Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DRH 109 - DJS 429 - Création d'emplois permanents d'animateurs coordonnateurs du Conseil parisien de la Jeunesse par transformation d'emplois d'animateurs des Conseils de la Jeunesse d'Arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2012


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au dernier projet de la matinée : le projet de délibération DRH 109 - DJS 429 relatif à la création d'emplois permanents d'animateurs coordonnateurs du Conseil parisien de la Jeunesse.

C'est M. MENGUY qui intervient et il aura droit à deux réponses : de Mme ERRECART et de Mme Isabelle GACHET. Monsieur MENGUY ?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Eh bien, dites donc, je suis servi !

Oui, Monsieur le Maire, Madame GACHET, quand j'ai vu le projet de délibération, j'ai dit : mais ce n'est pas possible ! Vraiment, il n'y a déjà pas de politique de la jeunesse à Paris mais, alors, si en plus vous vous entêtez sur les postes qui s'occupent du Conseil parisien de la Jeunesse et de la jeunesse en général, on n'a pas fini, ma parole !

Alors, on avait eu le problème des animateurs des C.J.A. ; on a maintenant une nouvelle création, on a des espèces de machins qui poussent de tous les côtés, soi-disant pour mieux coordonner la politique de la jeunesse. C?est plutôt pour mieux délivrer la parole de la Ville en la matière !

Et puis, alors, pour couronner le tout, dans ce magnifique projet, vous allez élargir le recrutement du C.P.J. à tous les Parisiens. Je pense qu'un jour, on fera appel aux Marseillais, aux Ultramarins et si on en trouve, peut-être aux jeunes Martiens qui viendront certainement nous fournir de bonnes idées sur le réaménagement des voies martiennes pour la jeunesse ! Il y aura certainement quelque chose à prendre d'intéressant. Mais, bon sang, Madame GACHET, je ne comprends pas pourquoi, au lieu de créer du nouveau qui ne sert à rien, qui est mal ficelé, vous n'essayez pas de renforcer l'existant et de faire confiance aux arrondissements ! C'est quelque chose chez vous, cette centralisation maladive des forces de la Ville, que ce soit au niveau de la restauration scolaire, comme d'autres services, et de la jeunesse, vraiment, vraiment c?est plus fort que vous, vous ne pouvez pas, on dirait que cela vous attire comme un beau gâteau au chocolat ! Mais, malheureusement, ce n'est pas efficace. Le jeunesse a besoin de proximité, a besoin de pragmatisme et n'a pas besoin que l?on crée des usines à gaz sans cesse. Et ce projet de délibération, je suis désolé de le dire, est une nouvelle usine à gaz. Vous voulez fermer des centrales nucléaires, vous ouvrez des usines à gaz. Eh bien, ce n'est pas gagné quand même pour la jeunesse ! J?ajoute quand même, Madame GACHET, et ce n'est pas personnel :

- que le Conseil parisien de la Jeunesse, tous les ans, fait un bilan de son activité ; il y a un débat en Conseil de Paris, très intéressant au demeurant, à l'appui d'un rapport pas moins intéressant ;

- que des débats récents ont permis à tous les élus de cet hémicycle de faire un certain nombre de constats et un certain nombre de propositions ;

- que des propositions sont ressorties, des bancs de la Majorité comme de l'Opposition, pour améliorer le fonctionnement du C.P.J. ;

- que le Maire de Paris lui-même, en séance, a acté de ces propositions et a demandé que ces propositions soient transformées en actes et que cela ne reste pas de vaines paroles.

Alors, je pose la question, Madame GACHET, je la pose à vous, à vos collègues, aux services, aux membres de vos cabinets respectifs : est-ce qu?il faut vous repasser le compte rendu de la séance où le Maire de Paris a demandé que ces propositions soient transformées en actes ?

Je prends deux exemples.

