Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DF 85 - DU 238 - Création d'une commission spéciale composée d'élus, chargée d'examiner le cahier des charges relatif à la consultation pour la modernisation et l'exploitation du Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15e) et d'étudier les propositions des candidats.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2012


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DF 85 - DU 238 concernant la porte de Versailles.

Sont inscrits, dans l'ordre : M. Gilles ALAYRAC, Mme Anne TACHENE et M. Philippe GOUJON ; Mme Anne HIDALGO répondra. Monsieur ALAYRAC, vous avez la parole.

M. Gilles ALAYRAC. - Merci, Monsieur le Maire.

D'abord, pourquoi créer cette commission spéciale composée de 14 conseillers de Paris afin d'examiner le cahier des charges du futur parc des expositions et d'étudier les propositions des candidats ?

D'abord, parce que nous en avons décidé ainsi en juillet 2011, afin de tenir compte de l'importance majeure des enjeux économiques et patrimoniaux qui s'attachent à la nécessaire modernisation et à l'exploitation du parc des expositions de la porte de Versailles.

Il faut le rappeler, cette concession constituera la délégation de service public la plus importante mise en ?uvre par la Ville. Il faut le redire aussi, du point de vue économique, cette opération est essentielle pour notre ville, pour la Région et même au-delà.

De quoi s'agit-il ?

De demeurer les premiers en Europe en nombre de manifestations dans un environnement hyperconcurrentiel ; voilà l'objectif à atteindre. Enfin, la spécificité de la procédure mise en ?uvre se justifie par l'impérieuse nécessité à laquelle nous sommes confrontés de bénéficier demain d'un parc exemplaire en termes de développement durable. Le Président de la République l'a rappelé récemment, la transition écologique est une formidable opportunité permettant de dessiner un nouveau modèle économique. Nous devons donc nous engager en faveur d'un nouveau parc des expositions qui soit performant en matière énergétique, écologique, je dirai même qui soit exemplaire. Nous le devons d'abord aux riverains du parc, qu?ils habitent dans le 15e, mais aussi à Vanves ou à Issy-les-Moulineaux, car il y a, de ce point de vue, fort à faire, tant ces 37 hectares sont datés, énergivores, d'une très médiocre qualité architecturale, et suscitent de nombreuses nuisances, en particulier en termes de stationnement dans le quartier de la porte de Versailles. A titre personnel, je suis favorable à un parc des expositions qui soit ouvert sur les quartiers avoisinants, c'est-à-dire, en réalité, à la création d'un nouveau quartier, qui vive le jour, mais aussi la nuit. Il y avait nécessité à s'entendre, au-delà même des différentes sensibilités politiques, pour s?efforcer, si possible, de dessiner, sur le long terme, un projet majeur, qui nous engage tous, qui soit à la fois écologique, attractif, économiquement et esthétiquement, architecturalement également. J'ai plaisir, toujours, à évoquer ce projet de rénovation du parc des expositions, car c'est un grand et beau projet auquel je crois et qui est essentiel pour l'avenir de notre économie parisienne. Je ne peux donc que saluer la démarche initiée par la Ville de Paris, qui a décidé d?associer les élus aux choix importants qui seront effectués.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à Mme TACHENE.

Mme Anne TACHENE. - Merci, Monsieur le Maire.

Il n'est pas si fréquent, chers collègues, de trouver dans un intitulé de délibération la reprise rédactionnelle d'un v?u.

Aussi, pardonnez aux élus Centristes de savourer leur petit quart d?heure de célébrité, puisqu'ils sont à l'origine du texte, et donc, quelque part, de la création de cette commission spéciale.

Pour être honnête, cette idée, qui s'inspire du dispositif mis en place pour le Palais Brongniart a surgi lors des réunions du comité qu'Anne HIDALGO avait installé début 2011. Il s?agissait à l?époque de consulter les élus, voire de tenter de les persuader de l'avantage que le Parc des expositions trouverait dans une résiliation anticipée de son contrat d'exploitation.

Nous savons depuis que tous les participants n'en furent pas convaincus.

