Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

54 - 2004, DLH 158 - Réalisation par la S.I.E.M.P. d'un programme de réhabilitation de 6 logements PLUS situé 14 bis-16, rue Blondel (2e). - Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DLH 158 concernant la réalisation par la S.I.E.M.P. d'un projet de réhabilitation de six logements PLUS situés 14 bis et 16, rue Blondel dans le 2e arrondissement. Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération.
Je donne la parole à M. René DUTREY.
M. René DUTREY. - Je souhaite intervenir sur ce projet de délibération pour qu'il ne passe pas inaperçu au sein de notre ordre du jour.
Ce projet de délibération revêt effectivement un caractère exceptionnel puisque c'est le premier immeuble à Paris, une réhabilitation, pour créer des logements de type social, bien sûr, de type PLUS, qui répondra entièrement à la norme de Haute qualité environnementale (H.Q.E.).
Et pour parfaire cette opération, la cerise sur le gâteau, en plus d'être du logement social répondant entièrement aux normes H.Q.E., cela se trouve dans le 2e arrondissement.
Cette opération fait partie des six opérations pilotes de la S.I.E.M.P., dans le cadre de la démarche H.Q.E., ces six opérations servant au Centre scientifique et technique du Bâtiment à élaborer plus précisément une démarche H.Q.E. en matière de réhabilitation.
L'ensemble de la production de logements sociaux de la convention publique d'aménagement de la S.I.E.M.P. appliquera la Charte développement durable.
Pour être plus précis sur cet immeuble, j'indiquerai que le cabinet d'architecture GALLIANO-SIMON était en charge du projet. Il s'est associé à un bureau d'études spécialisé en H.Q.E., ce qui a permis de dégager deux axes majeurs par rapport à ce bâtiment.
Premier axe, la réduction des charges et des coûts de fonctionnement du bâtiment qui se traduit par l'implantation de 18 mètres carrés de capteurs solaires couvrant près d'un tiers du toit de la partie principale de l'immeuble. Un vrai travail a été réalisé pour avoir une intégration esthétique parce que des capteurs solaires, même si c'est très utile, ce n'est pas toujours très joli.
Il y a également eu une négociation assez intéressante avec l'architecte des Bâtiments de France sur un problème de principe concernant la nature d'une toiture parisienne et comment la respecter tout en y intégrant des panneaux solaires.
Ces panneaux solaires vont venir en complément d'énergie à hauteur de 30 % environ de la quantité d'énergie nécessaire pour la production d'eau chaude sanitaire.
Le deuxième axe majeur a consisté à démolir un étage de cet immeuble côté cour pour permettre à un puit de lumière de jouer parfaitement son rôle et que la lumière naturelle pénètre à tous les étages de cet immeuble.
Après, axe moins majeur, la création d'une surpression d'air dans les paliers pour éviter les diffusions des odeurs, la récupération de l'eau de pluie pour l'arrosage des surfaces plantées, une isolation thermique renforcée, plus un local commun de 10.000 mètres carrés pour la collecte sélective, un local vélos et poussettes intégré de 17 mètres carrés et une recherche pour intégrer les bacs de collecte sélective dans chaque cuisine de l'immeuble.
Cet immeuble est une première. C'est une première délibération. Il y en aura beaucoup d'autres sur ce modèle d'immeuble appliquant la démarche Haute qualité environnementale. Je voulais le souligner car le projet de délibération n'était pas obligatoirement assez précis sur ce point.
Je vous remercie.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur DUTREY. Il s'agit d'un immeuble dans le 2e arrondissement.
Je donne donc la parole pour quelques minutes à M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement, avant la réponse de l'adjoint.
M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Merci, Madame la Maire.
Quelques secondes me suffiront parce que je voudrais juste, à mon tour, remercier le président de la S.I.E.M.P. et toute l'équipe de la S.I.E.M.P. ainsi que les architectes qui ont travaillé sur ce projet. Ils ont été particulièrement attentifs aux demandes que nous avons formulées en matière de Haute qualité environnementale. Le projet a fière allure. Cela est d'autant plus important à souligner qu'il s'agit d'un projet destiné au logement social, et c'est bien la preuve que l'on peut faire du logement social tout en respectant la qualité architecturale, la qualité environnementale et donc les personnes qui vont habiter ces logements, dans le cadre d'une politique de lutte contre l'effet de serre et la pollution.
La Ville peut s'enorgueillir d'avoir su faire aboutir ce projet.
Je remercie toutes les personnes qui y ont participé.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.
Pour répondre, je donne la parole à Jean-Yves MANO.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Très rapidement. D'abord, on peut effectivement se féliciter de voir élaborer un projet H.Q.E. de développement durable au c?ur de Paris. Et plus rapidement, pour répondre à M. BOUTAULT, dire que la qualité architecturale du logement social est bien supérieure à celle des logements privés parisiens, c'était déjà vrai avant et je crois que cela perdurera encore dans les années à venir.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.
Je mets donc à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 158.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DLH 158).