Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

127 - QOC 2004-413 Question de M. Michel DUMONT à M. le Maire de Paris concernant le choix définitif d'un site pour le transfert du "mur de la Paix"

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


Libellé de la question :
"A de très nombreuses reprises, les élus du 7e arrondissement ont demandé que le Mur pour la Paix, installé sur le Champ-de-Mars en l'an 2000 pour une durée provisoire de trois mois, soit démonté et réinstallé sur un autre site hors, du 7e arrondissement.
Ce monument particulièrement dégradé défigure un site classé.
M. le Secrétaire général de la Ville, dans un courrier du mois d'août dernier, laissait envisager qu'une solution rapide à ce problème pourrait être trouvée par le transfert du Mur pour la Paix place Léonard-Bernstein dans le 12e arrondissement de Paris.
Récemment, l'administrateur provisoire de l'association "Le Mur Pour la Paix 2000" a demandé la réinstallation du mur place de Fontenoy dans le 7e arrondissement.
M. Michel DUMONT et l'ensemble des élus de la majorité du 7e arrondissement rejettent cette demande. Au-delà du choix d'un nouveau site, Michel DUMONT s'interroge sur les modalités du transfert de cette ?uvre privée dont le coût est estimé à 1,1 million d'euros. En effet, en cas de liquidation de l'association citée plus haut, le coût du transfert retombera sur la collectivité.
C'est la raison pour laquelle le Maire de Paris voudra bien préciser les dispositions prises par le service juridique de la Ville pour parer à cette éventualité et exiger de cette association le démontage de cette ?uvre dans l'attente d'une installation en un autre lieu."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"Le Mur pour la Paix a été implanté dans le cadre des célébrations qui ont marqué l'an 2000 et le passage au troisième millénaire. Ce monument avait été prévu pour être présenté, au Champ-de-Mars, pendant une période de quatre mois, et il a été conçu, de même que la plupart des réalisations liées à cet événement, certes emblématique mais passager, comme une ?uvre d'exposition temporaire. L'?uvre est la propriété de l'Association "Le Mur pour la Paix 2000 par Clara Halter".
L'Architecte des Bâtiments de France avait émis un avis très réservé sur son implantation sur ce site classé, en ajoutant qu'il devrait obligatoirement faire l'objet d'un permis de construire devant être présenté à la Commission des Sites, en cas de pérennisation. Saisi, le Ministre de la Culture a émis en 2003 un avis négatif quant à une éventuelle pérennisation in situ.
Le fonctionnement du monument, s'il est intéressant par son interactivité (messages diffusés sur des écrans ou glissés dans des boîtes à lettres) se prête cependant mal à une exploitation de longue durée, en raison de la maintenance permanente qu'il nécessite. Or cette maintenance n'est plus assurée par l'Association qui en est propriétaire, et qui devra apporter des signes de sa capacité à réaliser l'opération.
Consciente de l'image symbolique de cette réalisation, la Ville de Paris a fait savoir à l'administrateur provisoire chargé de la liquidation de cette association, qu'elle était prête à proposer un lieu de stockage de l'?uvre après son démontage, voire un autre lieu d'accueil, mais ne pouvait prendre à sa charge le coût d'une telle opération."