Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012, DEVE 75 - Demandes d'autorisations administratives pour la réalisation de travaux dans le Jardin botanique : réaménagement et rénovation des serres "exposition" et "Azalée", modification du réseau de chauffage dans le jardin des Serres d'Auteuil (16e), réaménagement des pavillons 12 et 14 du Parc Floral (12e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2012


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 75 : demandes d'autorisations administratives pour la réalisation de travaux dans le Jardin botanique.

La parole est à M. Yves CONTASSOT.

M. Yves CONTASSOT. - La destruction des serres chaudes du Jardin botanique dans la partie située dans les serres d'Auteuil constituerait, à n'en pas douter, un événement dont on parlerait pendant très longtemps, tant cela serait représentatif de la fin d'une période basée sur le productivisme et l'incapacité à prendre en considération la vraie valeur de la biodiversité.

Nous savons que la Majorité, alliée à la droite, n'a pas voulu préserver ce lieu et préfère y voir un sol stérile servant à quelques joueurs 15 jours par an.

Pour autant, nous avons entendu la Ville de Paris s'engager lors des réunion de concertation, tout autant d'ailleurs que la F.F.T., pour que rien ne soit entrepris avant que des études indépendantes soient réalisées pour examiner l'impact que pourrait avoir un déménagement des plantes dans un autre lieu. Nous avons même entendu des éminents représentants de la Ville affirmer que ce serait le Muséum national d'histoires naturelles qui serait en charge de ces études.

Nous attendions donc avec impatience, afin d'avoir une expertise dont nous pensions que la Ville la prendrait en considération.

Las, tout comme pour l'avenant préalable à la révision du P.L.U., la Ville montre la valeur de ses engagements ! Seul compte le passage en force et qu'importent les conséquences !

Je note également que le coût des travaux envisagés ne figure nulle part, alors que les sommes engagées ou promises par la Ville pour donner satisfaction à la F.F.T. dépassent déjà 40 millions d'euros.

Je regrette, pour ma part, que ce projet de délibération soit inscrit en 4e Commission car tout le monde sait que, sur ce dossier des serres d'Auteuil, les décisions se prennent ailleurs. La meilleure preuve en est que l'avis d'appel à la concurrence pour mener à bien ces travaux a déjà été publié par la DPA le 22 mai, donc bien avant que le Conseil de Paris se prononce sur leur bien-fondé, avec un début des travaux commandés pour le 1er août, ce qui laisse d?ailleurs au passage moins de trois semaines pour déposer les demandes d'autorisations administratives, délivrer les permis de démolir, de construire et d'aménager, sans compter le passage en Commission départementale des sites.

Cela montre dans quelle estime sont tenus les élus de notre Assemblée !

Comment, après de tels comportements, parler de démocratie vivante ou de transparence ?

Nous demandons évidemment au Maire de Paris de respecter la parole donnée et de reporter ce projet de délibération à l'issue de l'étude sur la possibilité de déplacer les collections végétales, étude qui, à notre connaissance en tout cas, n'a pas encore commencé.

A défaut, il va de soi que nous serions contraints de voter contre ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame DREYFUSS, vous avez la parole.

Mme Laurence DREYFUSS. - Merci.

Décidément, l'extension de Roland Garros ne se fait pas seulement avec l'argent de la F.F.T. ni uniquement avec les 20 millions de subvention de la Ville, comme l'a indiqué Mme HIDALGO ce matin.

Et non, il faudra puiser encore dans la poche du contribuable parisien !

En effet, combien vont coûter tous ces travaux ? Eh bien, on ne le sait pas. Depuis le début, il n'y a aucune transparence sur le coût financier, du fait du projet de Roland Garros.

C'est en fait Jean Bouin bis. En effet, la Ville ne souhaite jamais la saisine de la C.N.D.P. C?est pour cela que, pour tous ces sujets, elle sous-estime toujours le bilan financier, car le seuil de la saisine, vous le savez, est à 300 millions d'euros. Or, avec ce nouveau projet de délibération, on est déjà largement au-dessus des 300 millions d'euros pour l'extension de Roland Garros et ce n'est pas fini !

