Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au parc de stationnement Ternes.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2012


 

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Nous passons du v?u référencé n° 61 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif au parc de stationnement Ternes.

La parole est à Mme Laurence DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci beaucoup.

Il y avait un contrat initial de concession du parc de stationnement Ternes attribué en 2002 et qui prévoyait son extension sur l'avenue Niel sur deux niveaux pour en augmenter la capacité.

Ces travaux d'extension n'ont pas été effectués, le contrat a été résilié pour faute. Il y a donc eu un nouvel appel d'offres qui devrait être lancé, comprenant le projet d'extension.

Il apparaît que le principe de cette extension est maintenant débattu du fait de son coût et de son inopportunité supposée.

Or, depuis 2002, les besoins de stationnement sont de moins en moins satisfaits, en particulier dans cette partie du 17e arrondissement. Nous avons d'ailleurs présenté un v?u au Conseil d?arrondissement, la majorité municipale du 17e, en juin 2009, qui demandait l'extension du parc de stationnement.

L'affermage de la société "SPIE Autocité" arrive à échéance le 31 octobre 2013.

L'ancienne adjointe aux transports, Annick LEPETIT, lors du Conseil de Paris de juin 2009, envisageait bien l'extension dans le cadre du prochain contrat d?affermage. C'est pourquoi je voudrais répéter que cette extension est très attendue dans le quartier où les difficultés de stationnement sont avérées. Donc, Brigitte KUSTER, Catherine DUMAS et moi-même, ainsi que les élus de notre groupe, nous demandons que le prochain contrat de délégation de service public prévoie d'ores et déjà la réalisation de l'extension promise et attendue, dans le cadre d'un contrat d'affermage de six ans. Je vous remercie.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Après les explications de Mme DOUVIN, je donne la parole à M. BARGETON.

M. Julien BARGETON, adjoint. - J?émets un avis défavorable à l?adoption de ce v?u.

Ce qui est proposé, c?est d'assurer la continuité du service public dans le parking Ternes en passant un nouvel affermage d'une durée de dix ans. Il ne s?agit pas de débattre de l?opportunité de réaliser l'extension du parking. Comme moi, vous savez que les habitudes de déplacement des Parisiens ont évolué depuis 2001, date à laquelle a été négociée la concession qui prévoyait l'extension du parking. En effet, je vous rappelle qu'à Paris, ces dix dernières années, le trafic a diminué de 25 %, les déplacements en voiture effectués par les Parisiens ont diminué de près de 40 % et le taux de motorisation des ménages parisiens est désormais inférieur à 50 %. Dans le contexte budgétaire actuel... Mais si c?est vrai ! ? ce n'est pas le moment de prendre une décision dont le coût est estimé à 20 millions d'euros sur la base d'études anciennes. Par ailleurs, votre v?u préconise le lancement d'une D.S.P. de six ans pour réaliser cette extension. Nous savons qu?il faut beaucoup plus de temps pour amortir un investissement de 20 millions d'euros : les services estiment cette durée à au moins vingt ans. En conclusion, je ne peux pas prendre aujourd'hui une décision financière aussi lourde, uniquement par un v?u du Conseil de Paris et qui se réfère à un contexte qui date de 2001. Je vous demande de bien vouloir laisser les services terminer la procédure en cours et examiner toutes les hypothèses, ce qui sera fait avant l'échéance du prochain contrat. C'est pourquoi j?émets un avis défavorable sur ce v?u. Je vous remercie.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - Je demande la parole.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Madame KUSTER, je crois que ce n?est pas opportun. Je crois que les choses sont très claires, la demande a été très claire, la réponse aussi. Ce n'est pas une réponse définitive mais, en l'état, c'est une réponse négative sur ce v?u. Je vais donc mettre aux voix le v?u n° 61.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - En qualité de maire d'arrondissement.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Non, c?est un v?u. Nous ne sommes pas sur un projet de délibération, Madame KUSTER.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - Je souhaiterais préciser?

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Nous ne sommes pas sur un projet de délibération, donc c'est clair. Les arguments ont été échangés dans le cadre de ce v?u.

Je mets donc aux voix le v?u n° 61?

Ecoutez, on me dit que, dans les projets de délibération, on a le droit de reprendre la parole.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - Je voudrais intervenir.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Dans le cadre des v?ux, c?était vous qui auriez dû? Mais Mme DOUVIN a été très, très complète dans sa présentation.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. - C'est important !

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - J?ai bien compris tous les intérêts et tous les enjeux de l'arrondissement. Oui ?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - C?est la première fois dans cette Assemblée que l'on refuse de donner la parole à un maire d'arrondissement sur un projet de délibération ou sur un v?u qui le concerne. Je vous demande vraiment, en signe de protestation, une suspension de séance.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Je crois qu?on est obligé de la prendre : 2 minutes.