Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l’installation de microcrèches provisoires dans les espaces verts.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2012


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen d'un v?u non rattaché, le v?u référencé n° 16 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à l'installation de microcrèches provisoires dans les espaces verts. La parole est à Mme Florence BERTHOUT, pour une minute.

Mme Florence BERTHOUT. - Monsieur le Maire, mon intervention va être très rapide.

Il s'agit de demander à la Ville et au Maire de Paris de nous communiquer l'état d'avancement de l'étude sur les microcrèches, et notamment le nombre et la localisation des structures provisoires qui sont envisagées, puisque le Maire de Paris s'est engagé à associer les mairies d'arrondissement à cette réflexion, et Dieu sait que nous sommes, dans les arrondissements, interrogés et intéressés par cette question capitale de l'accueil des enfants en structure.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame. Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Je vais, bien volontiers, répondre au v?u déposé par Mme BERTHOUT.

Simplement, sur le point de vue de la méthode, on aurait pu passer par un courrier ou par une discussion préalable au dépôt du v?u ; ceci étant, je vais, malgré tout, répondre à votre v?u.

Vous faites référence, Madame BERTHOUT, dans vos considérants, à un article paru dans le journal "Le Moniteur" fin juillet, qui fait état d'un projet de microcrèches provisoires dans les espaces verts publics.

Des formulations de cet article, qui a été produit à l'instigation de jeunes architectes, pourraient laisser entendre que de telles microcrèches provisoires pourraient rapidement être montées dans les jardins parisiens. En réalité, il n'en est rien, puisque toutes ces interrogations, aujourd'hui, sont à approfondir. Il est vrai que nous avons reçu, j'ai reçu, de la part de ces architectes un dossier, mais aucun projet n'existe à l'heure actuelle, donc nous en sommes encore à un embryon de début d'un balbutiement d'une réflexion sur cette question.

Votre v?u est donc extrêmement prématuré et vous comprendrez qu'à ce stade, nous ne pouvons pas vous communiquer un quelconque nombre et une quelconque éventuelle localisation de structures provisoires envisagées, puisque nous n'en sommes pas encore à ce stade de réflexion.

Simplement, en première analyse, si cette solution d'installer des crèches dans des espaces verts peut paraître séduisante, elle n'est pas sans poser problème, puisque cela nécessiterait de stériliser des espaces dans des jardins parisiens, alors que ceux-ci souffrent plutôt d'un manque de place, le P.L.U. devrait être, de fait, modifié pour autoriser de telles implantations. Il est vraisemblable qu'un accueil régulier de type microcrèche dans de telles structures nécessiterait un nombre de personnels important eu égard au nombre d'enfants, le coût de fonctionnement en serait évidemment impacté, les horaires d'ouverture des parcs et jardins ne sont pas forcément compatibles avec ceux d'une crèche, notamment en hiver, la distribution sur trois niveaux de ces microcrèches entraîne aussi un enchérissement des coûts de fonctionnement et induirait très vraisemblablement une inaccessibilité?

Oui, parce qu?il faut des personnes à chaque étage, donc cela fait du personnel supplémentaire et des coûts de fonctionnement supplémentaires, Madame.

Cela induirait aussi une inaccessibilité aux personnes à mobilité réduite, plus les problèmes de raccord au réseau.

Toutes ces questions, évidemment, pourraient être étudiées, mais nous n'en sommes pas encore aujourd'hui à ce stade. Votre v?u est donc, aujourd'hui, prématuré ; c'est la raison pour laquelle, malheureusement, je ne pourrais pas émettre d'avis favorable à votre v?u. Je vous demande soit de bien vouloir le retirer?

Bien entendu, s'il devait y avoir une réflexion, nous associerions les maires d'arrondissement à la réflexion. Je précise, d'ailleurs, que nous avons déjà des structures qui existent dans certains espaces verts de la Ville de Paris, nous en avons au Champ de Mars, nous en avons au jardin du Ranelagh, square Brunetière dans le 17e arrondissement, au parc de Choisy dans le 13e arrondissement, nous en avons également au jardin du Luxembourg avec un partenariat avec le Sénat, et les mairies d'arrondissement sont, bien évidemment, associées à la gestion de ces équipements. En tout état de cause, votre v?u, aujourd'hui, je vous le dis, est prématuré, mais, bien entendu, nous serons à la disposition des mairies d'arrondissement pour un éventuel projet qui pourrait se présenter. A ce stade, je vous demande de bien vouloir retirer votre v?u.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Madame BERTHOUT, le v?u est-il retiré ?

Mme Florence BERTHOUT. - Un proverbe dit : "un tien vaut mieux que deux tu l'auras", donc je maintiens mon v?u, mais j'ai bien noté que vous vous engagiez implicitement, lorsqu?il y aura une étude, à nous en communiquer les résultats. Un petit peu plus que nous y associer.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ?

Abstentions ? La proposition de v?u est repoussée.