Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DU 148 - Echange foncier entre la Ville de Paris et l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris portant sur la parcelle, 45, rue de la Tour-d’Auvergne, 5 bis, cité Charles-Godon (9e), et une partie du terrain communal, 49 à 57, boulevard Kellermann, 2 à 6, avenue Caffieri, 2 à 6, rue de la Poterne-des-Peupliers, 1 à 9, rue Gouthière (13e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer une demande de permis de démolir sur la parcelle communale, 49 à 57, boulevard Kellermann, 2 à 6, avenue Caffieri, 2 à 6, rue de la Poterne-des-Peupliers, 1 à 9, rue Gouthière (13e). Autorisation à l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris de déposer une demande de permis de construire sur le terrain, 49 à 57, boulevard Kellermann, 2 à 6, avenue Caffieri, 2 à 6, rue de la Poterne-des-Peupliers, 1 à 9, rue Gouthière (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2006


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DU 148 sur lequel M. BLET est inscrit.

Monsieur BLET, vous avez la parole.

M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, l?A.P.-H.P. projetait de réaliser sur une parcelle de 1.007 mètres carrés lui appartenant, 45, rue de la Tour-d?Auvergne et 5 bis, cité Charles-Godon, une trentaine de logements sociaux destinés à son personnel.

Or, la Ville de Paris est à la recherche d?une emprise pour réaliser une école élémentaire de six classes dans ce quartier et l?école, qui correspond à une nécessité locale, ne pouvait être implantée dans un autre secteur, alors que les logements pouvaient être réalisés ailleurs.

L?A.P.-H.P. a ainsi accepté de vendre son terrain à la Ville de Paris.

En échange, la Ville a proposé à l?A.P.-H.P. un terrain de 1.950 mètres carrés, boulevard Kellerman.

La présente délibération a pour objet d?autoriser cet échange foncier.

Monsieur le Maire, nous souscrivons totalement à cet échange. Cela relève tout simplement du bon sens. Nous constatons que la Ville de Paris et l?A.P.-H.P. peuvent parfaitement s?entendre pour permettre la réalisation d?un équipement public.

Dès lors, pourquoi ne pourraient-ils pas s?entendre pour préserver un espace vert public, protégé de surcroît ? Pourquoi ce qui est possible dans le 9e arrondissement ne le serait-il pas dans le 16e arrondissement afin de sauvegarder l?intégrité du jardin Sainte-Périne, dans un arrondissement où il n?y a que 2,9 mètres carrés d?espace vert par habitant ? Pourquoi construire une école élémentaire ici et avoir voulu sacrifier 4.000 mètres carrés d?espace vert là-bas, alors que les jardins accueillent eux aussi et au même titre que les écoles des enfants ?

Monsieur le Maire, il y a deux mois, vos adjoints et vous-même n?avez jamais évoqué la possibilité d?un échange foncier pour permettre la préservation du jardin Sainte-Périne qui était pourtant la solution proposée par le groupe ?Les Verts?. Vous n?avez pas non plus dénoncé la politique foncière de l?A.P.-H.P. qui vend des immeubles à prix d?or sur l?ensemble du territoire parisien, y compris à proximité dudit jardin.

Au contraire, vous aviez stigmatisé la position du groupe ?Les Verts? d?une manière très politique ou politicienne, taxé d?opposant au logement social, alors que lors du débat sur le P.L.U. seul le groupe ?Les Verts? a permis, grâce à ses amendements, d?augmenter la part des logements sociaux programmés.

Vous avez également refusé de voter en juillet dernier les v?ux du groupe ?Les Verts? demandant que la Mairie de Paris cesse la vente de son patrimoine immobilier dans l?ensemble Lyautey, Suchet, Auteuil, Tolstoï, que la Mairie de Paris préempte plusieurs dizaines de logements dans l?ensemble du 16e arrondissement et, enfin, précisait le v?u des élus du groupe ?Les Verts?, que ces logements soient loués à des niveaux sociaux aux personnels de l?A.P.-H.P.

Un deuxième v?u préconisait même que le Maire de Paris intervienne auprès de l?A.P.-H.P. pour lui demander que la politique de la valorisation foncière qu?elle mène depuis 2002 soit réorientée dans le sens d?une meilleure prise en compte des besoins des Parisiens en équipements hospitaliers et des besoins en logements du personnel de l?A.P.-H.P. Enfin, que le plan de logement du personnel de l?A.P.-H.P. prévoie prioritairement la création de logements dans les immeubles appartenant à l?A.P.-H.P. et refuse, par conséquent, la construction d?immeubles sur des espaces verts.

Aussi, Monsieur le Maire, nous prenons volontiers et avec satisfaction acte de ce projet de délibération et nous vous invitons à poursuivre cette démarche de coopération avec l?A.P.-H.P. qui permet de créer enfin des logements sociaux, sans obérer la possibilité de créer une école et sans construire sur des espaces verts protégés.

A Paris, dans quelque arrondissement que ce soit, le manque d?espace vert se fait cruellement sentir. Pour le groupe ?Les Verts?, il est hors de question de construire sur des jardins existants. C?est ce qu?a voulu faire la précédente mandature sur le jardin Villemin ; elle s?en est mordu les doigts et cela a été le premier et le plus grave échec que CHIRAC ait rencontré naguère, tant ces jardins sont rares, tant ceux-ci constituent un patrimoine et une richesse à préserver pour tous les Parisiens, quels qu?ils soient, des plus jeunes aux plus âgés.

Et la défense du logement social n?est pas incompatible avec la défense des espaces verts, bien au contraire.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLET.

Je donne la parole à M. CAFFET pour vous répondre.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Je ne vais pas allonger les débats. Simplement, je voudrais dire que je ne tomberai pas dans le piège du commentaire sur les louanges que M. BLET s?attribue à longueur de Conseil de Paris.

Puis, je rappellerai simplement à M. BLET un petit rectificatif. Sur Sainte-Périne, l?amendement qui avait été proposé n?était pas un amendement du groupe ?Les Verts?, mais un amendement de l?U.M.P.

Je m?arrêterai là.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 148.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DU 148).