Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

134 - QOC 2004-420 Question de M. Philippe GOUJON et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris concernant l'état des équipements sanitaires des établissements scolaires

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


Libellé de la question :
"Les écoliers et collégiens parisiens reçoivent jusqu'à 30 heures, parfois plus, d'enseignement par semaine. Mais leur temps de présence dans les établissements scolaires est bien supérieur en raison, pour beaucoup d'entre eux, de leur statut de demi-pensionnaire.
Ces longues journées ne sont pas concevables sans la nécessité de recourir aux toilettes des établissements. Selon le Professeur AVEROUS, pédiatre-urologue, un enfant doit uriner 5 à 6 fois par jour. Or, que proposent les établissements ? Pour beaucoup, des équipements dégradés ou vétustes.
Se préoccuper de les rénover, c'est répondre à un triple souci :
- souci d'hygiène et de santé publique d'abord. 30 % des élèves ont des problèmes urinaires ou intestinaux soit en raison du manque de propreté, soit parce qu'ils se retiennent d'aller aux toilettes.
- souci d'éducation ensuite. La saleté des toilettes n'incite ni à l'attention aux autres, ni au respect de l'équipement offert. Bien entendu, la mise à disposition d'équipements convenables doit aller de pair avec un apprentissage de la propreté et du maintien de son état tant par les équipes éducatives que par les familles.
- souci de dignité enfin. Quelle image offre-t-on aux enfants de leur dignité, de leur condition ? Comment leur expliquer que l'adulte, lui, bénéficie souvent d'équipements sanitaires propres ?
Nous soutenons la démarche de sensibilisation entreprise par les associations de parents sur cette question et nous interrogeons à la fois sur la situation générale des équipements sanitaires scolaires - 40 établissements auraient de tels équipements vétustes - et sur la nécessité d'y remédier.
C'est pourquoi Philippe GOUJON au nom du groupe U.M.P. demande au Maire de Paris qu'un recensement des équipements sanitaires insalubres ou vétustes soit réalisé ; que celui-ci soit communiqué ainsi que le programme de rénovation envisagé pour mettre fin à cette situation dangereuse, dégradante et indigne pour nos enfants."
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"De 2001 à 2004, 5,6 millions d'euros ont été engagés pour des rénovations de sanitaires dans 222 établissements scolaires parisiens (écoles et collèges). Il faut ajouter à ces interventions ponctuelles les restructurations ou constructions ayant permis la mise à disposition de sanitaires neufs : 40 établissements.
En 2005, il est d'ores et déjà prévu d'investir 2 millions d'euros pour la rénovation des sanitaires de 42 écoles et 13 collèges.
Cet effort sera poursuivi en 2006 et 2007 sur la base d'un recensement exhaustif réalisé dès la rentrée.
Parallèlement, la poursuite de ces actions en matière de maintenance, de travaux d'entretien et de constructions de sanitaires neufs et pour faire suite à la remise officielle à la Ville de Paris, le 9 décembre dernier, des résultats d'une enquête menée par une fédération de parents d'élèves sur les toilettes scolaires à Paris, l'adjoint au Maire chargé de la vie scolaire a décidé de constituer un groupe de travail associant les fédérations de parents d'élèves, les services de la Ville de Paris et l'Académie.
En effet, il est essentiel de prendre en compte le rôle et les responsabilités de chacun des acteurs dans un domaine où la part des comportements est prépondérante, comme il apparaît dans l'enquête. L'objectif est d'établir les bases d'un diagnostic partagé et d'étudier les moyens d'améliorer le confort des sanitaires scolaires.
Ce groupe de travail s'est déjà réuni le 26 avril.
Il a été demandé à cette occasion à l'Académie de Paris d'établir un bilan des pratiques en matière de surveillance dans les écoles.
Les participants ont également été informés du recensement exhaustif en cours de l'état matériel des installations sanitaires dans les écoles.
Une deuxième réunion du groupe de travail a eu lieu le 28 juin 2004, en présence de représentants de la DASCO, DPA, DASES, EN, et FCPE. Elle a permis d'analyser les problèmes qui se posent dans le domaine de la santé publique, de l'hygiène, du fonctionnement et de l'organisation des écoles, des améliorations matérielles et techniques à apporter, tout en veillant au respect de la dignité des enfants.
Dès que le groupe de travail aura rendu ses conclusions au début de l'année prochaine, je ne manquerai pas de les communiquer au Conseil de Paris en temps utile."