Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Voeu déposé par le groupe UMPPA relatif à la protection du patrimoine végétal.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2012


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Le v?u n° 4 a trait à la protection du patrimoine végétal. La parole est à Mme Claude-Annick TISSOT pour le groupe U.M.P.P.A. pour une minute.

Mme Claude-Annick TISSOT. - Merci, Monsieur le Maire.

C'est toujours avec beaucoup d'obstination, je le reconnais, que chaque année je dépose ce v?u avec mes collègues. Pourquoi donc une telle insistance ?

Je voudrais simplement répéter que l'ensemble des platanes qui bornent nos rues et nos avenues sont malades et sont condamnés à échéance de trois ou cinq ans, parce que malheureusement jusqu'à aujourd'hui aucun remède ne peut les sauver. Je vous invite d'ailleurs à aller voir ceux qui sont sur la place de l'Hôtel de Ville et vous verrez dans quel état ils sont ; les feuilles sont toutes abîmées et ils vont vraiment très mal. De la même façon, les 20.000 marronniers à fleurs blanches sont aussi frappés par une maladie incurable. A un moment où le Plan Biodiversité, que nous avons voté, souligne l'utilité de la présence de ces arbres dans nos quartiers - parce qu'ils participent notamment à la lutte contre les îlots de chaleur ainsi qu?à la fixation des polluants atmosphériques -, au moment même où vous avez, Madame la Maire, inauguré l'Observatoire de la biodiversité il y a quelques jours, nous réclamons avec beaucoup d'insistance que figure au budget 2013 le financement d'un plan d'urgence pour la sauvegarde du patrimoine végétal de la Capitale. Surtout, nous espérons que cette fois-ci nous seront bien enfin entendus. Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame GIBOUDEAUX, vous avez la parole.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Je profite de cette réponse pour donner des informations et un rappel qui est important quant à la politique que nous menons en matière de remplacement et aussi de suivi des arbres à Paris.

Je rappelle aussi tous les liens que nous avons avec les instituts scientifiques pour travailler sur ces questions qui sont parfois très complexes.

Un petit rappel, Paris est l?une des capitales les plus boisées d'Europe avec plus de 500.000 arbres, dont 300.000 arbres dans les bois de Boulogne et de Vincennes, 100.000 sur les voies publiques, 36.000 dans les parcs et jardins, 34.000 dans les cimetières, 8.000 sur les talus du boulevard périphérique, 6.000 dans les établissements scolaires et 3.000 dans les stades et centres sportifs.

J'en profite également pour rappeler que les arbres sont un bien précieux à Paris en raison de leur apport paysager, mais aussi des nombreuses aménités dont ils sont à l'origine, qui ont été rappelées par Mme TISSOT. Ils permettent de lutter contre les îlots de chaleur, ils contribuent à une meilleure qualité de l'air. Ils retiennent, comme les autres végétaux, l?eau et soulagent donc les réseaux d?assainissement. Ils participent enfin au maintien et au développement de la biodiversité faunistique.

L'ensemble des arbres parisiens fait l'objet d'une surveillance sanitaire régulière par des techniciens sylvicoles, une fois par an pour l?ensemble des sites et deux fois par an pour les arbres d'alignement.

Après abattage des arbres anciens dépérissant, des replantations systématiques suivent. Je précise à ce propos que la Ville consacre depuis le début de la mandature 3 millions d'euros en moyenne chaque année au remplacement des arbres malades ou dangereux. Je souhaite que ce rythme d'investissement soit maintenu d'ici la fin de la mandature.

Il correspond au renouvellement normal lié à la durée de vie des arbres parisiens, plus limitée que dans d'autres villes, en raison des nombreux stress dont ils sont l'objet dans l?une des villes les plus denses au monde.

Vous suggérez dans votre v?u le remplacement des arbres morts par des essences différentes, mais la Direction des Espaces verts et de l'Environnement diversifie déjà depuis des années les essences d'arbres et, aujourd'hui, ce sont 160 espèces et variétés qui sont utilisées.

