Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

70 - 2004, DAC 334 - Restructuration de la "Maison des Métallos" (11e). - Approbation du marché de maîtrise d'oeuvre. - Autorisation au mandataire de la Ville de Paris de signer ledit marché.Vœu déposé par Mme Isabelle GUIROUS-MORIN, MM. Jacques DAGUENET et Patrick BLOCHE, adopté à l'unanimité par le Conseil du 11e arrondissement, relatif au projet de restructuration de la Maison des métallos

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 334 sur lequel le v?u référencé n° 28 dans le fascicule a été déposé par Mme GUIROUS-MORIN, M. Jacques DAGUENET, M. Patrick BLOCHE.
Il s'agit de la restructuration de la Maison des métallos. Approbation du marché de maîtrise d'?uvre. Autorisation au mandataire de la Ville de Paris de signer ledit marché.
La parole est à Mme Khédija BOURCART, du groupe "Les Verts".
Mme Khédija BOURCART, adjointe. - Je m'étais inscrite, mais pas sur le v?u, s'il vous plaît. Je m'étais inscrite sur le projet de délibération.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - C'est pareil. C'est la même chose. Vous êtes inscrite sur le projet de délibération.
Mme Khédija BOURCART, adjointe. - Le Conseil du 11e arrondissement s'est fait le relais des inquiétudes du Comité des métallos concernant les projets architecturaux, ce qui fera l'objet du v?u tout à l'heure. Mais je fais confiance à l'équipe de Christophe GIRARD pour dissiper ces inquiétudes, il nous répondra.
Je voudrais profiter de ce projet de délibération pour nous interroger sur l'avenir de ce lieu. Avec les habitants, les usagers, nous, "Les Verts", nous ne souhaitons pas construire un petit Opéra Bastille au c?ur du Bas-Belleville, inaccessible aux activités associatives citoyennes et politiques réalisées notamment par le Comité des métallos. Nous ne voulons pas non plus faire des Métallos un garage associatif où se succéderaient des activités associatives ponctuelles, choisies par le maire d'arrondissement, aussi judicieux seraient ces choix.
En revanche, dans le droit fil des travaux du comité de pilotage présidé notamment par Anne HIDALGO, Georges SARRE, auquel participent bien entendu Christophe GIRARD, Martine DURLACH et Patrick BLOCHE, en associant les parties prenantes au projet dans le Comité des métallos, nous devons favoriser le fonctionnement harmonieux d'un projet artistique d'actions interassociatives et citoyennes, animé entre autres par le Comité des métallos et l'accueil des manifestations ponctuelles. Cela est difficile mais possible.
Je rappelle que des expériences ont déjà eu lieu : le parcours de filles et de femmes organisé par 17 associations locales, fédérées par le Comité des métallos, du 4 au 8 mars, autour de la Journée internationale des femme, associant théâtre, forums, expositions, débats et moments de convivialité. Ce projet a été retenu comme exemple des actions culturelles dans les quartiers "politique de la ville", il faut le noter. Je passe sur d'autres activités comme le salon du livre antifasciste.
Mais je voudrais réaffirmer aujourd'hui que les Métallos du futur doivent fonctionner sur un triptyque composé d'un projet artistique d'activités interassociatives, notamment animées par le Comité des métallos et de manifestations ponctuelles choisies par le maire d'arrondissement. Ce triptyque existe actuellement avec une direction artistique, le Comité des métallos et la S.E.M.A.-EST. Ce triptyque doit être maintenu et consolidé. Ainsi sera-t-il la base d'un projet équilibré et fort d'un grand potentiel en alliant l'excellence artistique, l'excellence sociale et le rayonnement parisien, ainsi que l'ancrage local. La forme juridique de ce triptyque est à construire, c'est le rôle du comité de pilotage d'y travailler.
Mais je rappelle que des moments de concertations publiques sont nécessaires. A ce titre l'initiative...
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - L'usage du téléphone portable est interdit en séance.
Mme Khédija BOURCART, adjointe. - A ce titre, l'initiative du Comité Métallos d'organiser des ateliers de l'avenir, sorte d'assemblées générales populaires est excellente et mérite d'être notée.
