs pas s'il a été vraiment présenté, mais enfin je donne quand même un avis défavorable.

Pour Mme CUIGNACHE-GALLOIS, si j'ai bien compris, nous y revenons. J'aurais pu répondre, dans cette première réponse, mais je répondrai plus tard à vos v?ux nos 65, 66 et 67.

Merci beaucoup.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Donc, maintenant, nous allons mettre aux voix les v?ux et vous allez me dire si vous les retirez ou pas.

Je mets aux voix, à main levée, l'amendement technique n° 56.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

L'amendement technique n° 56 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u référencé n° 57 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2012, V. 123).

Le v?u n° 58 du groupe "Verts", est-il retiré ou pas ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Il est maintenu parce que autant je comprends bien les explications en ce qui concerne la piste cyclable sur les Champs-Elysées qui pose un certain nombre de contraintes, et pour lesquelles il y a un engagement sur 2014, autant affirmer que la liaison du réseau vert de la rue Saint-Denis jusqu'à la Seine est réalisée par les rues de la Ferronnerie, Lavandière, Sainte-Opportune, etc., n'est pas une réalité praticable pour les cyclistes. Il est donc urgent qu'une réalisation soit effectuée qui soit lisible et réellement possible à emprunter. Il y a ras-le-bol en tant que cycliste d'être considérés comme des usagers de la voirie de seconde zone. C'est toujours le vélo que l'on contraint à des itinéraires tortueux et allongés pour permettre une meilleure fluidité de la voiture, alors même que le cycliste est le seul usager de la route qui ne pollue pas, ne fait pas de bruit et génère peu d'accidents graves en raison de sa vitesse réduite. Encourager les déplacements à vélo au détriment de la voiture suppose une politique de partage de l'espace public au profit des déplacements citoyens respectueux de l'environnement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - D'accord. Il est maintenu.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 58 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est repoussé largement.

Le v?u n° 59 de l'U.M.P.P.A. avec un avis défavorable de l'Exécutif. Est-il maintenu ? Monsieur GOUJON?

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - En fonction des analyses et explications dont nous aurions aimé disposer dans l'étude de ce v?u en Conseil d'arrondissement - cela aurait été intéressant dans l'étude de ce projet de délibération -, nous retirons ce v?u. Tout en espérant que les travaux du Ministère de la Défense, et également de la rénovation du Parc des Expositions, parce que ce sont les deux côtés de l'avenue, n'amèneront pas les difficultés que nous envisagions?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - ? dans la mesure où nous ne sommes absolument pas hostiles au principe de cet aménagement, mais c'était simplement son inscription dans le temps.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Très bien. Le v?u n° 59 est retiré.

Je mets aux voix le v?u n° 60 de l'U.M.P.P.A. Avec quel avis, Monsieur BARGETON ?

M. Julien BARGETON, adjoint, rapporteur. - Je demande le retrait, en fonction d'un bilan qui doit être fait cet été du dispositif. Ensuite, nous verrons comment faire évoluer et adapter ce dispositif en fonction de ce bilan. Nous reviendrons sur cette question.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le retirez-vous ou non, Madame ?

Mme Laurence DOUVIN. - Je ne vais pas le retirer. Le bilan est facilement fait : c'est un dispositif qui marche.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Donc, je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 60 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est repoussé.

On met aux voix maintenant le v?u n° 61 de l'U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants. Madame CUIGNACHE-GALLOIS, que faisons-nous ? On le laisse ou on ne le laisse pas ?

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - On le maintient.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Bien, on le maintient.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 61 assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est repoussé.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 52 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté à l'unanimité. (2012, DVD 52).