Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DPVI 73 - Attribution d’une subvention à l’association “Collectif pour l’avenir des foyers” (COPAF) menant des actions sur le thème de l’accès aux droits et de la lutte contre les discriminations. - Montant : 8.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2006


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons donc au projet de délibération DPVI 73 portant attribution d?une subvention à l?association ?Collectif pour l?avenir des foyers?.

La parole est à Mme GÉGOUT.

Mme Catherine GÉGOUT. - Bien sûr, nous sommes tout à fait d?accord avec la subvention au ?Collectif pour l?avenir des foyers?.

Je profiterais toutefois de cette occasion pour parler un peu du foyer de la Commanderie qui, en ce moment, connaît certains problèmes. C?est un très grand foyer, porte de la Villette, de l?autre côté du périphérique. Il est en très mauvais état ; il n?a jamais été entretenu. Il est même autogéré par les résidents depuis plusieurs années.

La SONACOTRA, en 2001, a racheté ce foyer. Des travaux ont dû commencer, lundi dernier. Ils vont durer quatre ans pour une réhabilitation de ce foyer. Nous nous réjouissons tout à fait de cela.

Le problème, c?est que la transition, la période actuelle, pose vraiment un gros problème. D?abord, il y a eu une intervention musclée de la police pour évacuer les résidents de la salle de prière, ce qui n?est pas la meilleure façon de commencer les travaux.

Je voulais insister sur un point. Le problème se posait, comme dans tous les foyers d?ailleurs, d?une salle de prière.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Vous écoutez Mme GÉGOUT, s?il vous plaît.

Mme Catherine GÉGOUT. - Comme dans tous les foyers, le problème de la salle de prières se posait. Il y a eu des discussions, plus ou moins actées, mais toujours est-il qu?une mosquée est en construction, assez voisine de ce foyer. A terme, c?est cette mosquée qui devrait servir pour la prière, même si tout le monde ici n?est pas complètement d?accord sur ce point.

Pendant la période transitoire, c?est-à-dire aujourd?hui, la mosquée n?est pas terminée. Le foyer est en travaux et les résidents n?ont pas d?autres solutions que de faire leur prière dans les couloirs, si ce n?est dehors.

Je sais bien que la SONACOTRA n?est pas un partenaire facile, mais il faudrait trouver une solution transitoire pour que ces travailleurs puissent pratiquer leur culte. En outre, très souvent, ils ont des horaires difficiles : ils arrivent tard le soir, partent tôt le matin. Il faut absolument qu?ils puissent, dans des conditions dignes, exercer leur religion.

Peut-être une solution serait de mettre une salle provisoire? Il existe des terrains autour. Je ne sais pas quelle est la solution, mais il faudrait la prendre d?urgence.

Merci.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame GÉGOUT.

Madame BOURCART, vous avez la parole.

Mme Khédija BOURCART, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Merci, Madame GÉGOUT, de ces précisions, mais je vais compléter ce que vous avez dit.

Effectivement, on se réjouit du début des travaux au foyer de la Commanderie, mais, en même temps, c?est l?exemple typique de ce qu?il ne faut pas faire en terme de construction et de réhabilitation.

Vous l?avez rappelé, c?est un foyer qui est construit dans une non-zone urbaine, à Paris, mais de l?autre côté du périphérique, coincé entre une station-service et un supermarché. Vous aviez raison encore de dire qu?il a été laissé pour compte de toute politique et de toute gestion pendant des années.

La Ville de Paris, depuis avril 2005, est en charge du dossier de la réhabilitation des foyers. Celui de la Commanderie était déjà entamé, depuis 2001. Il a énormément traîné et les travaux ne font que commencer maintenant.

Il y a deux questions.

Il avait été prévu par la SONACOTRA - nous n?étions pas associés à l?époque - des travaux durant quatre ans et un habitat en rez-de-chaussée provisoire pour loger les résidents le temps que les 8 phases des travaux soient réalisées. Il devait y avoir une suppression de tous les lieux collectifs (cuisine, salle de réunion et salle de prière). Après discussion avec les résidents et la SONACOTRA, une salle de réunion a été conservée pour la durée des travaux. Effectivement, la salle de prière devait disparaître pendant les travaux, mais, en accord avec les autorités de la mosquée Adda?wa, qui est en travaux et qui a installé une mosquée provisoire à 100 mètres du foyer, il avait été décidé avec le comité des résidents que ceux-ci pourraient se servir de cette mosquée provisoire. Elle a pris du retard qui n?est pas de notre fait, puisque la mosquée provisoire est du ressort de ses responsables et non pas de la Ville.

Autre point, c?est ce qui a pu se passer lundi dernier. Effectivement, il y a eu intervention des forces de l?ordre à la demande de la SONACOTRA, ce qui n?était pas prévu. Il devait juste y avoir un constat d?huissier. Suite à cette intervention, j?ai écrit au président de la SONACOTRA pour lui rappeler que nous étions dans un processus de concertation et non d?intervention, comme cela a été fait lundi.

Nous devons nous revoir mercredi avec la SONACOTRA, avec son président, pour discuter de cette question.

La Ville de Paris a tout à fait dénoncé cette méthode que nous regrettons.

Par ailleurs, se pose la question du culte. Si nous sommes opposés à ce qu?il y ait des lieux de culte au sein des foyers, doit être abordée la question du culte à l?extérieur aussi.

Je regrette, pour ma part, que la mosquée Adda?wa, qui a demandé un permis depuis plus d?une décennie, a toujours reçu, sous l?ancienne mandature, des refus systématiques. Un permis de construire n?a été obtenu qu?après 2001, d?où les travaux actuellement. S?il y avait eu des anticipations, nous ne serions pas dans cette situation.

C?est un cumul de situations qui a fait qu?aujourd?hui on est obligé uniquement de constater les dégâts et de réparer presque au jour le jour.

Je reviens encore une fois sur l?intervention de la police à la demande de la SONACOTRA. Je regrette énormément. Les gens du foyer l?ont subie vraiment comme une humiliation. Il s?agissait de sortir quelques personnes de la salle de prières. Je pense que cela pouvait être fait dans la concertation et je l?ai rappelé encore une fois à la SONACOTRA.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame BOURCART.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPVI 73.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DPVI 73).