Pour terminer, permettez-moi juste de citer la revue "Territoire" de l'ADELS de juin 2004, qui conclut son article : "Les Métallos se forgent dans la démocratie en espérant que s'allient à la Maison des métallos expérimentations culturelles et innovations sociales". C'est une grande ambition, mais nous avons les atouts d'y parvenir.
Je souhaiterais que ce triptyque soit consolidé.
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci, Madame BOURCART.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN a la parole.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Monsieur le Maire, chers collègues.
Pour commencer, je tenais à signaler que le v?u a été élaboré collectivement par l'ensemble des élus du Conseil d'arrondissement et qu'il sera défendu par M. BLOCHE à ma demande.
Une courte intervention pour dire que la Maison des métallos, ce lieu chargé d'histoire, propriété de l'Union fraternelle des métallurgistes d'Ile-de-France depuis 1937, a été acquis par la Ville de Paris en 2001. Répondant à un besoin dans le 11e arrondissement et au souhait exprimé par les riverains et les associations, ainsi que par les élus dans leur grande majorité, notre collectivité a décidé de restructurer ce bâtiment pour réaliser un équipement culturel.
En attendant, la gestion intérimaire des activités a été confiée à "Planète émergence", association de préfiguration qui fait un travail remarquable en particulier dans le quartier "politique de la ville". On a assez peu parlé de "Planète émergence" si ce n'est sur un certain nombre de délibérations qui ont été présentées dans cette enceinte, mais il faut vraiment souligner ce travail remarquable.
Je m'aperçois, et nous nous en sommes tous rendus compte au Conseil d'arrondissement du 28 juin dernier, que la procédure d'attribution du marché dont nous parlons aujourd'hui a été très mal comprise par un certain nombre de personnes. C'était une procédure longue et complexe, durant laquelle il a été décidé de recourir au principe de consultation qui a été confié dans un premier temps à la société "ABCD" par une décision de la C.A.O. du 22 novembre 2002. Ensuite, le comité de pilotage de l'opération a approuvé le résultat des études pendant les séances des 30 avril, 4 juin, 2 juillet 2003. Ensuite, l'étude a confirmé la faisabilité de l'opération et a proposé un certain nombre de préconisations.
Je rappelle tout cela parce que, apparemment, cela n'a pas été complètement compris par certains élus et aussi par des associations.
Ensuite, un marché de mandat de maîtrise d'ouvrage a été approuvé au Conseil de Paris. Il a été attribué après une procédure de consultation à la S.E.M.A.-EST. Le Conseil de Paris a également approuvé le principe de procéder à la désignation du maître d'?uvre selon la procédure d'appel d'offres restreint. C'est là-dessus que j'insiste parce que, apparemment, cette procédure a été mal comprise.
La consultation s'est déroulée selon un calendrier conforme à la réglementation et a abouti à la désignation de M. Vincent BROSSY par la C.A.O. le 24 juin 2004. Il me faut également préciser que cette procédure de consultation présente l'avantage de permettre de recueillir l'avis des acteurs concernés. A ce titre, les élus, Christophe GIRARD, Georges SARRE notamment, ainsi que les services ont été invités. Ainsi une véritable concertation a été conduite et continuera de l'être.
Si les élus et associations ont été émus par une suggestion du maître d'?uvre de supprimer certaines parties de la structure en façade afin d'élargir cette dernière, ceci n'était qu'une proposition de l'architecte qui doit se soumettre à la consultation avant de produire son projet. Rien de définitif là-dedans, pas même d'ébauche puisqu'il n'y a pas encore de projet.
Les élus furent unanimes pour dire que la structure ancienne ne devait pas être touchée. Je pense que l'architecte en tiendra compte. Il a une excellente réputation et nous sommes confiants dans le fait qu'il prendra en compte l'avis des élus et associations de l'arrondissement.
Aussi, fûmes-nous unanimes également pour la rédaction du v?u qui va être maintenant présenté par M. BLOCHE, en notre nom à toutes et à tous, confirmant le souhait d'associer l'ensemble des élus et des représentants associatifs pour l'élaboration. Au stade final, le Conseil d'arrondissement pris dans son ensemble, sera consulté par une présentation du projet.