Les désaccords émis, notamment par notre collègue Yves CONTASSOT, sont respectables, et j'ai déjà dit qu'à défaut de les partager, je pouvais en comprendre le sens compte tenu de l'imbrication des dossiers Parc des expositions et Tour Triangle et de la confusion de leurs acteurs. Notre commission poursuivra donc les travaux du comité ; elle les conclura sans doute. Je ne suis pas certaine que ces formes renouvelées de collégialité changent le point de vue des opposants. J?y vois pour ma part un gage de transparence mais aussi une grande responsabilité devant les Parisiens, et comme nous le souhaitions tous, il nous appartient en effet de définir du mieux possible l'avenir de cet équipement de près de 35 hectares. Le Conseil a déjà opté pour une modernisation accélérée du parc qui lui permettra, nous le croyons, d'affronter une concurrence européenne, et à l?échelle locale, de gagner le pari d'une ouverture sur son environnement, comme notre collègue Gilles ALAYRAC vient de le rappeler. Il nous faut donc désormais choisir qui conduira cette restructuration. Chers collègues, 14 d'entre nous seront donc appelés à se retrouver régulièrement. Le groupe U.D.I. m?ayant désignée pour le représenter, je souhaite d?ores et déjà formuler quelques observations. S?agissant du fonctionnement de la commission, je note avec satisfaction qu'elle pourra auditionner les maires de Vanves et d'Issy-les-Moulineaux, comme je l'avais souhaité alors. Leur absence, il est vrai, au cours des réunions préparatoires à la résiliation, m'avait en effet étonnée, mais je ne doute pas que Pierre MANSAT ait mené à bien auprès de Bernard GAUDUCHEAU et d?André SANTINI son mandat de missus dominicus métropolitain. Toutefois, la commission doit être en mesure de recueillir directement leur avis. Si l'équipement est un actif de la Ville, et un actif rentable, il s'étend sur les territoires de ces deux communes. Or, la volonté de mieux insérer le parc passe par un traitement des circulations et des connexions avec ces deux collectivités. Il est donc bien clair qu'il faut travailler ensemble. Par ailleurs, j'ai pris connaissance de l'avis public à la concurrence publié en juin. C'est une compilation quasi parfaite des souhaits exprimés lors des réunions préparatoires. Il acte des attentes et enjeux d'ordres différents : le renforcement concurrentiel du parc par de nouvelles fonctionnalités et la recherche d'une qualité architecturale qui fait le succès de la Fiera Milano. Bien évidemment, comme les élus de cet arrondissement, et comme le maire Philippe GOUJON, j'ai plaidé pour une prise en compte de la dimension locale dans ce quartier du 15e en pleine mutation. Mais mes chers collègues, l'addition de ces aspirations a également un prix : 700 millions d'euros plus précisément avec le droit d'entrée indemnisant l'actuel concessionnaire. Ce montant élevé n'est pas une découverte mais une inquiétude que me suggère ma dernière remarque. La raison principale de l'installation de cette commission dédiée au renouvellement de la concession est d'analyser et de hiérarchiser les offres des repreneurs potentiels. Il faut donc qu'il y ait matière à travailler. La date de réception des candidatures était fixée, je crois, au 13 septembre dernier. Le nombre des dossiers est donc en principe connu, et avec lui le degré de concurrence, élément essentiel au processus de résiliation mis en ?uvre. La situation exceptionnelle du site, au c?ur de la Capitale, a-t-elle été un argument assez fort pour susciter les appétits de gros acteurs du secteur des salons ou bien celui de groupements pouvant associer opérateurs et constructeurs ? Nous le saurons donc très bientôt. Et avec cette réponse, la Commission pourra remplir avec sérénité toute sa mission. Je vous remercie de votre attention.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Madame. Nous terminons avec M. Philippe GOUJON.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, le projet de délibération qui nous est présenté vise en somme à structurer le groupe de travail informel qui se réunit sur le projet depuis deux ans. Cela s'inspire, c'est vrai, Mme TACHÈNE l'a rappelé, de ce qui a été réalisé, avec succès pour l'attribution de la concession de gestion du Palais Brongniart, il y a deux ans et demi, dans laquelle siégeait d?ailleurs ma première adjointe, Mme de CLERMONT-TONNERRE.