Enfin, je voudrais, par ce projet de délibération, rendre hommage aux personnels. En effet, je souhaite interroger la Ville sur leur devenir car ils sont le lien de transmission indispensable entre le lieu et le public. Ils nous apprennent l'Histoire, ils nous font mieux connaître les différentes collections. Effectivement, ils sont indispensables à la pérennisation des lieux. Je dirais même qu'ils participent à l?âme de ce lieu.

Donc, pour toutes ces raisons, si le projet de délibération n'était pas retiré, je voterai contre.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GABORIAU, vous avez la parole.

M. Pierre GABORIAU. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, en quelques mots simplement, je voudrais indiquer que, comme le Conseil du 16e arrondissement, le groupe U.M.P.P.A. va voter favorablement ce projet de délibération, pour permettre le réaménagement et la rénovation des serres, expositions et azalées et la modification du réseau de chauffage dans le jardin des serres d'Auteuil.

Je ne vais pas reprendre ici ce que Claude GOASGUEN, maire du 16e, a dit ce matin, rappelant l'enjeu du débat : faut-il, oui ou non, que Paris conserve Roland Garros à Auteuil ?

Toutes les explications ont été données. Désormais, la seule préoccupation doit être : comment on fait pour accompagner intelligemment cette modernisation de Roland Garros ?

Le 16e arrondissement, une fois n'est pas coutume, a été largement associé à ce projet. Nous l'avons dit et répété, le sport de proximité du 16e, associatif et scolaire, s'en sortira gagnant. Il doit être de même pour le Jardin Botanique.

Dès le début de ce dossier, M. Claude GOASGUEN a milité pour que soit épargné le Jardin des Poètes, qui ne sera pas la porte d'entrée de Roland Garros et les serres Formigé, désormais exclues comme les jardins à la française attenants de l?emprise de Roland Garros, comme l'a confirmé le commissaire-enquêteur.

Il y a tout lieu de se satisfaire de l'évolution positive de ce dossier, qui, contrairement à ce que l'on voudrait laisser croire, tient le plus grand compte des multiples réunions de concertation organisées à la mairie du 16e mais aussi à la F.F.T. sous la houlette du Conseil national du débat public.

Satisfaits de ces évolutions positives, nous renouvelons notre soutien et voterons favorablement ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, je donne la parole à Mme Fabienne GIBOUDEAUX.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Dans ce projet de délibération, il s'agit effectivement d'engager des demandes d'urbanisme pour pouvoir faire évoluer ce site afin d'accueillir le nouveau terrain de tennis qui va prendre place sur les serres chaudes du Jardin Botanique et des serres d?Auteuil.

Je voulais, tout d?abord, commencer mon intervention en disant que ce projet ne va pas amputer les valeurs du Jardin botanique aujourd'hui et ses collections mais va, au contraire, je dirais, le mettre en valeur et aussi permettre de développer le Jardin botanique plus largement sur d?autres sites.

Je pense que le Jardin botanique, aujourd'hui, à Paris, n?est pas assez connu, sa valeur n'est pas assez reconnue, et je pense que si l'on ne reconnaît pas sa valeur aujourd'hui, on n'est pas à l'abri, dans les prochaines années, de revoir son périmètre encore grignoté, et le travail, notamment, des jardiniers, mais aussi des chercheurs qui travaillent sur le Jardin botanique, remis en question.

J?ai vraiment insisté auprès du Maire pour que la totalité des collections soient maintenues, à la fois sur le site des serres d'Auteuil, mais aussi développées dans le jardin du Parc floral, car le Jardin botanique de Paris se développe sur plusieurs sites : le jardin des serres d'Auteuil, le jardin du Parc floral, le jardin de Bagatelle et l'arboretum qui jouxte l'école du Breuil dans le bois de Vincennes. C'est sur ces quatre sites que nous allons, dans les prochains mois, travailler, pour donner plus de cohérence, de visibilité, au Jardin botanique.