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci.
Monsieur Jean-François BLET, vous avez la parole.
M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, la Maison des métallos a été sauvée, on vous l'a dit, par une mobilisation exemplaire des riverains et des associations de quartier rassemblés au sein du Comité des métallos. Que voulaient-ils ? Tout à la fois conserver un espace pour les associations, une salle de quartier et préserver cet édifice. Ces bâtiments construits en 1881 sont en effet remarquables à plusieurs titres, la volonté était de rassembler sur le même lieu, ateliers d'usine et logements, le bâtiment sur rue accueillait les logements, et celui sur cour les ateliers. De 1888 à 1936 ces bâtiments ont ainsi accueilli une fabrique d'instruments avant qu'ils ne soient rachetés par la C.G.T. Métallos. Sur le plan architectural, ces bâtiments se caractérisent par la qualité des façades et de la toiture, la façade sur rue, la façade de la grande salle et la toiture verrière de la grande salle sont en effet inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis l'an 2000. Enfin la grande de salle de 680 mètres carrés entourée par une coursive galerie circulaire, ce qui est rare présente un volume magnifique avec une magnifique verrière et de superbes armatures métalliques.
Or, l'architecte désigné pour mettre en ?uvre cette réhabilitation a laissé entendre qu'il envisageait de détruire une grande partie du porche du bâtiment, ce qui altérerait substantiellement la qualité de la façade inscrite et une grande partie de la grande salle, notamment en supprimant les piliers de cette grande salle. Les bâtiments seraient ainsi dénaturés. Ce syndrome de la dénaturation atteint la plupart des architectes chargés d'opérations de réhabilitation. Frustrés de ne pas ériger leur grand ?uvre, ils ne peuvent s'empêcher d'apporter leur touche personnelle, sans aucun respect pour le style du bâtiment qu'ils sont censés réhabiliter. Ils se réapproprient sans vergogne l'?uvre de leurs prédécesseurs. A Paris nous avons été ainsi confrontés à cet interventionnisme des architectes pour les projets de réhabilitation des piscines Molitor et Pailleron. Pour ne citer que ce dernier cas l'architecte envisage ni plus ni moins que de substituer à la toiture verrière géométrique une toiture arrondie, style année 60, ce qui modifie radicalement la silhouette du bâtiment Art déco, et il supprime également, à moins qu'elle ne soit préservée à la suite d'un de nos v?ux, mais sait-on jamais, ce qui était l'éminence et la cheminée. Nous ne savons pas ce qu'il en est encore advenu.
Nous craignons que ce destin soit réservé également aux bâtiments de la Maison des métallos. Aussi, nous attendons d'être rassurés, puisqu'un v?u demande que le projet architectural respecte les éléments architecturaux fondamentaux de la Maison des métallos qui a été voté par le Conseil du 11e comme cela vous a été rappelé par Isabelle MORIN.
Nous souhaiterions toutefois avoir des précisions supplémentaires. Quelques questions, Monsieur le Maire, le projet d'architecture respectera-t-il le programme approuvé le 2 juillet 2003 par le Comité de pilotage de la Maison des métallos. Afin de garantir le respect de ce programme ne serait-il pas judicieux de créer un comité technique issu du comité de pilotage qui interviendrait auprès de la maîtrise d'ouvrage ? Peut-on d'ores et déjà avoir des engagements quant à la préservation du porche et des piliers de la grande salle ? Enfin au problème de la réhabilitation du bâtiment s'ajoute celui de leur utilisation. Là encore les riverains et les associations locales réunies au sein du Comité des métallos ne se sont pas battus pour sauver la Maison des métallos pour en être ensuite dépossédés. La maison de quartier doit garder sa vocation d'équipement de proximité ouvert aux associations et ne pas devenir un équipement parisien qui n'ouvrira ses portes que pour des spectacles prestigieux, même s'il en faut parfois. Nous souhaiterions être rassurés sur ce point.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. DAGUENET pour défendre le v?u référencé n° 28.