Nous sommes donc favorables à cette démarche qui a été conçue ensemble lors d'une réunion. Un certain nombre d'observations sur le fond du dossier.

Le commissaire-enquêteur, c'est vrai, a émis trois réserves, dont l'une portant sur la crainte que l'amputation, même marginale de la superficie du parc, ne nuise à sa compétitivité. Il faut vraiment des assurances contre ce risque de fragilisation du parc. Parce que c'est une chance pour Paris que de disposer d'une telle infrastructure au c?ur même de la métropole, c'est aussi une chance que sa rénovation, parce que la présence de cet équipement génère pour les riverains de nombreuses nuisances qu'il convient enfin à cette occasion de corriger.

Pour ce qui est des aspects économiques, le projet permet de répondre en effet au décrochage probable du parc, face à ses concurrents en cas de non investissement et à l'absence actuelle de multifonctionnalité du parc.

Il manque à Paris, chacun le sait, un espace de congrès de grande dimension. La parc est ancien, ne répond pas aux nouvelles normes de développement durable, comme l'a souligné d'ailleurs notre collègue ALAYRAC, que recherchent aujourd'hui les organisateurs mêmes de foires et de congrès. Le site est vaste et dispose de grandes réserves foncières qui peuvent facilement accueillir un centre de congrès notamment. Au-delà des aspects économiques, la rénovation du parc se justifie pleinement, je le disais en introduction, par les nuisances que subissent quotidiennement, en tout cas lorsqu'il y a des grands salons, les riverains, et qui imposent vraiment - évidemment chacun appelle l'attention là-dessus - une profonde modification des modes de fonctionnement du parc :

- la nécessité de mieux intégrer le parc dans le quartier ;

- l'ouverture sur la ville ;

- la création d'activités de proximité ludiques et/ou commerciales jour et nuit et afin de lutter contre l'effet "trou noir" à la tombée de la nuit ;

- la nécessité d'optimiser les flux logistiques, surtout avec les flux de stationnement des camions ;

- la lutte contre l'insécurité lors des grands salons ;

- la malpropreté des trottoirs ;

- les ventes à la sauvette des billets d'entrée ;

- le faible retour financier finalement pour les commerçants,

- le respect bien sûr des normes environnementales les plus exigeantes ;

- l'opportunité de renforcer l'offre de transports en commun dans un secteur qui commence à comprendre de plus en plus de populations et de réfléchir aussi à la rénovation du Palais des Sports vieillissant,

- la nécessité de profiter des futurs travaux pour recruter, et c'est une demande également locale des demandeurs d'emploi du secteur via les associations d'insertion - je crois que "Viparis" d'ailleurs a donné son accord.

Il faut maintenant dans ce quartier aussi en considérable évolution, où se bâtit le Paris de l'avenir finalement, mettre en place un comité de site. Mme HIDALGO l'avait évoqué lors de notre dernier débat sur cette question pour une mise en place vers l'automne, donc si elle peut nous dire comment elle conçoit la chose, afin de coordonner les travaux avec le souci de préserver, au mieux évidemment car ce ne sera pas complet, la tranquillité des riverains, et de créer des synergies en fonction de la multiplication et aussi de la quasi-simultanéité des projets qui vont à peu près de la Seine à la porte Brancion, dans ce secteur du Ministère de la Défense, de la rénovation d'Aquaboulevard récemment acquis par Unibail, de la démolition du Pullman racheté par Bouygues, de la Tour Triangle, du parc donc, à la transformation du Laboratoire central des ponts et chaussées, etc. D'ailleurs cette création de comité de site pourrait s'accompagner aussi d'une réunion publique qui permettrait aux habitants du 15e d'apprécier le défi que nous devons relever collectivement. Il faut requalifier le quartier pour conforter la place de Paris en tant que grande métropole économique européenne, tout en améliorant simultanément le bien-être de nos concitoyens. Tout cela doit être possible.