Les espèces traditionnelles et forestières, platanes et marronniers, ne constituent actuellement plus que 43 % du patrimoine arboré. Des essences plus méditerranéennes notamment sont plantées : micocoulier de Provence, chêne vert, mimosa des fleuristes. Cette politique contribue à l?enrichissement floristique et faunistique, elle permet également de diminuer la pression des maladies. Une charte de l'arbre à Paris est en cours d'élaboration afin de rendre compte de la politique de la ville et de préciser aussi les grands principes de cette politique de l'arbre. Vous demandez également dans votre v?u des traitements palliatifs en partenariat avec des instituts de recherche, mais, là aussi, nous le faisons déjà.

Contre le chancre coloré du platane, selon l?I.N.R.A., il n?existe aujourd'hui aucun moyen de lutte chimique ou biologique contre ce champignon, car le mycélium pénètre profondément dans les bois et n'est pas atteint par les produits de traitement.

L'évolution de cette maladie est néanmoins suivie de près par la Direction des Espaces verts et de l?Environnement, en liaison avec l?I.N.R.A. qui cherche des moyens de lutte depuis 20 ans et travaille également sur la sélection de platanes résistants.

La mineuse du marronnier, petit papillon qui peut posséder plusieurs générations sur une année, est apparue en 2002 sur le territoire parisien. Ce ravageur provoque le rougissement prématuré des feuilles et affaiblit les marronniers avec le temps par la réduction de la durée de l'activité photosynthétique. Il n'existe pas de prédateur connu de la mineuse du marronnier.

Deux relevés sont réalisés chaque année, à la mi-juin et à la mi-septembre. La seule méthode à ce jour réalisable et assez efficace pour diminuer les populations de mineuse est le ramassage des feuilles d'automne et leur destruction, car la dernière génération de larves interrompt sa métamorphose, passe l'hiver dans les feuilles au sol et s?envole de ces feuilles au printemps.

L'étude de l?évolution de la maladie montre une stabilisation avec une lente décrue depuis 2008 pour les arbres des rues et des jardins, liée aux mesures de ramassage des feuilles. Par ailleurs, la plantation de marronniers blancs est arrêtée depuis l'hiver 2002-2003. L'utilisation d'autres essences est préférée, sauf dans le cas de sites historiques où le marronnier rouge peut être alors utilisé, en accord avec les architectes des Bâtiments de France, car résistant à la maladie. La graphiose de l'orme est apparue dans les années soixante-dix, il y a environ 40 ans. Si aucune mesure curative efficace n?a pu être trouvée contre ce champignon, une variété résistante à la maladie a pu être sélectionnée, le Sapporo Gold croisé avec un orme asiatique. Le Lutèce, ainsi dénommé car issu d'un partenariat entre la Ville de Paris et l?I.N.R.A., qui a conduit dans les bois de Boulogne et de Vincennes des expérimentations depuis plus de 30 ans en vue de la sélection de sujets résistants, est donc l'aboutissement de cette longue recherche. Il est aujourd'hui disponible sur le marché, dans des dimensions suffisantes pour être planté en ville. Je vous ferai, comme promis déjà, une communication sur notre politique de l'arbre en 4e Commission au début de l'année 2013. J'en profiterai également pour vous présenter la Charte de l'arbre qui est en cours d'élaboration. C?est avec toutes ces précisions et tous les apports que j?ai apportés dans ma réponse que je vous demande de retirer votre v?u, sans quoi je proposerai un avis défavorable.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame TISSOT, compte tenu de cette réponse très complète, maintenez-vous ou retirez-vous votre v?u ?

Mme Claude-Annick TISSOT. - Je maintiens bien sûr mon v?u, d'autant que le v?u portait sur le fait que l'on puisse réserver au budget 2013 un financement spécifique pour essayer de faire plus dans ce domaine.

Je maintiens mon v?u, merci beaucoup.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.