Le Conseil parisien de la Jeunesse souffre d'un manque de visibilité sur son site Internet. Nous l'avons relevé, tout le monde était d'accord, on a demandé que ce soit amélioré. Ce n'est toujours pas le cas, toujours pas fait, on ne sait pas où trouver ce site Internet, c'est toujours compliqué, etc. Admettez que pour la jeunesse parisienne, ne pas avoir de visibilité sur son site Internet, c?est un petit peu dommage ! Le Conseil parisien de la Jeunesse avait fait état, dans son précédent rapport, d'un certain nombre de travaux qui avaient été effectués avec des organismes extérieurs. Nous avons dit : "Attention ! Est-ce que le droit a été respecté sur le choix de ces organismes extérieurs ?" Ce n'est pas précisé dans le rapport. Présomption de bonne foi, les règles ont évidemment dû être respectées, mais nous demandons que cela soit vérifié et qu'il y ait une restitution de ces réponses devant le Conseil de Paris. Ce n'étaient pas des questions difficiles et le Maire de Paris lui-même a demandé que ces propositions soient transformées en actes. Alors, Madame GACHET, je suis désolé de vous le dire mais, plutôt que de nous abreuver de recentralisations des politiques parisiennes, et en particulier de la jeunesse, plutôt que de démontrer une nouvelle fois que vous n'avez aucune confiance dans le travail des arrondissements, que vous voulez vider les Conseils d'arrondissement de la jeunesse, que vous voulez tout recentraliser, tout verrouiller pour que votre bonne parole soit bien diffusée, restez sur des choses simples. Ce sont des choses qui ont été actées avec lesquelles l'opposition est d'accord et qui permettront aux Conseils parisiens de travailler mieux parce que c'est éprouvé. Je vous en conjure, Madame GACHET, retirez ce projet de délibération, reprenons sereinement les travaux d'amélioration des personnels aussi, mais voyez avec vos services, voyez avec vos cabinets, et je ne doute pas que vos cabinets respectifs sont évidemment toute ouïe à ce qui sera dit pour que le Conseil parisien de la Jeunesse puisse enfin trouver un mode de fonctionnement efficace, et pas des usines à gaz qui ne servent à rien.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur MENGUY.

Mme ERRECART veut dire un mot avant que Mme GACHET ne réponde. Non ? Je donne donc la parole à Mme Isabelle GACHET.

Mme Isabelle GACHET, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur MENGUY, je souhaite vous rappeler qu'on a effectivement élaboré la réforme du Conseil parisien de la Jeunesse dans un cadre très précis et avec des objectifs très précis, notamment d'animer et de coordonner un réseau jeunesse de partenaires locaux, de monter des projets en direction des jeunes et avec les jeunes et d'adapter nos instances de démocratie participative aux pratiques réelles des jeunes.

C'est dans ce sens que nous avons souhaité, avec Bruno JULLIARD, faire évoluer les missions des animateurs-coordinateurs du conseil de la jeunesse vers des postes de référents jeunesse afin d'assurer une meilleure transversalité au niveau des territoires. Je vous rappelle que cette délibération a été votée au Conseil de Paris de juillet dernier et que dans cette délibération, notamment, il est demandé, justement, parce que nous faisons confiance aux arrondissements, Monsieur MENGUY, de développer un contrat jeunesse d'arrondissement. Donc, j'espère que vous avez écouté ma réponse, Monsieur MENGUY.

En effet, depuis que je suis adjointe au Maire de Paris en charge de la jeunesse, je suis convaincue de la nécessité de faire du lien entre les structures jeunesse municipales et associatives afin qu?elles échangent sur leurs bonnes pratiques.

Les référents jeunesse animeront dès leur mise en place en octobre le réseau jeunesse au niveau des arrondissements et par ailleurs, en parallèle de cette réforme des référents jeunesse de territoire, il est apparu important de réinterroger nos instances de démocratie participative que sont les C.J.A. et le C.P.J. afin de mieux associer les jeunes aux décisions politiques liées à la vie de la cité.

Comme vous le savez, les conseils d'arrondissement de la jeunesse ont pâti pendant plusieurs années d'un manque de participation des jeunes. En moyenne, peu de jeunes s'engageaient activement dans chacun des C.J.A., ce qui, vous en conviendrez, n'est pas représentatif du nombre de jeunes Parisiens ou de ceux travaillant ou étudiant à Paris.

Par ailleurs, pour être membre du C.P.J., il fallait soit faire partie d'un C.J.A., soit d'une association, ce qui limitait aussi la représentativité de cette structure.

Nous demandions ainsi à de jeunes déjà très actifs de s'investir encore plus au niveau du C.P.J., souvent la tâche était trop importante et cela ne leur permettait pas de faire les deux.