Enfin, je réitère notre souhait de voir appliquer le v?u de décembre 2009 - Mme HIDALGO s'en souvient - qui inscrit cette évolution urbanistique dans la non moins nécessaire prise en compte de la rénovation de quartiers vieillissants, comme les Périchaux, la Sablonnière, Falguières, les Quatre Frères Peignot ou encore les Frères Voisin, de façon que nous n'assistions pas à la mise en place d'un 15e à deux vitesses : un 15e ultra développé qui se tourne vers le XXIe siècle et des quartiers un peu oubliés.

Voilà ce que je voulais dire. Pour terminer, bien sûr, nous sommes, en tout cas pour les orateurs qui viennent de s'exprimer jusqu'à présent, tout à fait en phase sur ce projet. L'enjeu est de taille pour le 15e et pour Paris. Merci.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire. Pour répondre à l'ensemble des intervenants, la parole à Mme Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Je voudrais remercier l'ensemble des intervenants pour la qualité de leurs participations et de leurs prestations.

C'est vrai que j'avais souhaité, sur un projet aussi ambitieux, aussi fort pour Paris que la question du Parc des Expos, réunir l'ensemble des groupes politiques du Conseil de Paris, le président de la 1ère Commission et coprésider donc un groupe de travail informel avec mon collègue Bernard GAUDILLÈRE et, bien sûr, avec Pierre MANSAT, puisque nous sommes sur un territoire à dimension métropolitaine.

Je pense que la méthode jusqu'à présent a été la bonne. Nous avons pu avancer pas à pas, préciser aussi les éléments qui nous paraissaient importants sur le développement de ce Parc des Expos.

D'abord, la question de la compétitivité du parc et de la dynamique de Paris, que M. GOUJON vient de rappeler, qui était une des réserves du commissaire enquêteur, mais nous l'avions évoqué d'ailleurs dans nos groupes de travail, et justement les propositions qui vont être faites quant à la redynamisation de ce parc, vont répondre vraiment aux remarques du commissaire enquêteur. Mais il y a aussi une insertion urbaine qui nous intéresse tous. Gilles ALAYRAC en a parlé, Mme TACHÈNE aussi, M. GOUJON également. Je n'y reviens pas mais que ce soit un parc urbain à l'intérieur d'un quartier métropolitain, qui ne soit pas entièrement fermé aux habitants, qui puisse aussi permettre, notamment quand l'activité du parc est un peu moindre, de profiter aux habitants des quartiers et des villes limitrophes, nous paraît, je crois, à tous une piste sur laquelle nous devons travailler. Je reviens un instant sur les engagements que j'ai pris et, vraiment, je m'engage. Je regarde les équipes de la Ville : je m'engage vraiment à ce que dans le mois qui suit, on puisse avoir ensemble des dates, pour pouvoir avancer notamment sur le Comité de site et également sur le v?u de 2009 concernant les quartiers qui doivent être retravaillés pour qu?ils ne se sentent pas écartés d'une dynamique qui concerne, bien sûr, le 15e arrondissement. Cette commission spéciale sera chargée d'examiner le cahier des charges relatif à la consultation pour la modernisation du parc. Vous l'avez tous dit, elle sera composée de 14 membres, à la proportionnelle des groupes. Nous auditionnerons et il est important, Mme TACHÈNE l?a dit, que la commission puisse entendre directement les maires de Vanves et d'Issy-les-Moulineaux, même s'ils ont été très, très associés à tous nos travaux, notamment par Pierre MANSAT mais par moi-même aussi. Je nous donne rendez-vous pour mettre en place cette commission et puis pour poursuivre ce travail, dans un cadre un peu plus formel, puisque nous votons ici en Conseil de Paris, mais je pense que ce sera la bonne méthode pour effectivement aboutir à un projet qui pourra être consensuel, en tous les cas, je le souhaite mais, en tous les cas, qui portera l'intérêt de Paris et l'intérêt de l'arrondissement dans lequel se trouve ce Parc des Expositions. Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Fort de tous ces échanges, je pense que nous voterons d?un même mouvement ce projet de délibération.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DF 85 - DU 238.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DF 85 - DU 238).