M. Jacques DAGUENET. - Merci, Monsieur le Maire.
Ce v?u répond à une préoccupation forte des acteurs de la Maison des métallos, de leur comité, des associations et des élus de l'arrondissement, d'être associé à tout moment et que le projet respecte les éléments fondamentaux d'architecture de la Maison des métallos. Ce projet doit être à la hauteur des ambitions que nous affichons pour ce lieu. Je rappelle qu'il s'agit de réaliser un équipement culturel fort dont nous avons débattu en Conseil de Paris et acté ensemble que les activités seraient axées sur l'accueil de créateurs, amateurs ou professionnels, de conférences, séminaires, d'expositions, la création d'un pôle numérique dédié à la culture. Ces espaces seraient complétés par des lieux d'échanges et de convivialité. Un lieu ouvert au quartier, à la population, et au tissu associatif, un équipement fort du Nord-est de Paris, de l'arrondissement de ce quartier, quartier, je le rappelle en politique de la ville. Un équipement fort de la mandature pour la nouvelle majorité parisienne que les élus de toutes tendances de la majorité partagent. Je ne reviens pas sur la mobilisation indispensable qu'il a fallu mener pour le sauvegarder et que la Ville joue son droit de préemption pour éviter sa destruction et une opération immobilière. Cet endroit est aussi le symbole d'un haut lieu des luttes ouvrières et de la solidarité internationale et du syndicalisme depuis 1936. De plus ce lieu est un exemple significatif du patrimoine industriel parisien de la fin du XIXe siècle dont les traces sont rares à Paris et qui témoignent aussi d'une mixité sociale et d'un urbanisme à visage humain.
Les façades et la toiture, je le rappelle, sont inscrites à l'Inventaire des Monuments historiques. Le projet de la future Maison des métallos avance, beaucoup de réunions ont eu lieu. Après avoir confié à la S.E.M.A.-EST la direction des opérations pour assurer les études et le suivi et la réalisation des travaux, il a donc été décidé de recourir à un maître d'oeuvre. Quatre vingt candidats ont répondu, cinq candidats ont été retenus. Compte tenu de la complexité de l'opération, la Commission d'appel d'offres a décidé de constituer une commission technique, un classement a été fait à partir de différents critères retenus. C'est ainsi que le projet de Vincent BROSSY a été retenu. L'architecte met entre autres l'accent sur la relation de l'équipement avec l'espace public, ce qui était un souhait fort des associations et des élus de l'arrondissement. Nous avons d'ailleurs voté un v?u à ce sujet. En même temps il propose de retrouver la structure bâtie originelle. Il est proposé par voie de conséquence la démolition de la salle en surplomb du passage sous le porche donnant sur la rue. Cette question a soulevé de l'incompréhension et dans ses conclusions le rapport émet donc des réserves sur ce point. De toute façon, toutes les options architecturales feront évidemment l'objet d'une concertation étroite avec l'ensemble des parties prenantes. Mais à la demande des élus, de l'ensemble de la majorité, nous avons proposé que les associations et les élus soient consultés. Le maire du 11e, Georges SARRE, a proposé fort justement d'acter cela dans un v?u et que lors d'une réunion du Conseil d'arrondissement l'architecte puisse présenter son projet. Ce qui nous semble une très bonne chose.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. Christophe GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Comme vous le savez, un travail a été fait avec tous les élus, avec beaucoup de patience. On a beaucoup écouté. Je vois régulièrement le maire du 11e, M. Georges SARRE. En tout cas, c'est vrai que la Maison des métallos est un enjeu important. J'aimerais rendre à César ce qui lui appartient, c'est-à-dire que c'est la précédente mandature qui a en effet préempté ce lieu, ce qui m'a empêché, lorsque je suis arrivé, de proposer que l'on en fasse un grand garage pour diesels, c'est vrai, je l'avoue et je remercie les élus de m'avoir empêché d'avoir un projet fou de parking diesel mais en effet la Maison des métallos fera l'objet de toutes les attentions !
Mais, attention, à un moment donné, les élus sont là pour choisir et pour trancher clairement. Nous sommes là pour clairement dire ce que nous voulons. On ne pourra pas faire un "melting pot" de tous les projets, mais faire un projet qui soit le plus consensuel possible, le plus culturel possible. En tout cas, nous trancherons clairement, et je demande bien sûr à tous les élus de m'accompagner et de m'aider pour que ce projet devienne un projet important et réussi.