Nous avons donc revu cette année le mode de recrutement. Nous allons élargir celui-ci à l'ensemble des jeunes Parisiens pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de pouvoir s'investir dans cette structure, et que cela ne soit plus limité comme avant aux membres des C.J.A. ou des associations de jeunesse. Une grande campagne de communication va être menée, notamment via les réseaux sociaux, et j'espère que vous vous féliciterez de cette campagne de communication qui devrait élargir la représentation du C.P.J.

Le C.P.J. est devenu une instance incontournable au fur et à mesure des années qui, effectivement, nécessite une attention et un suivi particuliers.

Jusqu'à aujourd'hui, les commissions des C.P.J. étaient animées par les animateurs des C.J.A. qui avaient la charge d'un seul arrondissement. Pour que les C.P.J. continuent à gagner en visibilité et en crédibilité, l'instance du C.P.J. doit disposer des moyens nécessaires pour mener à bien ses projets. Et pour mener ses projets à eux, et non pas, comme vous le disiez, se faire l'apologie de la politique municipale.

Je pense que vous mettez là en cause l'intégrité de ces jeunes qui n'hésitent pas - j'ai assisté récemment à un séminaire avec les jeunes du C.P.J. et des jeunes de toute l'Europe dans ce même type d'instance - et qui, je peux vous le dire, ont leur propre opinion sur les choix politiques qui sont faits dans chacune de leur collectivité.

Donc, j'ai fait le choix dans ce projet de délibération de flécher deux postes à temps plein pour animer le C.P.J. Il ne s'agit pas d'une création, mais bien d'un redéploiement, Monsieur MENGUY. Cela va permettre clairement de faire la distinction entre le travail mené au niveau des territoires, avec la mise en place des référents jeunesse, et le travail mené au niveau parisien avec les animateurs du C.P.J. Je voudrais relever la qualité du travail fait par le C.P.J. Je voudrais juste rappeler quelques campagnes qu'ils ont faites, notamment en mars dernier, leur campagne d'incitation au vote menée en direction des primo-votants. Ils ont eu un vrai succès qui a été relayé par les médias.

Par ailleurs, pour vous montrer à quel point la Ville tient compte aussi de ce que suggèrent les jeunes, en 2015, la serre tropicale des Halles deviendra un équipement sportif dédié à la discipline du Parkour, notamment des jeunes yamakasi. Sur votre questionnement sur le fait que nous ne répondrions pas à ce qui a été dit lors de la dernière présentation de la communication du C.P.J., je voudrais vous rappeler, sur les demandes qui avaient été faites, il y avait effectivement de mieux communiquer dans le bilan de rentrée du C.P.J., et notamment sur l'utilisation des budgets.

Je vous rassure : dès l'année prochaine - là, c'était trop court pour que je puisse le faire -, cette mention sera effectivement faite dans le bilan de rentrée.

Ensuite, vous vouliez également connaître les modalités juridiques de désignation de la société CSA qui avait été retenue. Je vous rassure : les règles juridiques ont été respectées. Un marché public a été passé.

Quant au site "Paris Jeunes" qui devrait être amélioré selon vous, et qui ne met pas en valeur les travaux des membres du C.P.J., certes, tout est améliorable. D?ailleurs, j'ai l'intention de faire un travail sur le site "Paris Jeunes", mais il faut savoir que la communication du C.P.J. devant le Conseil de Paris a directement fait l'objet d'un article publié le lendemain. Et à chaque fois qu?il y a des plénières du C.P.J., un article est publié sur le site. Je vous recommande, Monsieur MENGUY, plutôt que d'affirmer des choses, d'aller régulièrement visiter ce site, puisque vous semblez vous intéresser à la jeunesse. Comme cela, vous verrez effectivement les communications du C.P.J. Enfin, vous demandez que le C.P.J. travaille en toute indépendance et, je vous rassure, c'est le cas : les jeunes sont totalement indépendants. D'ailleurs le suivi du C.P.J. est géré directement par l'administration de la Sous Direction de la Jeunesse. Voilà toutes les réponses que je voulais vous apporter, Monsieur MENGUY.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame GACHET, pour cette réponse très complète. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DRH 109 - DJS 429.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DRH 109 - DJS 429).