Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DASES 452 G - Participations et avenants à convention (123.000 euros) avec l'Association Nationale de Réadaptation Sociale (10e) pour son Service Insertion Jeunes (9e) et sa Permanence d'Accueil jeunes (20e).

Débat/ Conseil général/ Juillet 2012


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DASES 452 G relatif aux participations et avenants à convention pour un total de 123.000 euros avec l'Association nationale de réadaptation sociale domiciliée dans le 10e pour son Service insertion jeunes dans le 9e et sa Permanence d'accueil jeunes dans le 20e. C'est Mme Marinette BACHE qui intervient et Mme EL KHOMRI qui lui répondra.

Madame BACHE, vous avez la parole.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Président.

Lors du Conseil de juin, j'avais eu l?occasion de saluer une délibération qui permettait de protéger des femmes en grand danger ; c'était, en lien avec Mme LALEM, le nécessaire côté sécurité du travail de Mme EL KHOMRI.

Aussi, c'est avec plaisir que je voudrais m'attarder aujourd'hui sur cette délibération qui illustre l'autre facette : celle de la prévention.

C'est le cas de cette coopération avec cette Association nationale de réadaptation sociale, qui effectue un travail extraordinaire auprès de jeunes souvent totalement coupés de la société ou, au mieux, en passe de l'être.

Il s'agit de ce que je qualifierai d'un travail d'utilité publique.

Leur Service insertion jeunes installé dans le 9e, qui s?adresse à des jeunes en proie ou en danger de prostitution, garçons et filles, essaye, tant par une réponse à leurs besoins immédiats (hébergement, alimentation, soins, etc.) que par un service éducatif, de les remettre sur la voie d'un projet d?insertion professionnelle.

Je m?attarderai plus longuement sur leur Permanence accueil jeunes, car elle est installée rue Ramponeau, dans le 20e arrondissement.

600 jeunes ayant été reçus en 2011, une moyenne de passages de 400 jeunes par mois, la crise perdurant depuis plusieurs années, ces chiffres se maintiennent. Cela démontre à la fois l'utilité du travail de cette association et la pertinence du choix de l?adjoint de l'aider.

L'Association Nationale de Réadaptation Sociale sait aller au-devant de ces jeunes en errance, en allant les rencontrer devant les structures d'hébergement, en établissant avec eux des liens de confiance, en leur proposant des services élémentaires (douche, laverie, consigne pour leurs bagages), en restant à leur écoute, en leur offrant des informations et des conseils qu'ils ne savent plus trouver dans des structures classiques.

C'est aussi pour tous les jeunes, qui sont ainsi accueillis, l'occasion, de commencer à renouer un lien social que la dure vie dans la rue leur a fait perdre. Au vu du travail formidable et efficace réalisé par cette association, j'approuve chaleureusement le choix de Mme EL KHOMRI de nous proposer de poursuivre notre coopération avec elle, en renouvelant la convention qui la lie au Département de Paris. Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BACHE.

La parole est à Mme EL KHOMRI pour répondre à tous ces compliments.

Mme Myriam EL KHOMRI. - Merci, Monsieur le Président.

Ecoutez, je voulais remercier ma collègue Mme Marinette BACHE d'attirer l'attention de notre hémicycle sur cette association, l?A.N.R.S., sur ces deux actions : la permanence d'accueil jeunes et le service insertion jeunes.

Mme Marinette BACHE a beaucoup parlé de la permanence accueil jeunes, je donnerai donc quelques éléments concernant le service insertion jeunes qui est dans le 9e arrondissement, qui est géré aussi par l?A.N.R.S. et qui accueille des jeunes en situation ou en danger de prostitution. L'objectif des outils éducatifs que va déployer cette association, c'est vraiment d'amener les jeunes à remettre en cause les comportements de prostitution au moyen d'un travail d'accompagnement très soutenu, réalisé souvent dans un temps extrêmement limité. Il s'agit à la fois d'un travail d'accompagnement, de mise à l'abri. C'est aussi l'idée de mettre très rapidement en ?uvre une protection immédiate puisqu'un quart des jeunes qui sont suivis par cette association font l'objet d'une mise à l?abri immédiate.

Il faut savoir que les modes d'entrée dans la prostitution pour ces jeunes sont liés aux questions de précarité, d'errance et de survie. Dans cet hémicycle, il nous est arrivé de parler aussi de la prostitution étudiante. L'analyse qui ressort du parcours de ces jeunes montre que cette précarité est assortie de traumatismes, d'isolement affectif, social, mais également de rupture familiale.

C'est pour cela que le champ de cette action a été également porté dans le cadre du Schéma départemental de prévention et de protection de l'enfance, suivi par mon collègue M. Romain LÉVY, que nous avions voté en 2011 et qui porte vraiment aussi sur l'insertion des jeunes.

En guise de conclusion, je vais vous donner quelques éléments d'évaluation : sur 107 jeunes qui se trouvaient sans activité à l'entrée de ce service, 53 ont engagé une véritable démarche d'insertion et 33 ont obtenu un contrat de travail.

Vous, Monsieur le Président, vous êtes particulièrement sensible à ces éléments et je voulais quand même montrer que ces résultats sont particulièrement élevés, eu égard aux problématiques que peuvent rencontrer ces jeunes.

Bien sûr, j'appelle à voter favorablement ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame EL KHOMRI. Effectivement, les résultats en termes de retour à l?emploi ou d'accès à l'emploi sont tout à fait remarquables.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 452 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DASES 452 G).