Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.D.I. relatif à la dégradation des Vélib'.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2012


 

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u référencé n° 57 dans le fascicule, déposé par le groupe U.D.I., relatif à la dégradation des Vélib'. La parole est à Mme Fabienne GASNIER.

Mme Fabienne GASNIER. - Merci. Suite à la dégradation subie par une cinquantaine de Vélib' dans le 7e et le 15e arrondissements, au dépôt, bien entendu, d'une plainte par la société exploitante, la société Decaux, et, enfin, l'arrestation d'une personne qui semble revendiquer ces dégradations, nous émettons le v?u que toute la clarté soit faite sur cette affaire et que les responsables de ces dégradations ou le responsable soit condamné à rembourser les préjudices subis directement ou indirectement par la Ville de Paris. Je vous remercie.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - La parole est à M. BARGETON.

M. Julien BARGETON, adjoint. - J?émets un avis défavorable à ce v?u.

Je pense qu'on ne peut pas préjuger les suites d'une enquête de police.

M. POZZO di BORGO et le groupe, je partage, bien évidemment, votre préoccupation concernant les dégradations qui portent atteinte au service Vélib?. Sachez que c'est un sujet auquel je suis très attentif et sur lequel j'ai commencé à travailler avec les services de la Ville et l?entreprise Decaux, qui sont tous très mobilisés, et, évidemment, je demande à être tenu informé au quotidien.

Concernant les cas que vous évoquiez dans les 7e et 15e arrondissements, nous sommes intervenus dès que les menaces nous sont parvenues, mais je vais laisser M. le représentant du Préfet de police vous préciser les actions qui ont été menées ; vous verrez que nous n'avons pas attendu ce Conseil de Paris pour agir avec la Préfecture.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Monsieur le représentant du Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Madame la Maire, merci.

Effectivement, le 6 septembre dernier, le centre d?appels "Allo Vélib?" a reçu un appel téléphonique menaçant d'un homme qui se prétendait "agir au nom d'un collectif des habitants du 18e arrondissement et des quartiers populaires de Paris" ; il précisait que ce collectif allait mener des actions à l?encontre du groupe Decaux en dégradant des Vélib' situés dans les quartiers chics, "non populaires", pour reprendre sa terminologie, de la capitale.

Le 7 septembre, donc le lendemain, le représentant de la société Decaux déposait plainte au commissariat du 7e arrondissement, nous l?avons reçu, évidemment, extrêmement rapidement, et remettait aux enquêteurs une copie de l'appel, de l'enregistrement téléphonique. Il précisait également qu'avant même cet appel, une cinquantaine de vélos - vous y avez fait référence, Madame - avaient été dégradés dans les 7e et 15e arrondissements. Samedi dernier, la presse a rendu compte de l?interpellation d'un homme dans cette affaire. A mon niveau, je peux et je souhaite confirmer l?interpellation de cette personne. S?agissant, néanmoins, d'informations de nature judiciaire, vous comprendrez que je ne puisse faire mieux que de vous renvoyer à la lecture de l'article, qui était d'ailleurs particulièrement fourni, en précisant tout de même, c?est un point important, qu'aujourd'hui, les services de police mettent en doute l'existence de ce collectif, et même très sérieusement en doute, et je ferai remarquer, d?ailleurs, que les dégradations ne se sont plus du tout reproduites depuis. Au-delà de cette affaire ponctuelle, qui a mobilisé, je le dis, quand même, une équipe d'enquêteurs à plein temps pendant quelques jours et pendant le week-end qui a suivi la commission de ces faits, je souhaite évidemment confirmer que les commissariats parisiens sont fortement mobilisés pour garantir l?intégrité du système Vélib', de ses vélos. Les contacts opérationnels avec la société Decaux sont réguliers et j'ai moi-même participé au début de l'été à une réunion avec les services de la Ville, les services de police et la société Decaux. Les épisodes de dégradation que nous pouvons avoir à connaître sont analysés avec soin, ils le sont très régulièrement et ils donnent lieu à des réponses opérationnelles rapides et efficaces.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Pas de demande de parole ?

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.D.I., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.