Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

117 - 2004, ASES 174 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir au dépôt par la Société immobilière d'économie mixte parisienne (S.I.E.M.P.), mandataire de la Ville de Paris, du permis de démolir et du permis de construire pour la réalisation d'une halte-crèche de 30 places intégrée à un immeuble de logements sociaux, 37-39, rue Vergniaud (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Le dernier dossier à examiner est le projet de délibération ASES 174 sur lequel le groupe "Les Verts" a déposé l'amendement n° 54.
La parole est à M. BLET... Un peu de patience. Monsieur BLET, vous avez la parole.
M. Jean-François BLET. - Merci, Monsieur le Maire.
Sur la parcelle sise 37-39, rue Vergniaud est érigée une maison faubourienne en briques d'un étage, coincée entre un immeuble neuf de cinq étages et un immeuble faubourien de trois étages. La Mairie de Paris, propriétaire de la parcelle, envisage bien évidemment de démolir cette maison pour réaliser, ce qui est tout à fait louable, un équipement petite enfance de 30 places qui sera intégré dans un immeuble de huit logements sociaux.
Ce programme pose plusieurs problèmes. Premièrement, la destruction d'une petite maison faubourienne au charme indéniable et manifestement en parfait état, sans que sa réhabilitation, si tant est qu'elle ait besoin de l'être, ne soit envisagée.
Deuxièmement, la densification imposée : ce projet est en effet caractéristique de la densification insidieuse du bâti parisien, l'immeuble projeté devant être de quatre étages - on se calme ! - soit trois niveaux de plus.
Rien que pour ce Conseil, et nous allons faire le bilan rapide, nous avons ainsi recensé cinq autres opérations de densification du même type : 12-16, rue du Chalet, un ensemble de un et deux étages doit être démoli et remplacé par un immeuble de cinq étages ; 3-5, boulevard Serrurier, un immeuble de deux étages doit être démoli et remplacé par un immeuble de cinq étages ; 141, rue Castagnary, un immeuble de un étage...
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe. - Cela n'a rien à voir avec le projet de délibération.
M. Jean-François BLET. - Dites à vos collègues socialistes de se taire un peu !
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - M. BLET a la parole et nous lui faisons tous confiance pour son esprit de concision.
M. Jean-François BLET. - Absolument. Donc 3-5, boulevard Serrurier, un immeuble de deux étages démoli et remplacé par un immeuble de cinq ; 141, rue Castagnary un immeuble de un étage déjà démoli et remplacé par un immeuble de trois étages avec un programme du même type que celui-ci.
129-131, rue Avron, un immeuble de un étage a été remplacé par un immeuble de sept étages ; 21, rue Bisson, un immeuble de quatre étages est remplacé par un immeuble de cinq étages.
Et c'est ainsi Conseil après Conseil.
Cela ne constitue en outre que la partie émergée de l'iceberg puisque la majeure partie des opérations de densification, par surélévation, démolition-reconstruction sont réalisées dans le cadre d'opérations privées dont nous voyons défiler les permis de construire en mairie d'arrondissement.
Ainsi lentement, inexorablement Paris s'élève et le mouvement se poursuivra si l'on ne se décide pas à envisager le problème du logement à l'échelle de l'agglomération parisienne. Une fois que les maisons de faible hauteur auront quasiment disparu de la surface parisienne, on s'attaquera aux immeubles de taille moyenne. En prétextant les mêmes arguments, besoins d'équipement et de logements sociaux, et ainsi de suite jusqu'à ce que le vélum soit progressivement rehaussé. Ce sont d'ailleurs ces mêmes arguments qui ont été avancés pour tenter de justifier le retour des tours.
"Les Verts", vous pouvez vous taire ? Merci.
Cette course à la verticalité peut ainsi être sans fin puisque plus on construira de logements et des bureaux, plus il y aura besoin d'équipements...
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Concluez, Monsieur BLET, s'il vous plaît.
M. Jean-François BLET. - Ce n'est même plus discourtois, c'est grossier.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Allez, concluez.
M. Jean-François BLET. - Plus on construira de logements et de bureaux, plus on aura d'équipements et d'espaces verts. Le problème de la densité est ainsi crucial pour Paris et peut se résumer à cette question. Jusqu'à quand continuera-t-on à vouloir tout construire sur un espace aussi ridiculement étriqué pour une capitale. Il faut changer l'échelle. Paris est déjà une des villes les plus denses du monde, la voix de la sagesse imposerait en effet d'envisager enfin l'évolution de la ville à l'échelle de l'agglomération et d'?uvrer pour que l'on trouve dans Paris intra-muros une situation d'équilibre entre surfaces construites et espaces libres, population et activités et population équipements au lieu de persister dans cette course sans fin alimentée par les promoteurs. Dans les quartiers constitués la priorité devrait être le comblement des lacunes en équipements et en espaces verts qui font cruellement défaut à Paris, même si les opérations de logement ou d'activités peuvent également être réalisées, principalement sur les terrains nus. En revanche sur les opérations d'aménagement, la mixité des fonctions entre logements, bureaux et équipements doit être la ligne directrice. C'est ainsi que Paris pourra se développer harmonieusement. Pour les mauvaises langues qui prétendent que "Les Verts" sont hostiles aux opérations de logement, je rappellerai très clairement, que sur les opérations les plus importantes de la mandature la Z.A.C. "Paris-Rive gauche", le secteur d'aménagement Paris Nord-est et la Z.A.C. "Porte des lilas", ce sont "Les Verts" et eux seuls qui demandé et obtenu dans cette enceinte un rééquilibrage en faveur du logement.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts").
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Monsieur BLET, il vous reste 30 secondes. Vous concluez.
M. Jean-François BLET. - Je termine, décomptez les applaudissements.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Allez-y.
M. Jean-François BLET. - Si ce rééquilibrage souhaité par "Les Verts" était mis en ?uvre, ce ne sont pas quelques logements supplémentaires qui seraient réalisés, comme ça l'est avec ces grignotages insidieux, qui nous sont régulièrement présentés, mais des centaines, voire des milliers de logements.
Voilà, Monsieur le Maire, si je regrette cette énième opération de densification, je me réjouis toutefois de la réalisation de cette crèche dont nous espérons qu'elle s'effectuera selon la démarche H.Q.E.
Il vous en remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts").
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Bien, Mme TROSTIANSKY a la parole, un peu de patience quand même.
Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Je voulais juste resituer le projet de délibération dans son contexte, donc il s'agit d'une halte-crèche qui est prévue rue Vergniaud, dans le 13e arrondissement et qui va offrir 30 nouvelles places d'accueil aux enfants du 13e arrondissement, c'est un projet pour 2006, il est intégré au rez-de-chaussée de l'immeuble de logement réalisé par la S.I.E.M.P. En fait cette opération entre bien dans le cadre de la charte pour une démarche de développement durable qui est signée entre la S.I.E.M.P. et la Ville et va faire l'objet d'une concertation avec la S.I.E.M.P. pour l'application de la démarche H.Q.E. J'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de m'exprimer, cette démarche fait vraiment partie intégrante du programme des équipements de Petite enfance, notamment en ce qui concerne la création d'un environnement intérieur sain et confortable, donc je vous propose d'adopter l'amendement proposé par le groupe "Les Verts".
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
Donc je mets aux voix, à main levée, l'amendement n° 54 assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
L'amendement n° 54 est adopté.
Maintenant je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 174 ainsi amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération amendé est adopté. (2004, ASES 174).