Le projet d'architecture et les travaux seront bien réalisés en respectant le programme approuvé le 2 juillet 2003 par le comité de pilotage, ainsi que la réglementation.
Afin de consulter l'arrondissement, une commission consultative sera créée. Elle sera composée de Georges SARRE, maire de l'arrondissement, de Mme Anne HIDALGO, première adjointe au Maire de Paris, d'élus du 11e arrondissement ainsi que des représentants d'associations locales. Cette commission sera chargée de représenter le comité de pilotage auprès de la maîtrise d'ouvrage, D.A.C. et S.E.M.A.-EST, afin d'organiser le dialogue avec le maître d'?uvre. Cette commission rendra compte périodiquement de ses travaux au sein du comité de pilotage.
Par ailleurs, le projet de l'architecte sera présenté devant le Conseil d'arrondissement, après examen par les services de la Ville, et nos soins évidemment très attentifs.
En outre, je tiens à signaler que j'organise une rencontre avec la Direction des Affaires culturelles et M. SARRE, maire du 11e, afin d'insister auprès de l'architecte retenu par la C.A.O. qui est souveraine, sur l'importance de la concertation et de préciser que les piliers de la grande salle seront préservés. Il n'y a là-dessus aucune ambiguïté.
Mercredi ? L'architecte sera présenté au comité de pilotage.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.
La parole est donc à M. BLOCHE pour une explication de vote.
M. Patrick BLOCHE. - Explication de vote très brève, Monsieur le Maire, car, en l'occurrence, tout a été dit. Il s'agit moins de parler du projet en lui-même de la Maison des métallos et de ce que l'on veut y mettre : nous en avons déjà largement débattu ici même. Il y a un comité de pilotage qui se réunit régulièrement. Le projet culturel en tant que tel est un projet, certes, évolutif, mais qui ne fait pas l'objet du projet de délibération. Le projet de délibération et le v?u qui l'accompagne concernent le projet d'architecture, une capacité collective, bien sûr, à faire de ce lieu qui appartient à la Ville un lieu fonctionnel mais aussi, si l'on peut y arriver, un lieu qui soit un lieu beau, un lieu esthétique qui permette effectivement de réaliser ou de relever un certain nombre de défis de nature architecturale.
La Commission d'appel d'offres a fait son choix de manière tout à fait indépendante, et nous respectons le choix de ses membres.
S'il y a eu ce v?u en Conseil d'arrondissement, voté à l'unanimité, c'est qu'il nous est apparu souhaitable que l'architecte choisi par la Commission d'appel d'offres - il ne s'agit pas de revenir sur ce choix, naturellement - puisse travailler en concertation avec des représentants du comité de pilotage. M. GIRARD vient d'apporter une première réponse favorable.
Deuxième préoccupation, comme cela a été dit, l'architecture intérieure en fonte, avec la coursive, les piliers, très caractéristique et très rare à Paris d'un urbanisme de la fin du XIXe siècle mérite de notre point de vue, au-delà d'avis autorisés et peut-être d'ailleurs de l'intervention des Monuments historiques en ce domaine ou de l'A.B.F., une conservation. Donc à l'architecte de relever ce défi - il en a sans doute relevé de plus durs - de conserver cette architecture et, bien sûr, de faire un lieu beau et fonctionnel, dédié à la culture dans le Nord-est parisien.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.
La parole à Mme GUIROUS-MORIN pour une explication de vote.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Monsieur le Maire, chers collègues. On le voit, tous les élus de l'arrondissement sont d'accord. Les éléments fondamentaux d'architecture ne seront pas touchés. En effet, l'architecte des Bâtiments de France peut parfaitement donner un avis en cas de velléités quelconques. Je pense que nous étions parfaitement en sécurité et que l'architecte choisi ne fait l'objet d'aucune suspicion.
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Bien, mais on a vu d'où venait la suspicion.
Je mets aux voix, à main levée, le v?u.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le v?u est adopté. (2004, V. 160).
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 334.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DAC 334).