Je vous rappelle que d'autres Villes, comme Bordeaux et Nantes, ont, ces dernières années, beaucoup développé leurs collections, leurs jardins botaniques, et rencontrent beaucoup de succès. Je pense que Paris doit être à la pointe aussi sur ces questions-là, ne pas négliger les collections du Jardin botanique et les valoriser.

Pour revenir sur le site d'Auteuil, Mme Laurence DREYFUSS rappelait l'importance du personnel et son attachement aux collections ; c'est important. Nous avons plus d?une centaine de personnes qui travaillent aujourd'hui sur le site des serres d'Auteuil et il n'est pas question d'associer à ces transformations, soit une suppression du personnel, soit une baisse de leur qualification, donc les jardiniers qui sont en charge des serres d'Auteuil vont rester sur le site, leurs locaux sociaux seront déplacés sur les locaux avenue de la porte d'Auteuil, mais resteront sur le site.

Les locaux des fleuristes seront relocalisés dans la pépinière de Longchamp afin qu?ils continuent leur activité. Je pense qu'ils sont très appréciés des Parisiens et des Parisiennes, notamment dans les décorations florales qu'ils réalisent sur l'espace public ; leurs postes seront maintenus et leur activité sera maintenue à proximité, dans la pépinière de Longchamp.

Tous les locaux sociaux des jardiniers, mais aussi de l'entreprise d'insertion qui a en charge l'entretien des rives de la Seine dans le bois de Boulogne et de la Petite ceinture 16e, qui ont leurs locaux dans le Jardin, auront aussi des locaux qui seront attribués dans les anciens locaux de la Direction, avenue de la porte d'Auteuil.

Voilà ce que je souhaitais dire au niveau du personnel.

Cela a été un choc pour eux, c?est vrai, cela n'a pas été simple, mais la directrice s'est engagée, avec Ghislaine CHARDON, responsable du service d'exploitation des jardins, à les associer pour relocaliser et retravailler sur un futur projet du Jardin botanique ; ils sont complètement associés à cette démarche, même si, je vous le rappelle, c'est quelque chose qui a été un moment assez douloureux et assez difficile.

Sur la question de la convention avec le Muséum, elle est signée, elle vient d'être signée par le Muséum ; c'est ce qui bloquait un peu le démarrage de ce travail. Elle sera mise en ?uvre dès le mois de septembre sans problème, donc on pourra faire ce partenariat avec le Muséum pour vraiment travailler sur l'impact du déplacement de ces collections et limiter effectivement la dégradation qui pourrait être conditionnée par ces déplacements.

Je voudrais rappeler sur le site d'Auteuil que l'on va garder des thématiques sur des collections qui étaient déjà présentes sur les serres d'Auteuil qui vont s'organiser autour du futur terrain de tennis, autour de quatre thématiques et quatre continents ; on va garder les mêmes collections qui seront réorganisées, avec des moyens qui seront mis pour assurer une meilleure visibilité et aussi une signalétique et des moyens plus importants que ce qu'on avait aujourd'hui pour faire connaître ces collections.

Une partie des collections ira dans le jardin du Parc floral ; il s'agit des plantes accrobranchés et des plantes du jurassique ; on va réhabiliter des bâtiments dans le Parc floral pour mettre en valeur ces collections. Je pense que c'était important aussi que l?Est parisien participe à cet effort d'amélioration de la connaissance du jardin botanique et permette d'avoir une synergie un peu plus importante, notamment avec l'arboretum qui se trouve dans le bois de Vincennes.

Voilà les informations que je souhaitais porter à votre connaissance aujourd'hui.

Je reste à votre disposition pour toutes les informations que vous souhaiteriez connaître concernant les dispositions qui seront prises par la Direction suite à cette intervention qu'il y a dans les serres d'Auteuil.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 75.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DEVE 75).